Grosse soirée annoncée pour la petite salle du Covent Garden. Un évènement réunissant des groupes émergents de la scène HxC/Death française avec en entrée, une bonne saucée de heavy/hard. Nous apprenions quelques jours plus tôt que la tête d’affiche, A Call To Sincerity, sera remplacée par Upheaval, ce qui n’eu pas spécialement d’impact sur notre appréhension de ce samedi soir, connaissant la bonne réputation de la formation. Une salle loin d’être pleine à craquer, en revanche les amis respectifs de chaque groupe sont visiblement présents pour les supporter, ce qui présage tout de même du positif quant à l’ambiance au sein de la fosse.

Wizzö (Hard rock/ heavy traditionnel)

A première vue, on se demande bien ce que peut venir foutre un groupe de heavy metal traditionnel en première partie de groupes de death. Mais connaissant déjà nos cinq lurons de Frépillon (95), il n’y a vraiment pas de quoi s’inquiéter. La scène, ils la maîtrisent, et c’est partie pour une demi-heure de rock’n’roll en compagnie de AC/DC ou de Mötörhead. Malheureusement, en dépit d’un son nickel, Mathieu, le chanteur, peine à se faire entendre, faute à un mauvais retour sur la voix. Tout de même, le show de ce groupe à la moyenne d’âge ne dépassant pas vingt ans est presque parfait  et les voir pour la énième fois reste un réel plaisir. Il serait temps de les prendre un peu plus au sérieux.

Beyond The Styx (deathcore/screamo)

Natif de Tours, le groupe Beyond The Styx prend la relève après le set court mais vitaminé de Wizzö. Mix entre cheveux courts et cheveux longs, baggys et pantalons slim, on sait à l’avance que les BTS aiment autant le hardcore que le death. Après avoir rapidement réglé le petit souci de jack d’un des guitaristes, le quintet ne tarde pas à envoyer la sauce. Plus qu’un groupe de deathcore parmi tant d’autres, les Tourangeaux apportent une certaine fraicheur en agrémentant certains morceaux de passages thrash et d’autres plus encrés screamo pour un mix qui n’est pas sans rappeler les excellents Suicide Silence ou Oceano. Une bonne découverte en attendant la sortie d’un ep prévue pour le 23 octobre.

All My Memories (Metalcore)

Après avoir chauffé la salle avec classe, Beyond The Styx cède la place à All My Memories, le moins death des groupes de hardcore du tryptique. Néanmoins, en matière de metal qui tort les boyaux et qui fait remuer les cervicales, ce combo sait y faire. On ressent une puissance similaire à celle des australiens de Parkway Drive ou de Texas In July pour la maîtrise du breakdown qui aura bien fait trembler le Covent durant les trois quart d’heure de show. Malgré les appels du chanteur à mettre le chantier, le public reste assez dispersé, ce qui n’a fort heureusement pas empêché ceux qui ont apprécié de sauter sur place et de les acclamer pour leur prestation honorable.

Upheaval (Deathcore technique)

Il est déjà 22h30 et c’est au tour des plus connus Upheaval d’achever ce qu’il nous reste en énergie et en voix. Digne représentant du death technique français aux côtés de Gorod, le quatuor a sorti la basse six cordes et la guitare huit cordes pour nous offrir le son le plus violent de la soirée. Quarante minutes de blast beats mêlés à un riffing ultra-rapides que le groupe aura entrecoupé de quelques breakdowns bien venus. Un set stimulant pour tout fan de Beneath The Remains, Job For A Cowboy ou Despised Icon. Leur premier clip sera publié prochainement, soyez attentifs!

Un concert de qualité avec son lot de surprises. On regrettera juste les retours trop justes du micro pour les quatre sets, néanmoins le dosage des autres instruments a pu nous faire profiter d’une bonne dose de saturation et de testostérone avec un sens du riff propre à chaque formation.

Noisyness.