Interview : Florent Marcadet

Posté le : 05 novembre 2012 par dans la catégorie Interviews
Tags: , , , ,

Exclusivité Sons-of-Metal

Nous avons interviewé Florent Marcadet, batteur de Klone, Hacride ainsi que de Step In Fluid durant la tournée Klonosphere, afin d’en apprendre davantage sur cet acharné du boulot!

Sons-Of-Metal: Salut Florent alors comment vas-tu ?

Florent: Salut, ça va super !!

SOM: Vous êtes en pleine tournée des « dix ans de la Klonosphere ». Comment les choses se déroulent-elles?

Florent: Effectivement, nous sommes sur la route et tout se passe à merveille. Nous avons pris nos marques, nos repères pour être efficace tout en gardant une atmosphère sereine. Nous sommes 20 personnes à vivre ensemble et nous avons l’avantage de bien nous connaitre. Il est vraiment très important de travailler dans une ambiance détendu et amicale. C’est d’ailleurs presque un luxe de tourner dans ces conditions là, tout est réuni pour qu’il n’y ait pas de stress superflu. Toute l’équipe musiciens, techniciens, tour manager, merch man est très soudée.

SOM: Sachant que tu es le batteur respectif de deux groupes à l’affiche de cette tournée (Klone et Hacride), est-ce toi qui assure les parties de batteries? Ou vous faites venir un batteur live pour un des deux groupes?

Florent: J’assure les deux sets chaque soir. J’avoue que j’avais quelques appréhensions avant de partir mais dès la première date à Poitiers, je me suis dis que ça allait fonctionner. J’ai beaucoup travaillé pour développer ma confiance et arriver sur scène avec le moins de doutes possible. Il y a toujours des dates où je sens que ma concentration baisse à un moment donné du à la fatigue, j’apprends donc à gérer mon énergie sur les deux sets. C’est une expérience extrêmement bénéfique pour mon jeu et aussi psychologiquement. Je pense même que je ressentirai un petit manque quand je n’aurais plus qu’un seul set à faire.

SOM: Comment avez vous organisé l’ordre de passage des groupes? Hacride et Klone dans la foulée?

Florent: Oui. Nous enchaînerons les deux groupes pour que le corps ne se refroidisse pas et pour éviter de changer constamment le backline. Il n’y a pas de tête d’affiche sur cette tournée, l’ordre de passage changera donc chaque soir entre les 3 groupes.

SOM: Joues-tu avec le même set batterie pour Klone et Hacride?

Florent: Je rajoute juste une chinoise avec une cymbale cassée en dessous pour un effet “pschit » pour Hacride.

SOM: Concernant la tournée Klonosphere vous avez annoncé que des dates françaises, comptez-vous tourner hors de l’hexagone? Sachant que pour Klone vous allez tourner avec Gojira en Europe.

Florent: Honnêtement, je ne pense pas que le plateau Klonosphère puisse se vendre facilement en Europe. Cela implique une organisation couteuse et il faudrait être sur de ramener assez de public pour amortir l’investissement ce qui n’est vraiment pas évident. Concrètement, le travail effectué en France depuis des années, nous devons le faire en Europe. Nous devons faire des tour support comme avec Gojira en novembre par exemple, pour s’assurer de jouer devant le plus grand nombre de personnes. C’est un travail de long terme…

SOM: Entre Hacride , Klone et Step In fluid, j’imagine que ton agenda doit être bien chargé. Surtout que Klone viens de sortir The Dreamer Hideawer (le 05/10/2012) et je crois savoir que vous préparez un album avec Hacride pour 2013. Comment arrives-tu à tout concilier?

Florent: C’est assez chargé, c’est vrai,mais c’est excitant. Klone vient de sortir « The Dreamer’s Hideaway » et nous préparons un nouvel album avec Hacride, mon premier au sein du groupe. Le fait de jouer dans Klone et Hacride implique une bonne organisation de ma part. Il n’est pas impossible que nous réitérions l’expérience de dates communes Klone/Hacride. Aussi, je prépare le terrain pour que les dates qui se chevauchent ne condamnent pas un des deux groupes à annuler.

SOM: Le nouvel album de Klone a été mixé par Franck Hueso (Ndlr qui à aussi travaillé avec Hacride), peux-tu nous expliquer un peu la relation qui lie Franck à Klone et à Hacride? Avez-vous la même façon de travailler avec les deux groupes?

Florent: Oui, Franck a mixé le nouvel album de Klone. J’ai enregistré mes parties batterie au Nomad Studio avec Fabien Guilloteau qui a d’ailleurs enregistré le premier Step In Fluid. Les guitares, la basse, le chant et les instruments additionnels (saxophone, synthé, samples…) se sont fait au Studio des Résistants, autrement dit « à la maison ». Nous avons donc livré toutes les prises à Franck qui a fonctionné de manière assez classique. Il a proposé un prémix pour donner une direction et nous avons adhéré assez vite à sa vision. Puis nous avons orienté et affiné le mix au fur et à mesure. Concernant Hacride, Franck à plus un rôle de producteur. Nous avons travaillé au Studio de Fleix à coté de Poitiers. Concrètement, nous avons répété dans le studio puis Franck nous a livré ses impressions sur l’ensemble de l’album. Commença alors un vrai travail de réflexion sur les choses à changer pour rendre l’album plus efficace, plus cohérent. Franck apporte un angle d’écoute différent, et cela nous est très précieux, il pointe des choses importantes qui permettent de rafraichir l’ensemble. En plus il a une vraie légitimité au sein du groupe car il fait partie de l’aventure depuis longtemps. Je ne doute pas que le prochain Hacride sera très bien produit. Je précise que Fabien Guilloteau était à nouveau aux manettes pour mes prises batterie et que les guitares et la basse ont été faites dans la foulé pour garder une certaine dynamique.

SOM: Je vais aborder le sujet de Step In Fluid, personnellement quand j’écoute l’album One Step Beyond, j’ai carrément l’impression d’entendre des mecs jammer par plaisir. Ça groove à 200%, la technique est là mais vous n’en faites pas des caisses! Le prendrais-tu mal si je disais que j’entend des influences allant de Herbie Hancock au funk à du mathcore à la Meshuggah?

Florent: Pourquoi le prendrais-je mal ? Non c’est d’ailleurs des influences que l’on n’hésite pas à citer. Notre envie est de faire une musique dansante avant tout. On s’amuse techniquement mais le but c’est de rester efficace et de voir les gens danser avec le sourire. On prend énormément de plaisir dans tous nos projets mais il est vrai que Step nous apporte de la fraicheur. C’est un vrai espace de liberté pour chacun d’entre nous, sans contrainte, juste du fun.

SOM: Peux-tu nous expliquer comment est né Step In Fluid?

Florent: Je suis pote avec Harun Demiraslan (guitariste de Trepalium) depuis un bon moment maintenant et nous avons toujours eu cette attirance pour les musiques groovy r’n’b, funk, rap…. On a vite senti qu’on pourrait faire quelque chose d’intéressant. Il y avait beaucoup de riffs guitare en attente, puis nous avons décidé de nous y mettre tous les deux. Lucas Rousselot, bassiste, et Aldrick Guadanigno (guitariste de Klone) nous a rejoint puis nous avons composé l’album. Nous étions impatients de sortir quelque chose pour exister, nous sommes donc rentré au Nomad Studio pour enregistrer l’album. Stéphane Dupé a remplacé Lucas qui n’était plus disponible et l’aventure était lancée. « One Step Beyond » est sorti sur Klonosphère Propagande et nous avons pu faire quelques concerts. Il nous manque beaucoup de temps pour défendre le groupe comme il se doit mais Step reste très important pour nous et un album verra le jour dès que possible.

SOM: En plus des trois groupes dans lesquels tu officies, as-tu d’autres projets artistiques?

Florent: Non, je suis déjà très occupé avec mes projets. Si on veut faire les choses correctement, il ne faut pas trop s’éparpiller. En tout cas, il y a un moment pour tout. Aujourd’hui, nous devons défendre les albums, tourner encore et encore. J’ai plein d’envies artistiques qui pourront peut être voir le jour plus tard. J’ai tout de même sortie une vidéo dans un délire electro/dubstep… en collaboration avec Thibaut Chaumont et Richard Bachelier. Je voulais faire quelque chose d’esthétique et qui change un peu. Je ne me considère pas comme un batteur de métal. Cette vidéo donne montre un aspect de mon jeu, plus fusion.

SOM: En tant que batteur, quel musicien t’as le plus influencé à tes débuts?

Florent: Mon héro de jeunesse est Danny Schuller, le batteur de Biohazard. J’adore son groove et son attitude. Ce gars m’a énormément influencé. Je me souviens de jams hardcore avec mes potes de Bunkum (du hardcore a la Sick Of It All), on jouait des heures pour tuer le temps. Alex balançait des gros riff style All Out War, Cro Mags…J’essayais vraiment de faire ressortir le groove que je ressentais en écoutant Biohazard. Je ne connais pas Danny Schuller personnellement mais je suis sur que ce gars a du écouté beaucoup de funk, il a ce petit jeu de charley qui trompe pas… J’ai eu la chance de le rencontrer au Hellfest cette année et j’ai pu lui faire part de mon admiration, je lui ai même chanté(sous la pluie) un ou deux  breaks qu’il joue dans Bio, le ridicule ne tue pas…

SOM: Sons-of-Metal est avant tout un lieu de partage et de découverte, je te propose donc de profiter de ces quelques lignes pour nous faire découvrir un « groupe coup de coeur ».

Florent: Foreign Beggars, un groupe de grime anglais qui cartonne. J’aime beaucoup ce qui se fait dans le rap anglais, ça innove. Ce groupe n’a pas vraiment besoin de publicité mais pour moi, c’est vraiment ce qui se fait de mieux en ce moment.

Interview réalisée par e-mail.

Retrouvez la Chronique de « The Dreamer Hideaway » ici

Mike.