Après avoir longuement hésité sur le concert à choisir car en ce 14 novembre, 2 grosses affiches sont proposées le même jour à 40 km  d’intervalle (Europe ou Wasp). Finalement, mon choix se porte sur les Suédois d’Europe qui jouent au Transbordeur à Lyon. D’ailleurs beaucoup de personne ont réfléchi car pas facile de se dédoubler.  Pour cette tournée, ils ont invité le groupe américain Stone Rider à se joindre à eux.

Stone Rider

Ce sont les Américains d’Atlanta qui officient en première partie du monstre Europe et d’ailleurs cela fait plaisir car il y a longtemps que nous n’avions pas vu le Transbordeur en grande salle. Quand ils arrivent sur scène le public n’est pas encore totalement présent mais composé d’une grosse majorité de femmes (vous comprendrez pourquoi après). Dès  les première notes du groupe, on sent que ça ne va pas beaucoup coller car les Américains produisent une musique oscillant entre Stoner  et Hard Rock des seventies (enfin je dirais même plus Stoner). Rien que le style de la tenue vestimentaire de Matt Tanner fait penser à Led Zeppelin. Cependant, très bon technicien à la guitare avec de très bons solis mais pas assez saturé à mon goût. Ces 2 compères, jouent juste mais rien n’a été inventé dans leur musique, dommage car je pense que cela peut être très bon mais pas juste avant Europe. Cela se ressent, car le public à du mal se mettre dedans, juste quelques applaudissements viendront s’élever ci et là. Bon une prestation correcte mais à revoir sur un concert du même style.

Europe

Là changement radical, étant venu « en touriste » car après avoir eu l’occasion de les voir une heure sur un festival suédois, cela avait été vraiment excellent. Cependant je ne m’étais pas aperçu que le groupe avait au tant de fan que ça. Non vraiment c’est impressionnant, le public est à fond dès que les musiciens pénètrent sur scène et là ça devient l’hystérie côté féminin. Bon faut avouer que le chanteur Joey Tempest à de quoi faire craquer avec ses yeux bleus. Enfin bref, côté technique sa envoie grave. Le premier titre « Riches To Rag » tiré de leur dernier album « Bag Of Bones » est tout simplement une « tuerie » sur scène. De plus Joey au top vocalement est discerné parfaitement au travers des solis de John Norum le guitariste. Seul petit bémol, la basse que l’on n’entend pas assez mais cela ne gêne pas vu la présence et les pauses que prend John Levén. On sent tout de même les shows mans et les vrais rocks stars dans leur façon de se déplacer comme Joey qui n’arrête pas et il pourrait passer pour un hyperactif. Europe joue juste et leur hard rock énergique à un petit quelque chose d’envoûtant. Comme le passage de duo signé John Norum et Mic Michaeli le claviériste qui laisse littéralement sur le « cul ».  Nous aurons le droit à un passage acoustique de 2 chansons splendides avec tous les musiciens sur le devant de la scène émouvant et magnifique. De plus, scéniquement  l’éclairage étant réglé au millimètre près  le show de Europe n’en ai que grandit. Joey ne cessera de nous répéter « Saucisse » peut être le seul mot en français qu’il connait et sûrement appris à Strasbourg. Mais nous aurons une preuve, qu’il peut placer plus d’un mot quand il  nous dira « c’est notre dernier concert en France pour cette tournée » ce qui lui vaudra d’être applaudit par toute la salle. Si le public est déjà en ébullition, alors imaginez-vous les titres comme « Rock The Night », « Carrie » repris en chœur par le public lyonnais dans une salle comble. Et que dire de « The Final Countdown », si vous la trouvez splendide en live c’est tout simplement 20 fois mieux entre les lumières, le niveau technique du groupe et le public en transe. Vous mélangez le tout et vous obtenez un final en apothéose.

Setlist Europe:

(Fleetwood Mac cover)

Encore:

Encore un concert génialissime d’une qualité parfaite et exceptionnelle, avec des musiciens  s’éclatant sur scène et transmettant leur énergie au public. Une première partie d’une bonne qualité mais en demi teinte, dû je pense au style radicalement différent des deux groupes, mais à revoir dans un contexte autre. Merci à Gérard Drouot Prod pour ce concert magnifique.

Elovite