Meshuggah + Decapitated + CB Murdoc Stereolux Nantes 24/11/2012

Posté le : 01 décembre 2012 par dans la catégorie Lives Reports

C’est sous un temps apocalyptique mais correspondant fortement à l’ambiance de ce concert que je me suis rendu a Nantes pour savourer ce concert de qualité, bien au dessus de mes espérances. J’ai déjà eu l’occasion de tâter du Stereolux et cette salle convient vraiment bien à des concerts de cette envergure. Après avoir salué deux trois connaissances, il fût temps de se diriger vers la scène pour le premier groupe d’une soirée qui s’avéra monstrueuse .

CB Murdoc

Ce groupe suédois a été pour moi une découverte de cet été et j’étais plus qu’impatient de les voir sur scène. Le groupe arriva donc très vite sur la scène, armé d’un bon pack de bière, qu’ils n’hésiteront pas à vider entre les différents morceaux. Le public est loin d’être au complet et ne bouge pas trop, même s’il n’est pas désintéressé. Venons en au groupe maintenant. Si le cd m’avait plu, j’ai eu plus de réticence en live, ils nous jouent un death de qualité mais qui s’avère assez banal dans la forme. Je me suis également posé la question sur l’intérêt de la  synthé dans les compos du groupe, elle ne sert pas à grand chose mis à part à poser une ambiance sur un morceau mais bon,  les guitaristes sont talentueux et les growls du chanteur finissent par chauffer un peu la salle notamment avec la chanson Devon qui est pour moi le meilleur morceau du groupe . Mais la demi-heure de jeu passa vite, très vite même et le groupe reparti en me lassant un peu sur ma faim.

Decapitated
Même pas dix minutes pour se poser et c’est au tour du groupe Decapitated de faire leur entrée sur scène. Je venais autant pour Meshuggah que pour les polonais. La salle se remplie de plus en plus et enfin le public se lâche après les deux premières chansons, pogos et circle pits s’enchainent pour le plus grand plaisir du chanteur et du reste du groupe qui nous en demanda toujours plus, appréciant beaucoup le bordel qui se déroule sous ses yeux, sans oublier pour autant  d’accomplir leur part du marché, car leur très gros son est vraiment très agréable a écouter. Les headbangs fusent de tout les cotés et le public est très content. Malheureusement le set dure là aussi 30 pauvres minutes, là où cela peut se comprendre dans le cas de CB Murdoc, chargé de chauffer la salle mais pour un groupe de la qualité de Decapitated, c’est franchement plus que décevant, mais la suite de la soirée rattrapa tout .

Meshuggah

Une demi heure plus tard (le temps de me poser, le set de Decapitated m’ayant un peu cuit), les lumière s’éteignent. Nous voila dans le noir total et les premiers riffs de guitare démarrent. Juste quand tout ça commençait à devenir un peu lourd, les lumières se rallument sur le groupe et il commence à jouer. L’entrée en scène peut paraitre simple mais c’était carrément bien fait. La salle est cette fois-ci pleine à craquer, si bien que l’on a énormément de problèmes à progresser vers le milieu de la salle (j’ai eu encore plus de mal à revenir à ma place d’origine d’ailleurs) lieu principal de la folie furieuse qui ne tarde pas démarrer, pogos, circle pits (dont un mémorable où j’ai lamentablement glissé dans de la bière qui s’était renversée), mosh et un déluge de slams de tous les cotés et tout ça dans la bonne humeur générale, je n’avais jamais vu un concert avec une si bonne entente entre les gens du public et c’est toujours un truc de bien à souligner. Bref, les fous viennent nous achever et ils y arrivent sans grands problèmes.

Si on a parfois beaucoup de mal à ressentir les guitares dans les albums, c’est loin d’être le cas ici, le son des grattes est vraiment très propre, le batteur est un vrai poulpe et nous en mettra plein la vue et les tympans notamment sur Bleed, à  noter qu’il n’avait pas beaucoup de morceau de Koloss à se mettre sous la dent. Les jeux de lumières apportent également énormément à l’ambiance. S’il y a bien un truc qui peut paraitre bizarre chez Meshuggah, c’est qu’ils sont vraiment hyper statiques sur scène. On m’avait déjà prévenu avant le concert mais c’est quelque chose qui m’a assez déplu, sans pour autant gâcher le concert car la technicité et la puissance du groupe a amplement suffi à foutre le feu.

Puis la fin s’approcha très vite, laissant le public en redemander. Au rappel, le public voulait Future Breed Machine, le public eût Future Breed Machine et remercia le groupe par un pogo  furieux et des slams à la pelle. Puis le concert se termina « en douceur » avec Dancer to a Discordant System, parfait épilogue d’un concert plus que réussi. Je sorti de ce concert encore en transe et en boitant légèrement.

Prinny

Setlist Meshuggah :
Obsidian
Demiurge
Pravus
Combustion
Glints Collide
Lethargica
Do not look down
The hurt that find you first
Mind’s mirror
In death – Is life
In death – Is death
Bleed
New millennium cyanide christ
I am colossus
Rational gaze
Rappel
Future breed machine
Dancer to a discordant system