SoiL + Fozzy au Trabendo (Paris) le 10/12/2012

Posté le : 13 décembre 2012 par dans la catégorie Lives Reports

Flyer_SOIL_FOZZY-011-e1346519205957

Une bien triste nouvelle en arrivant au Trabendo. Non en fait, deux, la première étant l’annonce de l’annulation du passage de Breed 77, la seconde étant le nombre de personnes présentes. Une cinquantaine à tout casser? C’est clair et net, ce déni de la part du public parisien envers deux groupes importants de la scène heavy moderne fait mal au coeur. Mais pas question de se laisser abattre, nous sommes ici pour passer une agréable soirée.

Fozzy

Malgré une salle remplie au dixième, la bande de Jericho et de Rich Ward est accueillie sous une pluie d’applaudissement. Le son est encore une fois trop axé sur les guitares, la voix de Jericho presque effacée et pourtant, chacun prend du plaisir à vibrer sous les riffs mastodontes. Essentiellement axée sur le dernier album en date, Sin & Bones, la setlist nous a aussi proposé des tubes d’antan comme « Enemy » ou la lourde « God Pounds his Nails ». Chris Jericho communique beaucoup avec nous tandis que Rich Ward nous assène de grimaces et de sourires rendant le show d’une heure encore plus poignant. Un vrai bonheur pour un groupe qui assure autant sur scène qu’en studio malgré une ingénierie du son douteuse.

SoiL

Histoire d’enfoncer le clou du malaise, une dizaine de personnes n’a visiblement pas souhaité savoir ce que valait Soil sur scène. Une réaction qui ne mérite aucun commentaire puisqu’il est le groupe majeur de la soirée. Bref, après une demi-heure de pause, le gang de Chicago se pointe et tout comme Fozzy, est reçu sous nos acclamations. Quel plaisir de voir Ryan McCombs de nouveau à son poste et à moitié ivre, faisant mine d’envoyer bouler le guitariste-fondateur Adam Zadel, ce qui engendre plusieurs fous rires au sein de la fosse. Une bonne humeur qui complète parfaitement une setlist monstrueuse où se côtoient les plus grands hits de la formation à savoir « Breaking Me Down », « Redefine » ou « Halo » qui sera le morceau du rappel et pour lequel McCombs s’est invité dans la fosse pour nous laisser beugler son mythique refrain dans le micro!

Dommage pour Breed 77, dommage pour ce si petit public et dommage pour la qualité du son pas terrible, mais étant donné l’investissement des deux groupes malgré ces bémols, on ne gardera qu’un super souvenir de cette soirée. Tant pis pour tout ceux qui se refuse à passer de bons moments pareils.

Noisyness.