À peine remis des fêtes de fin d’année, je reprend la route en direction de Lyon et pour fêter cette nouvelle année comme il se doit, je me rend au Blogg, situé dans le 7ème arrondissement. Ce soir, trois groupes se produisent et autant vous le dire tout de suite : ça va chier !

VIOLENCE FROM WITHIN

Après quelques minutes d’attente, les Lyonnais de Violence From Within montent sur les planches pour nous interpréter leur Death métal progressif. En effet, leur musique met surtout l’accent sur les ambiances, à tel point qu’après quelques minutes de set, certains spectateurs vont rapidement se laisser transporter par la musique. Les VFW assurent bien, ça joue carré mais les musiciens entrent peu en contact avec le public à part Viann, le chanteur, ravi de revenir après « 14 mois passés loin des planches ». La prestation est assez énergique, surtout au niveau de la batterie. Tenue par Rémi (que l’on pourrai comparer à un poulpe tenant une baguette dans chacune de ses tentacules tellement ses bras frappent de partout), elle dynamise grandement les compositions complexes du band. Quant au bassiste (Ju), il est malheureusement difficile à entendre car le mixage met surtout en avant les guitares et la caisse claire. En parlant des guitaristes (Sly et Jej), ceux-ci sont très appliqués sur leur parties et donnent un véritable cachet progressif à ce Death mélo. Toutefois, si les riffs sont très recherchés, certains solos sont un peu répétitifs malgré leur technicité (tapping et rapidité d’exécution juste bluffante). Avant la fin du set, Viann nous promet un nouvel album (Idiocracy) et un clip pour les prochains mois. Le concert se termine en beauté avec les applaudissements nourris du public. Les VFW ont réussi leur passage avec leur musique teintée d’ambiance.

SETLIST VIOLENCE FROM WITHIN :

  1. Impossible Reality Virtue or Dishonour
  2. Cruelty vs Compassion
  3. Fanatic Sufficiency
  4. And She Stares Loss Her Innocence
  5. Modern Sins of Humanity, The Umbilical Regeneration
  6. Futile Belief
  7. Decadent Stupidity

VIOLENCE-20130104-026 VIOLENCE-20130104-003 VIOLENCE-20130104-008 VIOLENCE-20130104-019

DEADLYSINS

Changement radical de registre musical avec les Deadlysins. Ce groupe originaire de Lyon est là pour nous envoyer du Thrash Metal bien lourd, bien violent. Et il va y en avoir de la violence, croyez-moi ! À peine les présentations faites par Mat (chant) et les premières notes de « Skinned Alive » jouées, un gigantesque et furieux pogo se déclenche à quelques centimètres de la scène ! Il sera tellement violent qu’il me sera très difficile de rester près du groupe pour prendre des photos sans prendre quelques coups. Des verres se brisent à quelques mètres de moi au fond de la salle (plutôt bien remplie). Le groupe, bien chaud, nous balance sans attendre « Thrash Metal Necronaut », une chanson juste énorme. On peut déjà constater que le son est très bon, on entend bien chaque instrument à part la basse pour laquelle il faut tendre l’oreille. Les riffs sont puissants et donnent envie de headbanger à s’en déboîter les cervicales. Au fond de la scène, Kévin, le batteur, s’en donne à cœur joie. Avant « Brainstorm », Mat nous présente  les deux nouveaux membres du groupe : Kévin « qui frappe comme si sa vie en dépendait et il a raison car c’est ce qui l’attend s’il joue mal » et Lambert à la basse Rickenbacker « qui n’est pas à vendre ». Dommage, je rêve de posséder cette basse fantastique. Bref, ces nouvelles recrues assurent bien pour leur baptême du feu et le set se poursuit avec toujours autant d’énergie, à la fois sur scène que dans le public. Lambert est victime d’un léger problème technique, sa courroie lâchant brutalement. Pas de soucis, il s’assied au bord de la scène près d’un fan. Durant « Cannibal Holocaust, Mat balance deux canettes géantes en plastique dans la fosse et les premiers slammers apparaîtront sur « Zombis Paradise ». Le Blogg n’est pas encore le paradis des zombies car l’ambiance égale sans aucun problème celle d’un festival avec des groupes de plus grande renommée. La fin du set arrive car toute bonne chose à un fin et celle-ci s’appelle « Dawn Of The Living Dead ». Mais le public n’est pas encore mort debout (malgré tous les pogos) et en redemande ! Une vraie tuerie ce groupe. Si vous ne les avez jamais vus, allez-y ! Et si vous les avez déjà vus, retournez-y ! Pour info, ils se produiront le 27 janvier à la Marquise (Lyon 3ème). Les Deadlysins quittent la scène épuisés et sous les applaudissements. Sacré concert.

SETLIST DEADLYSINS

  1. Skined Alive
  2. DEPC
  3. Thrash Metal Necronaut
  4. Brainstorm
  5. Fuck Off Social Networking
  6. Cannibal Holocaust
  7. Deadly Sins
  8. Zombis Paradise
  9. Dawn Of The Livind Dead

DEADLYSINS-20130104-001 DEADLYSINS-20130104-004 DEADLYSINS-20130104-008 DEADLYSINS-20130104-013 DEADLYSINS-20130104-021

HYSTERIA

Le dernier groupe de la soirée s’installe sur les planches et après une rapide présentation, Sylvain (guitare-chant) hurle : « Je veux voir un putain de gros bordel devant moi !!! ». Le gros bordel ne tardera pas à se mettre car dés l’entame de « Your kingdom will be mine », de nouveaux pogoteurs prennent place. Sans atteindre la violence de Deadlysins, les Hysteria excellent dans leur Brutal Death Metal. Les compositions sont sombres, obscures et brutales. On peut sentir la noirceur, la haine et la tristesse surgir de chaque note. L’univers d’Hysteria est particulièrement oppressant mais passionnant à la fois. On ne perd pas une seule miette du spectacle. Les riffs comme les solos sont très recherchés et techniques. Pas un seul plan de gratte ne revient une seule fois. Les Lyonnais nous entraînent dans un voyage lugubre via leur musique. Le mixage, très bon là aussi, permet une bonne audition de chaque instrument. Certains spectateurs semblent entrer dans une transe tandis que sur scène ça bouge grave. Jérôme (guitare lead) et Thibault (basse) ne tiennent absolument pas en place et arpentent la scène de long en large. Thibault effectue également quelques vocaux et sa voix, en retrait par rapport à celle de Sylvain, ne souffre pas de la comparaison face à ce dernier. Sylvain maîtrise parfaitement le chant guttural et instaure un certain respect lorsqu’il pousse sa voix. N’oublions pas Xavier qui réalise un jeu impressionnant à la batterie. Les nombreux blast beats assomment et servent de pilier à une musique très compliquée. Malgré cette complexité, il est facile de se laisser transporter et les occasions de headbanger ne manquent pas. Le concert se déroule dans cette ambiance unique jusqu’à la fin, marquée par « The Valley of Hinnom » qui laissera un souvenir brutal de cette soirée. Le public remercie chaleureusement Hysteria et on attend impatiemment leur prochaine prestation. Un groupe à découvrir ou à redécouvrir.

SETLIST HYSTERIA

  1. Your Kingdom Will Be Mine
  2. Still Haunted by Flesh
  3. Haunted by Words of Gods
  4. Suffering Make Me Almighty
  5. Lies for Religion Supremacy
  6. My Last Thoughts
  7. Art Of Evil
  8. Les écrits…
  9. The Valley of Hinnom

HYSTERIA-20130104-001 HYSTERIA-20130104-015 HYSTERIA-20130104-014 HYSTERIA-20130104-008 HYSTERIA-20130104-004 HYSTERIA-20130104-021 HYSTERIA-20130104-018

Une soirée épuisante et brutale du début à la fin, une fois de plus. Merci à Marcel Croizat du Blogg et à Evil Entertainement pour cette date explosive !

Pour découvrir ces groupes, cliquez sur leurs noms : Violence From Within, Deadlysins, Hysteria.

KOUNI