Darchaic – Purgatorium

Posté le : 15 mars 2013 par dans la catégorie Chroniques

Genre: Death / Progressive Dark Metal ©2012

Aujourd’hui, débutons par une leçon de géographie culturelle : pourriez-vous me citer des groupes d’Europe de l’Est à forte renommée ?
Roumanie ? Magica et Negură Bunget, exact ! Hongrie ? Ektomorf, bonne réponse.
Maintenant, Slovaquie… pas évident n’est-ce pas ?
Et ceci pour la bonne raison que hormis les groupes précédemment cités, ces pays qui regorgent pourtant de formations ne sont pas reconnus pour leurs exportations en matière de sonorités métalliques. Ce qui pourrait bien s’expliquer par la relative jeunesse, dans un contexte moderne, de ces pays d’ex-URSS qui sont pour la plupart âgés de tout juste de vingt-cinq ans et dont la croissance économique reste majoritairement faible en comparaison du reste de l’Union Européenne. Dans ce contexte, il devient difficile pour un groupe de pleinement percer, ne serait-ce qu’en son pays.

Mais bien entendu nous sommes ici non pas pour faire un cours de Sciences Eco-sociales mais pour parler musique, avec justement un groupe slovaque encore jeune mais déjà talentueux, j’ai nommé Darchaic, formé en 2008.
Le groupe n’a pour ainsi dire pas chômé à la composition puisqu’ils lancent dès 2010 leur premier album sans passer par ; ce qui est monnaie courante pour les formations actuelles ; la sortie d’une démo ou d’un EP. Un groupe donc convaincu et qui propose dans cet album intitulé Spirit Black Heretic des accents assez typés Gothic/Thrash Metal aux mélodies légèrement atmosphériques mais conservant des rythmiques furieuses. Peut-être pas tout à fait produit de manière optimale mais n’oublions pas que c’était là leur premier album et qui plus est assez ingénieux.
Pour succéder à cet opus, le groupe mené par le chanteur/guitariste Kuna, change un peu la recette musicale avec ce Purgatorium sorti en 2012. Un visuel assez sobre reprenant la sculpture de Canova « Les Trois Grâces ».
Tout en gardant ces accents mélodiques le son est plus brut à l’image des formations extrêmes actuelles. Toutefois, la patte de l’album précédant encore présente, il en devient difficile d’en définir clairement le style aux ambiances mélodiques moins gothiques qui se veulent plus progressives, des riffs à l’identité Black Metal, le tout associé à un rythme frénétique Thrash/Death. Mais pas besoin de les racoler un genre défini pour en apprécier pleinement le contenu, même si le groupe lui-même se classe dans la catégorie du Dark Metal, on ne leur en voudra pas car il est vrai que les atmosphères restent sombres, les passages acoustiques aux airs folkloriques lugubres rajoutent au tout plus de formes.

L’enregistrement est de bonne facture et d’assez bonne qualité pour cette nouvelle autoproduction. Quelques petits côtés encore un peu brouillons mais une musique sans aucun artifice et réalisée avec conviction. Assez reconnu dans son pays natal, ils n’occupent que rarement la dernière place de l’affiche d’un festival local. Le groupe étant néanmoins en quête d’une reconnaissance extérieure tout en renforçant leur notoriété auprès du public slovaque, ils rejoignent alors les rangs du label Finisterian Dead End qui une nouvelle fois ouvre ses portes à une autre formation talentueuse qui en demande. Un album qui plaira aux amateurs de Metal mélodique sombre et qui fait une bonne entrée en matière aux néophytes. Une belle découverte.

AbFoRs.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=KCmCtRTYPPU]