Les samedi se suivent et se ressemblent car pour la seconde fois en l’espace d’une semaine, je vais assister à un concert de la Trime Team et de Home Taping dans un bar. Cette fois, ce sera dans la ville d’Annonay, plus précisément dans le Barbar, lieu récemment ouvert disposant d’une scène et d’une excellente ambiance. Accompagné de Mike (fondateur de Sons Of Metal), je prend place devant la scène sur laquelle s’installe la Trime Team.

La Trime Team

Il est près de 21h30 lorsque monte sur les planches La Trime Team, menée par Flo son chanteur punk-rappeur. Si le son est plutôt bon pour ce genre d’endroit et que l’on entend bien chaque instrument, principalement la batterie qui écrase un peu les autres instruments, le chant est en revanche complètement inaudible. Après le premier titre, Joss (Home Taping) viendra corriger le mixage et le phrasé de Flo sera à nouveau correctement audible. Ce problème réglé, on peut enfin entrer de plein pied dans la musique hargneuse des Lyonnais. Les spectateurs commencent à faire des pogos (assez bourrins) et certaines chutes seront de mises, dont une assez mauvaise qui verra un spectateur se cogner les cervicales sur le bord de la scène mais heureusement, le mosher se relèvera et reprendra les hostilités. Le set est une nouvelle fois très énergique et le public est à fond d’un bout à l’autre du set. Joss et Yoann (Caillette Prod) viendront sur scène pousser la chansonnette avec Flo. Musicalement parlant, la prestation est solide et sincère, La Trime Team ne triche pas ! Le public l’a bien compris et le rend bien au groupe qui quittera la scène sous les applaudissements au bout de 45 minutes de jeu.

Setlist :

  1. Matin
  2. Les contes
  3. Le reste
  4. What the fuck
  5. Epiderme
  6. Short Track
  7. Archétype
  8. Non
  9. De l’autre côté
  10. J’ai trop
  11. Tout droit
  12. Remember
  13. Fist Fuck
  14. J’ai arrêté de boire
  15. Diviser

LATRIMETEAM-20130406-021 LATRIMETEAM-20130406-031 LATRIMETEAM-20130406-008 LATRIMETEAM-20130406-009 LATRIMETEAM-20130406-013

Home Taping

Voici revenu le quatuor le plus redouté du 1er arrondissement de Lyon, j’ai nommé Home Taping ! Le son est là aussi très bon, un poil meilleur que pour la Trime Team, même si la batterie est là encore trop mise en avant. Joss met le paquet d’entrée de jeu avec « Homo Liberalus ». Les pogos sont déjà lancés avec frénésie. Joss est projeté sur la batterie d’Aurélien, comme au Trokson une semaine auparavant ! D’où l’intérêt d’investir dans du matériel solide quand on joue du punk n’ zob ! De leurs côtés, Seb (basse) et Ludo (guitare) sont plus tranquilles ou du moins plus en sécurité pour jouer leurs partitions. Les solides lignes de basse légèrement slappées de Seb nous en mettent plein la gueule tandis que Ludo nous assènent ses riffs assassins hérités de Dimebag Darrel (Pantera). Joss est en voix et communique beaucoup avec l’assistance à laquelle il dédicace « Rien lâcher ». Le leader de Home Taping en veut ce soir ! Cette énergie se retrouve dans le public qui se donne complètement à fond, notamment sur « Fauché » dont le refrain sera repris par l’ensemble du public ! Quelques tentatives (manquées) de slams seront visibles dans le bar tandis que le sol devient progressivement recouvert de bière belge. Sans atteindre le niveau de folie vue au Trokson précédemment, nous sommes en présence de sacrés fêtards dans le Barbar. La reprise de « Beat The Bastards » retournera la salle une dernière fois avant que Joss nous salue avant de descendre des planches. Le bar ne s’est pas écroulé mais les murs auront bien vibrés, pour sûr !

Setlist :

  1. Homo Liberalus
  2. Mort d’homme
  3. Rien lâcher
  4. En campagne
  5. Fauché
  6. JDM
  7. Rose
  8. Jack
  9. Honte à toi
  10. Hostile Asile
  11. Crise pour tous
  12. Perlimpinpin
  13. Humanituer
  14. Old Skull
  15. Beat The Bastards

HOMETAPING-20130406-021 HOMETAPING-20130406-022 HOMETAPING-20130406-001 HOMETAPING-20130406-008 HOMETAPING-20130406-012

Rien ne vaut une bonne déflagration punk dans un bar où la bière coule à flot. D’autant que l’accueil réservé par le Barbar est juste exceptionnel. Un lieu convivial et bien rock n’ roll comme il manque tant.

Merci aux propriétaires du Barbar pour cette soirée dingue et merci aux groupes eux-mêmes qui auront presque réussis à réveiller le voisinage.

KOUNI