Aaah le Barbar. Un lieu bien sympa qui n’a pas peur de programmer des groupes braillards et bruyants, pour notre plus grand bonheur. Après le carnage provoqué par Home Taping le 6 avril, c’est ce soir au tour des Anes Animent, Sombra Y Luz et La Trime Team (qui fait son retour dans ce bar après avoir ouvert pour Home Taping) d’investir les lieux. Autant le dire de suite : le Barbar va littéralement être transformé en champ de bataille…

Les Anes Animent

Groupe punk par excellence, Les Anes Animent ouvrent le bal (des enragés, car c’est carrément leur état d’esprit) devant une salle fort bien remplie et déjà dans l’ambiance. Dés le premier titre, on peut constater que le son est très fort mais reste net. Fabione (chant, cris, hurlements, etc..) parvient rapidement à choper le public aux tripes grâce à ses mimiques et ses nombreux allers-retours réguliers parmi les spectateurs pour provoquer des pogos. Ce qu’il réussira à faire plusieurs fois. Les spectateurs sont là pour s’éclater et la moindre occasion est saisie pour démarrer un pogo furieux. Techniquement, ce n’est pas impeccable et le groupe est contrarié par de nombreux problèmes de micro. Mais ce soir, peu importe car l’ambiance et l’énergie priment sur l’interprétation exacte des partitions. Du punk doit rester du punk après tout (c’est à dire mettre un gros bordel en moins de deux minutes avec seulement trois notes). Tandis que Fabione s’évertue à exciter le public, ses lieutenants Alex (guitare) et Kaze (basse, guitariste de Crisenthème venu en renfort) sont plus statiques mais néanmoins efficaces. Kaze éprouve parfois quelques difficultés pour entrer dans les morceaux, ceci étant dû au manque de préparation avant le concert mais le bassiste s’en sort très bien. La bonne moitié du set passée, Fabione tente de se déshabiller mais ne parvient qu’à retirer la moitié d’une jambe de son pantalon, le faisant ainsi ressembler à Tidus de Final Fantasy X. Classe. Heureusement, pour la dernière chanson, le chanteur parvient enfin à retirer le pantalon et se contente de chanter uniquement en… string. Il pourfendra le public une dernière fois avant de nous remercier et de laisser trois demoiselles écrire sur son ventre à l’aide de marqueurs… Un vrai punk je vous dis !

LESANEANYMES-20130427-011 LESANEANYMES-20130427-015 LESANESANYMES-20130427-019 LESANESANYMES-20130427-021

Sombra Y Luz

Venu remplacer Crisenthème à la dernière minute (Will, le chanteur, est souffrant), Sombra Y Luz aura pour but de perpétuer le bordel créé par Les Anes Animent avant eux. Heureusement pour nous, Morgan et sa bande vont y parvenir avec leur Fusion Metal rageur. En effet, à peine le premier morceau est-il entamé que Morgan devient possédé et chante ses textes comme s’il les vivaient. Cette énergie est rapidement transmise au public qui va mettre une sacrée ambiance tout au long du set. Si Riton (basse) ne bouge que très peu, Emmanuel (guitare) va se transformer en Angus Young et rejoindre les spectateurs à plusieurs reprises avant de remonter rapidement sur la scène. Imparfait techniquement, le set est toutefois très électrique et le public ne se fait pas prier pour lancer les pogos. Tandis que son guitariste s’acharne sur les cordes de sa SG, Morgan se métamorphose en Zack de la Rocha (Rage Against The Machine) et nous crache ses textes engagés en pleine figure (« Palesraël », « La Télévision »). Avant le rappel, Morgan fera une dédicace pour Yoann (de l’association ardéchoise Caillette) qui fête ce soir son anniversaire. Les spectateurs balancent soudainement de nombreux confettis et de fils, recouvrant non seulement Yoann mais également le sol du Barbar, désormais difficilement visible et glissant. La fête ne fait pourtant que commencer et Sombra Y Luz nous envoie son dernier morceau, le très fédérateur « K-Yet », dont le refrain est repris par la majorité des spectateurs. Le public pogote une dernière fois avant de laisser partir le groupe sous une pluie d’applaudissements.

 SOMBRA-20130427-006 SOMBRA-20130427-011 SOMBRA-20130427-019 SOMBRA-20130427-022 SOMBRA-20130427-033 SOMBRA-20130427-035

La Trime Team

Les Trimards sont de retour au Barbar et cette fois, ils ont bien l’intention de faire mieux que les deux formations précédentes. Motivés et en grande forme, La Trime Team va se faire un plaisir d’encourager les spectateurs à mettre le plus de bordel possible. Là aussi, nous aurons droit à quelques « pins » de la part des quatre musiciens mais comme dit précédemment, c’est l’ambiance qui prime ce soir. Et pour ce qui est de l’ambiance, La Trime Team remporte la compétition haut la main. Dés le début du  concert, la salle se transforme en pogo géant, à tel point qu’il devient délicat de réaliser quelques photos. À peine me suis-je déplacé vers un tonneau en bois situé à l’entrée (ce qui me paraissait un endroit sûr) que les mosh me rattrapent. Le public ne fait que bouger continuellement comme une gigantesque vague lors d’une tempête en plein océan. Flo, chanteur de La Trime Team, est souffrant au niveau de sa voix mais ne laisse pourtant rien paraître et donne son maximum d’un bout à l’autre du set. Aucun temps mort, les chansons défilent à grande vitesse. Le morceau « J’ai trop » remporte un beau succès mais se sont surtout les deux derniers titres, « Fist Fuck » et « Diviser pour mieux régner » qui vont soulever le public comme un seul homme. Au bout d’une heure et quelques minutes de jeu, La Trime Team dépose les instruments, couverts de sueur. Les clients du Barbar sont épuisés, en sueur, couverts (et remplis) de bière mais heureux. Un sourire peut se lire sur chaque visage et c’est le plus important. Certains, épuisés, commenceront leur nuit dehors, adossés à un mur.

LATRIMETEAM-20130427-009 LATRIMETEAM-20130427-011 LATRIMETEAM-20130427-015 LATRIMETEAM-20130427-018 LATRIMETEAM-20130427-021

Encore un soirée punk réussie au Barbar, aussi éprouvante que celle du 6 avril dernier. Bravo aux propriétaires pour leur passion et leur dévouement. Bravo aussi aux groupes qui nous auront mis une grosse claque.

KOUNI