Voici une petite interview de Timo Tolkki, ancien guitariste du groupe finlandais Stratovarius. Et quand je dis petite, vous constaterez par vous-même que le sieur n’est pas très bavard…

Interview réalisée par email, le 15 avril 2013

Es-tu d’accord quand les personnes nomment ta musique “Métal Symphonique ?

S’ils veulent. Je n’étiquette pas moi-même ma musique, c’est mieux que ce soit les gens qui le fassent.

Avec Avalon, c’est la première fois que tu collabores avec des chanteuses, si on ne prend pas en considération les chœurs présents dans la discographie de Stratovarius. Y a-t-il longtemps que tu planifiais cette collaboration ?

Ce n’est pas la première fois. J’ai déjà un album appelé « Saana Warrior Of Light » sorti en 2009 qui était un Opéra Rock et qui avait des dialogues entre les chanteurs. Ce n’est pas une nouvelle chose pour moi.

Qu’elle est ta relation avec d’autres musiciens comme Tobias Sammet ou Andre Matos, qui n’arrivent pas non plus à rester dans des formations stables car ils sont constamment en mouvement, si je puis dire ?

Je n’ai aucun problème avec eux. Beaucoup de gens ont des problèmes avec moi. Mais comme je produis mes enregistrements moi-même, cela me met dans une position autoritaire, ce qui amène des conflits.

Y a-t-il une relation entre Avalon et tes deux autres projets solos ?

Non.

Pourquoi avoir choisi le concept d’un “Opéra Métal”?

C’est essentiellement dû à Frontiers Records qui m’a offert un contrat pour 3 opéras Métal. Pour moi, il n’y a pas de « concept » de Métal opéra. Dans l’opéra classique, actuellement, les chanteurs dialoguent entre eux, mais dans tous les opéras métal, cela semble être le cas chanson après chanson.

As-tu eu cette idée après ta participation dans le projet Avantasia de Tobias Sammet ? Ou avais-tu cette idée avant ?

J’ai juste joué deux solos dans Avantasia, il y a 12 ans. J’ai cette idée depuis l’automne 2012.

Sur ton album, tu as choisi le thème du futur post apocalyptique. Que veux-tu faire passer comme message à l’auditeur ?

Je ne veux transmettre aucun message à l’auditeur. Et si l’auditeur veut trouver un message, il doit le chercher, car il est là pour être trouvé.

Durant la création d’Avalon, étais-tu seul à écrire les chansons et composer les mélodies ? Où partageais-tu le travail avec d’autres membres ?

Non, c’est complètement mon projet.

Pour toi, quelle chanson caractérise le mieux Avalon ?

Aucune car elles contiennent toutes beaucoup de différentes sensations et émotions.

Peux-tu vivre seulement de ta musique ou as-tu besoin de travailler à côté ?

Je vis de ma musique depuis les 20 dernières années.

 

Que penses-tu d’internet concernant le monde de la musique ? Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

Je pense que c’est bien et mal. Je suis fan de CD, mais j’aime aussi les Ipods ou ce type d’objet. Donc je pense que tu dois changer avec le temps.

ELOVITE