Une petite virée à Annecy un samedi soir, c’est toujours bon pour le moral. Surtout quand on va voir un des groupes les plus prometteurs de la scène metal prog. Notre partenaire le Brise Glace accueille ce soir les Tunisiens de Myrath dans son antre, avec en ouverture les formations Soho et Amon Sethis. C’est parti pour un voyage dans le temps…

SOHO-20130518-011Soho

La première étape de notre voyage sera faite en compagnie de Soho, un groupe de reprises rock, principalement focalisé sur Deep Purple et « tous les groupes qui émanent de DeepSOHO-20130518-002 Purple », dixit le chanteur. En effet, nous aurons droit à des réinterprétations de classiques de Whitesnake, Led Zeppelin ou encore Rainbow. Loin de « copier » leurs illustres prédécesseurs, Soho s’approprie avec brio et beaucoup de justesse les classiques connus de tous (« Smoke On The Water » remporte la palme auprès du public). Techniquement, le jeu est carré et très dynamique. Malgré une légère erreur de la part du batteur, très vite oubliée vu la qualité de son jeu. Mention spéciale au guitariste qui effectue parfaitement des soli écrits à l’origine par Jimmy Page et Ritchie Blackmore. Belle maîtrise ! Nous ne pouvons que regretter que le chant, juste, ne soit pas plus audible. Le groupe affiche une belle cohésion et communique bien avec le public, clairsemé mais ravi de la prestation de Soho.

SOHO-20130518-014 SOHO-20130518-001

AMON SETHIS-20130518-003Amon Sethis

Quelques minutes après Soho, voici les Grenoblois d’Amon Sethis. Les lumières s’éteignent, puis une forte lueur rouge éclaire la scène. Un homme masqué apparaît du fond de laAMON SETHIS-20130518-020 scène et s’approche de nous. Enlevant son masque d’une main, tenant son micro de l’autre, le chanteur entame le set d’une voix puissante et bien maîtrisée. Julien, puisque c’est son prénom, nous embarque alors pour un voyage dans l’Egypte ancienne, plus précisément sous « la 7ème dynastie ». Je laisse le soin aux passionnés de nous présenter cette période de l’Antiquité. Dés les premières mesures, nous entrons sans sourciller dans ce concept original. Même si tout le monde n’est pas passionné par l’Histoire ou l’Egypte, il faut reconnaître que le groupe nous fascine par son univers et son niveau technique. À commencer par le guitariste, Olivier, très bon techniquement. Les structures musicales sont suffisamment variées pour maintenir notre intérêt. Les nappes de clavier sont discrètes mais apportent une légèreté bienvenue dans ce flot de notes. Julien tient littéralement son public en main et nous ne pouvons le quitter des yeux tant son jeu de scène est dynamique. Arpentant la scène de long en large, s’amusant avec ses compagnons, le vocaliste ne tient pas en place. Le groupe s’autorise une reprise et pas des moindres puisqu’il s’agit de la chanson AMON SETHIS-20130518-024« Powerslave », extraite de l’album éponyme des Britanniques d’Iron Maiden. Se mesurer à Bruce Dickinson et son timbre de voix si particulier n’est certainement pas une chose facile mais Julien réussit à imprimer sa marque vocale sur cette chanson. Ce morceau, long de près de huit minutes, contient plusieurs parties différentes assez AMON SETHIS-20130518-021techniques. Malgré ces difficultés, Amon Sethis s’approprie la chanson et l’interprète de façon magistrale. Julien parvient même à faire participer les spectateurs sur ce titre. Vient enfin le dernier morceau, extrait du nouvel album, « jamais joué ou presque » selon le chanteur. Lourd, pesant, groovy à souhait et puissant, ce titre à tout pour bien fonctionner en live. Le passage du feu est réussi car le public applaudit chaleureusement les Grenoblois. Une belle découverte pour ma part et un chouette voyage dans le temps. À voir au plus vite !

MYRATH-20130518-005Myrath

La révélation 2012 du Metal progressif monte enfin sur les planches sous une lumière chaude et tamisée. Myrath démarre son set dans un bain de sons et de lumières. Bienvenue en Orient. Cet Orient lointain, mystérieux et si fascinant. Les Tunisiens ont fait le pari d’intégrer des sonorités orientales dans une musique occidentale et force est de reconnaître que, non seulement ça fonctionne très bien mais qu’en plus, ça donne vraiment envie de bouger. Techniquement, c’est très varié, le groupe alternant entre passages calmes, requérant beaucoup d’habileté et de doigté avec des passages plus rapides usant de riffs typiquement Metal. Si le son est globalement bon, on regrette que la guitare de Malek soit très en retrait dans le mix. Si nous entendons bien les riffs, car appuyés par la basse six cordes d’Anis et le clavier de Kévin Codfert (Adagio, remplaçant d’Elyes, soufrant), il est en revanche très difficile d’entendre les solis. Bien sûr, ceci n’entache pas la qualité du concert et de la prestation de chaque musicien, notamment celle de Morgan qui réalise une démonstration de haute technicité sur sa batterie. Sans toutefois en faire trop, ce qui est le cas pour chaque membre de Myrath. Bien que ce soit du Progressif, leur musique reste très rock et même très groovy. Nous ne sommes pas noyés sous un océanMYRATH-20130518-011 d’arpèges et de solis, le groupe souhaitant avant tout s’éclater avec nous plutôt que de faire un clinic. Et pour communiquer avec le public, le leader du groupe, Zaher, sait comment s’y prendre. Affichant un large sourire et ne tenant pas une seconde en place, le vocaliste balade notre esprit avec sa voix. Son chant juste et haut est parfaitement maîtrisé et Zaher n’a aucun mal à monter dans les aigus ou à chanter un slow. D’ailleurs, en parlant de slow, il sera chanté en duo avec Clémentine (Whyzdom). Le tandem partagera la scène durant deux titres et nous offrira un moment très poétique et touchant. Il semble exister une réelle complicité entre les deux vocalistes et la performance s’en ressent. Clémentine quittera ensuite les planches sous les applaudissements pour laisser Myrath poursuivre son set. Cohérent et varié, le spectacle nous fait voyager dans MYRATH-20130518-007des contrées exotiques jusqu’au final, grandiose. Après plusieurs minutes purement instrumentales (bon sang, quels solos !), Zaher entreprend auprès des spectateurs de les faire chanter en canon. La partie gauche entonne un refrain simple tandis que la partie droite chante une ligne mélodique un peu plus élaborée. Tout le Brise Glace se prend au jeu et le résultat est juste formidable. Pendant près de cinq minutes, toute la salle résonne de cette chorale improvisée. Zaher, heureux comme MYRATH-20130518-014un gosse, ne cesse de nous remercier pour notre performance. Après ce très beau moment partagé avec le groupe, il est temps pour Myrath de nous quitter et de nous saluer une dernière fois en compagnie de Clémentine.

Une belle soirée, pleine de surprises et de bons moments. Myrath prouve une fois de plus qu’il faudra compter avec eux à l’avenir. Amon Sethis nous a montré qu’il avait également beaucoup de potentiel avec sa musique « concept ». N’oublions pas Soho, impeccable dans son rôle d’ouvreur.

Merci aux groupes et à tout le personnel du Brise Glace pour cette soirée.

Pour découvrir ces groupes, cliquez sur leurs noms : Myrath, Amon Sethis.

Kouni