531734_10151339451452689_1218358615_ngenre : hard rock mélodique    ©2013

Les nouveaux Gun’s’n’Roses sont là et arrivent tout droit de la Finlande avec un premier album, Kings Of The Underground, digne successeur d’un Ep sorti en 2010 nommé Bulletproof. Car sincèrement, tomber sur un disque aussi rempli de tubes interplanétaires devient aussi rare que les poux sur la tête d’un chauve, malgré les excellents derniers albums en date d’Europe ou de Tesla.

La particularité de cet album est de ne laisser aucune place à l’ennui avec une succession de tubes interplanétaires sortis tout droit des tripes de Makey (chant/guitare), Jake (basse) et Jukkis (batterie). Pas de ballade cul-cul, uniquement un enchaînement de riffs tous plus excitants les uns que les autres et une jolie voix, posée, jamais excessive. Kings Of The Underground surprend par son homogénéité, un peu moins pour sa diversité puisque les huit titres ne se démarquent finalement que par les refrains entêtants et peut-être pas assez par leur structure mais de toute façon, la sobriété est aussi ce qui fait le charme du hard. Qui ne s’imagine pas écouter « A Million Voices », »In The Eye Of The Wind », LE hit de l’album paru il y a deux ans déjà sur quelques radios européennes, ou « Demons & Temptations » en conduisant une décapotable sur des routes de montagne? Du rock’n’roll fait pour ambiancer, il est difficile de définir autrement la musique du trio.

Pas parfait dans le sens où le chant de Makey, bien qu’il soit agréable, est trop linéaire sur la longue, Kings Of The Underground contient tout de même des pépites qui font frémir les papilles. Un bon album original qui sonne moderne mais pas trop, le juste milieu entre la simplicité et l’épanouissement. Check it.

—————————————————————————————————————————————————————————————————————–

The new Guns’n’Roses are here and coming straight of Finland with a debut album, Kings Of The Underground, worthy successor of an EP released in 2010 and named Bulletproof. Because sincerely, to come across an album that full of dynamite boosted songs becomes rarer than a snowflake in hell, despite the last excellent albums of Europe and Tesla.

This album’s particularity is to leave no room to boredom with a succession of global hits right from the guts of Makey (Vocals/Guitars), Jake (Bass) and Jukkis (Drums). No cheesy ballad, just a series of riffs, each more exciting than the last and a nice voice, fitting and well-pitched, never excessive, Kings Of The Underground surprises by its cohesion, a bit less by its diversity, in so far as the eight songs distinguish more on their catchy choruses than on their structures, but anyhow sobriety is also what make Hard Rock’s atrraction. Who can’t picture themselves listening « A Million Voices », « In The Eye Of The Wind » THE HIT of 2010’s EP and broadcasted on a few European radios, or « Demons & Temptations » while driving a convertible on mountain roads? Rock’n Roll to raise the spirit, it should be difficult to define otherwise the troi’s music.

Not Perfect, in the sense that Makey’s singing, even if pleasant is a bit linear on the lenght, Kings Of The Underground still contains treasures that thrills the senses. A good album, original but not too much, the happy medium between simplicity and flourishing. Check it.

Noisyness.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=rXtittj1B0A]