Me voilà partie sur les routes en direction de la mythique sale du Z7 à Pratteln en Suisse, pour voir et écouter un subtil mélange de Heavy Metal et de classique : Lingua Mortis Orchestra feat. Rage. La soirée s’annonce riche en émotions.

En arrivant au Z7, c’est avec une agréable surprise que j’apprends que le groupe Orden Organ est en support de Lingua Mortis. Ça tombe bien, je me demandais quand j’aurais l’occasion de les voir ? Et bien, ce sera pour ce soir !

Orden Organ

Orden OganOrden Organ vient nous présenter un Heavy mélodique dans la pure tradition germanique. Sur scène, le groupe est vêtu de façon futuriste, la déco nous plonge dans un univers de glace et pour cause, Orden Ogan débute le concert avec « The Frozen Few » (l’intro), suivi de « To New Shores Of Sadness ». Bonne ambiance sur scène, Tobbi le guitariste a toujours le sourire. Les titres se succèdent bien avec un clin d’œil à Running Wild avec le titre « We Are Pirates ».

Pour le public, il lui faudra plusieurs morceaux pour le faire bouger davantage. Ce seront « To The End » suivi d’ « Angels War » qui le feront ! Quant à Tobbi, Seeb (chant), Niels (basse) et Dirk (batterie), eux sont bien dynamiques sur scène !

Orden Ogan clôture son concert avec « The Things We Believe In » dont Seeb fait participer un public enfin un peu plus enthousiaste qu’au début.

Il me tarde de revoir ce groupe quelque part en Europe.

Mais, pour l’instant, changement de décor et de style avec Lingua Mortis Orchestra !

OrdenOgan Orden Ogan

Setlist Orden Organ :

  • The frozen few
  • To the shores of sadness
  • The lords of the flies
  • We are pirates
  • Masks
  • To the end
  • Angels war
  • The things we believe in

Lingua Mortis Orchestra

LMO 5009L’orchestre philharmonique de Barcelone, composé d’une vingtaine de musiciens, s’installe en silence sur scène suivi de leur chef d’orchestre Daniel, puis arrive Lutz avec son didgeridoo dont l’extrémité est orné d’un crâne humain, un vrai ! Pour cette version classique, Peavy, Victor et André sont accompagnés d’Annette, Dana et Henning (Metalium, Sons of Seasons) au chant pour toute l’intonation à cette orchestration.

Le concert commence par « Cleansed By Fire ». Lingua Mortis nous conte l’effroyable histoire d’une femme accusée de sorcellerie. L’histoire est représentée par des gravures qui sont projetées sur l’arrière de la scène. Le tout est rythmé par les impressionnants soli de guitare de Victor, les percutantes notes de basse de Peavy et cadencé par la batterie d’André.

LMO 5027« From The Cradle To The Grave » est un classique de Lingua Mortis . Sur scène, il y a une bonne ambiance et une belle complicité. Les chansons s’enchainent les unes après les autres, dommage que je comprenne pas l’anglais pour vous écrire ce que Peavy nous dit. L’orchestre joue seul un moment, puis on repart avec « No Regrets », « Eye For An Eye » puis «Turn The Page ». Nous avons un moment plus calme avec « Afterglow » et « Oremus ». Victor échange sa guitare contre un violoncelle et Annette se met à la guitare. Tout au long de ce concert, une belle répartie est donnée entre chaque chanteur et musicien. Quant au public, si celui-ci ne s’extériorise pas beaucoup, il n’en est pas moins content d’être là, cette attitude ne me surprend pas. Dommage que la salle ne soit pas complétement remplie.

On arrive à la fin de cette belle prestation scénique avec « Straight To Hell » et le fameux « Higher than Than Sky ».

LMO 6211 LMO 6129 LMO 6128 LMO 6237 LMO 6164 LMO 6278

Setlist Lingua Mortis Orchestra :

  • Cleansed by fire
  • Empty hollow
  • From the cradle to the grave
  • Scapegoat
  • Devil’s bride
  • Lament
  • Prelude/Innoncent
  • Instrumental avec orchestre seul
  • No regrets
  • Eye for an eye
  • Turn the page
  • Afterglow
  • Oremus
  • Witche’s judge

Rappel :

  • Straight to hell
  • Higher than the sky

La soirée est passée trop vite, j’ai hâte de les revoir en Allemagne où ils feront quelques dates en décembre prochain. Tiens, ça fera un cadeau de Noël…

Mes remerciements aux groupes, à l’organisateur de cette soirée et à tout le personnel du Z7.

Melissa « aus Frankreich »