Ce soir, la salle du Brise Glace va trembler de toute sa structure à cause des Parisiens de The Arrs. Pour les aider, les groupes Your Pride et L’épouvantail sont venus en renfort. Le dernier nommé s’apprête à jouer devant une salle pas encore bien remplie, mais l’affluence est plutôt bonne pour un jeudi soir. Il est 21 heures et les hostilités commencent.

L'EPOUVANTAIL-20131024-002L’épouvantail

Ce groupe local, formé en 2009, joue un Metal mélangeant plusieurs styles comme le Death mélodique et le Thrash, avec quelques touches de Hardcore. À l’aise sur scène,L'EPOUVANTAIL-20131024-004 Emilie (chant) arpente la scène de long en large en restant proche de son public. Un public déjà acquis à la cause du groupe si l’on en croit les nombreux cris et sifflets. La chanteuse est charismatique et maîtrise plutôt bien son organe vocal, pour preuve ses growls parfaitement exécutés. Quelques pogos auront lieu dans la fosse et certains fans chanteront même quelques refrains. Profitant d’un capital sympathie conséquent, L’épouvantail nous délivre un set efficace durant trente minutes. Le son est massif, clair et les musiciens jouent très bien. Loin d’être exceptionnel toutefois, ce groupe dispose d’un sérieux potentiel et d’un talent qu’il faut encore cultiver. Il n’en reste pas moins une très bonne ouverture pour cette soirée.

YOUR PRIDE-20131024-005Your Pride

Attendus par une large partie du public, les musiciens arrivent sur scène sous les applaudissements et les cris. Your Pride démarre son set et déjà, les spectateurs sontYOUR PRIDE-20131024-001 complètement déchainés. Un énorme circle-pit est lancé dans la fosse et les slams seront nombreux tout au long du concert. Le groupe est au taquet lui aussi et a bien l’intention de réaliser une performance inoubliable. Le son est très bon, laissant de la place à chaque instrument et surtout au chanteur. Le public se masse devant la scène, permettant ainsi aux musiciens de côtoyer ses fans. Les compositions, taillées pour la scène, remportent toutes un franc succès. À tel point que les spectateurs trouvent vite l’occasion de réaliser un wall of death assez violent en milieu de set. Relativement court, le set de trente minutes aura pourtant été très intense. Un jeu efficace et même impeccable, un très bon contact avec le public, Your Pride a tout pour devenir un incontournable de la scène Metal française. Un groupe à voir au plus vite si vous ne connaissez pas.

THE ARRS-20131024-006The Arrs

Nous y sommes. La tête d’affiche de la soirée, le groupe The Arrs, venu de Paris, est là pour nous déboiter les cervicales. Une fois encore, le public est complètement THE ARRS-20131024-003surexcité alors que l’intro résonne. Ni une, ni deux, des pogos sont lancés et ceux-ci ne s’arrêteront pas avant une heure. Au vu de la frénésie du public, Nico (chant) demande aux spectateurs de faire un wall of death. Il n’en fallait pas plus pour celui-ci soit réalisé. Sur scène aussi, ça bouge beaucoup. Les deux guitaristes, Pierre et Stefo, se déplacent régulièrement le long de la scène tandis que Phil (basse), le sourire aux lèvres, ne cesse de faire des allers-retours entre son public et son batteur. En parlant de ce dernier, Toki exécute une solide performance derrière ses fûts, avec un jeu très carré et énergique. Le son global est parfaitement réglé par l’ingé-son du groupe. Un son massif, puissant et net, permettant aux musiciens de nous mettre une claque à chaque note, chaque accord. La salle, bien remplie, est maintenant chauffée à blanc et les spectateurs participent THE ARRS-20131024-002activement à la folie du concert. Les circle pits naissent, meurent et renaissent incessamment, à tel point qu’il en devient difficile, pour nous autres photographes de faire notre travail en sécurité. C’est ça le Rock ! Les slams se comptent par dizaines et nous avons un champion en la personne du « petit Jérémy » (dixit Nico) qui en réalise une bonne douzaine à lui seul. Après une heure de jeu, The Arrs quitte la scène mais revient pour un rappel qui sera tout aussi furieux que le reste du concert. Une dizaine de personnes montent sur scène pour le dernier morceau et pour finir en beauté, ces spectateurs quitteront les planches en faisant un slam groupé. Une belle façon de terminer ce concert, exténuant et complètement dingue.

Encore une excellente soirée au Brise Glace. L’orga nous a concocté une très belle affiche, avec des groupes qui n’hésitent pas à aller au charbon, comme on dit.

Merci aux groupes, à l’organisateur, au personnel du Brise Glace et surtout au public qui aura été exemplaire.

Kouni