Après deux mois passés en Argentine pour un superbe voyage, me voici revenu sur le territoire français, seulement depuis deux jours. Eh oui, je ne traîne pas. Après avoir assisté à un fabuleux concert d’Airbourne la veille, au Radiant, je me retrouve en ce jeudi 14 novembre au CCO, pour une date signée Dream Factory. Aujourd’hui, l’affiche est alléchante et promet de finir de façon explosive. En effet, la soirée commencera par Darkness Dynamite, puis continuera par Tristania et finira par les très attendus Suédois de Dark Tranquility.

Darkness Dynamite

Nous commençons avec la formation parisienne Darkness Dynamite qui, d’emblée, plonge la salle dans une ambiance noire et étrange. PIMG_2944our tout avouer, la musique est spéciale, et il faut vraiment creuser pour trouver des parties IMG_2942intéressantes sur le jeu de Darkness Dynamite. Le côté technique du Metalcore est là, notamment avec les guitares de Nelson Martins et de Zack Larbi, permettant de casser légèrement la lassitude ressentie. Est-ce dû au manque de lumière ? Aucune idée. Cependant, il m’est avis qu’avec un peu plus de luminosité, cela serait sûrement plus favorable. Cela étant dit, si les guitaristes arrivent à casser la monotonie, la batterie joue aussi beaucoup dessus, grâce à une bonne utilisation de la double pédale. Même les coups portés aux cymbales sont efficaces et ravageurs. Toutefois, une partie du public a du mal à rentrer dans le jeu des Parisiens. Dommage, car Junior Rodrigez (chant) fait tout pour que le public se sente à l’aise. Mais mis à part ça, les premiers rangs ne bougent pas. Le set continue ainsi pendant trente minutes, avant que Darkness Dynamite ne prenne congé du public du CCO. Un groupe à revoir dans des conditions musicales et d’éclairages plus favorables, de façon à mieux apprécier.

    IMG_2948 IMG_2955 IMG_3146

Tristania

Voici l’heure des Norvégiens de Tristania et de leur chanteuse Mariangela Demurtas. C’est le premier changement musical de la soirée, car mIMG_3001aintenant, nous entrons de plain-pied dans un style Death gothique. Si la technique IMG_3012instrumentale et vocale est présente, le dynamisme des Norvégiens sur la scène est particulièrement inexistant. C’est dommage, car on sent que ce manque de tonicité ne donne pas envie de rester dans la salle, et nous avons l’impression de tourner en rond. Cependant, la puissance des accords de Anders Hoyvik Hidle et Gyri Smorgal Losnegaard sur leurs guitares, arrive à nous hérisser le poil. De plus, la technicité au chant du couple Mariangela Demurtas et Kjetil Nordhus, est explosive et superbement bien travaillée, permettant de passer sur le manque de dynamisme du groupe. Pourtant, le mélange de toute cette positivité et négativité, n’offre pas la meilleure façon d’apprécier le potentiel de Tristania. Il faudra donc les revoir dans d’autre circonstances pour se faire une meilleure idée.

IMG_2984 IMG_2991 IMG_2992  IMG_3005  IMG_3026

IMG_3132Dark Tranquillity

Allez, c’est parti pour les Suédois de Dark Tranquillity. Une grosse majorité, voire quasiment la totalité de la salle, a fait le déplacement pour cet immense groupe. Je dois avouer que depuis le début de la soirée, je découvre au fur et à mesure ce qui se joue. Déjà, la chaleur humaine se fait plus présente que sur Tristania et Dakness Dynamite. D’emblée, la foule du CCO s’amasse et s’accumule à la scène, si bien que nous allons perdre pas loin de dix litres d’eau pour les premiers rangs. De plus, l’ambiance scénique et musicale change du tout au tout, laissant placIMG_3109e à un Metal technique, puissant et ravageur. En effet, dès les premières notes de Dark Tranquillity, les pogos et les circles pits débutent. D’ailleurs, certains n’auront pas la force de résister à cette foule en folie. Il est vrai qu’il faut une sacrée condition physique, tant pour résister à la poussée des fans, que pour éviter de se prendre les slamers sur la tête. Un véritable bonheur d’assister à un tel spectacle de joie et de bonne humeur. Les membres prennent même le temps, entre deux chansons, de signer les autographes, notamment le chanteur Mikael Stanne. C’est rare pour un groupe qui tourne depuis plus de vingt ans. Bravo à eux pour leur décontraction. Nous voyons également le sourire sur leurs visages à chaque slamer qui monte sur la scène. Nous sentons même que, s’ils le pouvait, ils leur permettrait de rester avec eux. Mais ce n’est pas l’avis de leur roadie, qui en a décidé le contraire. Mais ne lui jetons pas la pierre, il fait son travail et aujourd’hui, l’ambiance est très bon enfant. Assez parlé du public, intéressons-nous aux musiciens. Nous ne pouvons nier que le groupe fait preuve d’une technique et d’une puissance instrumentale énorme. Les riffs pleuvent comme la mousson, et les deux guitaristes Nikals Sundin et Martin Henriksson pallient très bien au manque de lignes de basIMG_3061se. De basse, allez-vous me dire ? Oui, le groupe n’a aucun bassiste, ce qui n’est absolument pas du tout gênant au vu de la qualité guitaristique dont font preuve les deux compères. De son côté, le batteur Anders Jivap tient son rôle à la perfection, sans jamais se démunir. Il ne doit pas être facile d’être la seule session rythmique sur scène, cependant cela semble d’une telle facilité que nous pourrions tous nous mettre à jouer de cet instrument si particulier. Les Suédois vont même nous offrir un duo tonitruant, en laissant monter avec eux Mariangela Demurtas sur « A Bolt Of Blazind Gold » et « The Mudane And The Magic ». Ce qui ravira le public masculin. De plus, le groupe se faisant tellement plaisir à jouer pour ce public lyonnais, qu’ils en oublient l’heure (rappellant le show de Doro, quelques années auparavant) mais là, nous aurons droit à un fabuleux rappel avec le titre « Misery’s Crown », avant que Dark Tranquillity ne sorte définitivement de la scène.

   IMG_3074 IMG_3078 IMG_3093   IMG_3131  IMG_3136 IMG_3139

Setlist Dark Tranquillity :

Rappel :

Une fabuleuse soirée, pour mon quatrième soir depuis mon retour sur le sol français. Bravo à tous les groupes et merci à Dream Factory pour l’organisation de leur superbe soirée.

Rendez-vous le mardi 10 décembre pour Marduk, Grave, Valkyrja et Death Wolf au CCO.

ELOVITE