An Ocean Of Void (Ep)

Posté le : 17 décembre 2013 par dans la catégorie Chroniques
Tags:

An Ocean Of Void

An Ocean Of Void est un groupe bordelais, né un certain 18 juin 2010. Après un certain nombre de concerts, ils finissent par enregistrer, en milieu d’année 2012, deux titres qui constitueront l’Ep que nous chroniquons aujourd’hui, additionné d’une introduction. Un album est en cours d’enregistrement depuis le début de l’année, à priori constitué de huit pistes pour environ 50 minutes. Il serait vraisemblablement en pré-production à l’heure actuelle. Cet enregistrement est probablement la cause de la diminution du nombre des concerts cette année.

À première vue, la pochette est bien travaillée, nous introduisant immédiatement dans une ambiance à la fois sombre et belle, un tantinet d’esthétique gothique dans l’esprit. L’Océan de vide est-il quelque part dans les cieux ? Dommage, l’Ep est épuisé, nous basons donc notre chronique sur l’édition digitalisée. Deux titres aux consonances évoquant les Pink Floyd… Serait-ce une simple coïncidence ? Nous pensons à « Obscured By Clouds » et « Let There Be More Light ». En effet, des sons « Gilmouriens » surgissent en introduction et au cours des deux morceaux, de façon plus ou moins évidente. Sous une apparente simplicité, le jeu est très soigné, en place et propre. On ne déplore aucun écart. L’enregistrement est net, à tel point qu’on en oublierait qu’il s’agit d’une auto-production. On comprend la catégorisation du groupe, en tant qu’à la fois atmosphérique et Post-Metal sur les deux morceaux proposés ici. Cependant, nous observons une certaine dichotomie avec le premier, plutôt sur le côté atmosphérique et le second sur le côté Post-Metal, chacun contenant un peu une partie de l’autre, tel le Ying et le Yang s’entremêlant. Belle cohérence en tous cas. « Behind Red Clouds » nous surprend avec un solo inspiré par celui de « The Wall Part 2 », et l’intro avec ses sonorités très axées sur la partie intermédiaire de « Echoes ». Nous n’oublions pas les parties Metal qui nous évoquent à la fois le Hardcore, le Heavy et feu le Néo Metal. Tout ceci se mélange, les parties s’enchaînent délicatement et on ne se rend même pas compte qu’on s’est laissés emportés par des mélodies envoûtantes… Pour retomber sous des pulsions rageuses, à moins que ce ne soit une sorte de désespoir ? De désabusement ? On évoquera ainsi « Shape Of Dispair » pour le côté presque Doom de certaines parties.

Vous l’aurez compris, An Ocean Of Void n’est pas un groupe vraiment commun. Il s’agit d’une sorte d’OVNI qui passe bien, ayant réussi un métissage metal, ambiant, post rock. L’ensemble se laisse écouter très facilement, les sept à huit minutes de chaque titre s’écoulent et nous avons du mal à croire qu’un peu plus d’un quart d’heure s’est écoulé quand la musique s’arrête. C’est court. Un peu trop. C’est d’ailleurs à peu près le seul défaut que nous pourrions trouver à cet opus. Nous ne saurions trop recommander l’écoute de cette petite galette, sauf peut-être aux amateurs fanatiques de musiques violentes. Et encore… Désormais, nous attendons la sortie de l’album qui se fait attendre. Pour être encore meilleur ?

Tracklist :
1. Intro
2. Behind red clouds
3. A faded light

Line up :
Chant : Floran Guillou
Guitare : Julien Lesseur
Guitare, Clavier : Benoît Lamote
Basse : Jean-Luc Marro
Batterie : Pierre Delmas

 

http://soundcloud.com/an-ocean-of-void

http://anoceanofvoid.bandcamp.com

http://fr.myspace.com/anoceanofvoid

Contact :

F4R537KTP09