C’est après une petite réunion Sons Of Metal, que Mike et moi nous rendîmes au Ninkasi Kao. Ce soir, l’affiche proposée par Mediatone promet d’être des plus fracassantes, puisque la tête d’affiche n’est nulle autre que le groupe allemand Heaven Shall Burn. Trois formations lui emboîteront le pas, pour le plus grand plaisir du public lyonnais. Nous aurons droit aux Écossais de Bleed From Within, puis au trio américain Dying Fetus et enfin, les Suédois d’Hypocrisy avec leur chanteur guitariste Peter Tägtgren.

Bleed From Within

Nous entamons cettIMG_3799e soirée par Bleed From Within. Le groupe de Glasgow nous propose un Deathcore technique et puissant. En effet, la jeune formation est déjà bien au point au niveau de son jeu de scène, comme le démontrent les poses du chanteur Scott Kennedy. De plus, nous assistons là à une envolée vertigineuse vers les cieux écossais et nous pourrions peut-être tomber en route sur le monstre du Loch Ness. Quand on assiste à la musique de Bleed From Within, on se dit que ce n’est pas une légende, mais que cela est bien réel. En effeIMG_3825t, les frappes destructrices d’Ali Richardson pourraient faire penser à un dinosaure écrasant tout sur passage et ne laissant aucun survivant. Alors que dire des guitaristes Craig ‘Goonzi’ Gowans et de Martyn Evans qui nous envoient une déferlante d’ondes mortelles pour le genre humain, à chaque accord. Difficile de ne pas apprécier ce jeune groupe qui fait le boulot et qui le fait même très bien. Une bonne entrée en matière avant l’ouragan du reste de la soirée.

IMG_3798  IMG_3802 IMG_3808 IMG_3810

Dying Fetus

C’est parti, les lumières s’éteignent et nous voici plongés dans le monde très spécial deIMG_3863s Américains de Dying Fetus. D’emblée, la musique que nous propose le trio américain est comme un coup d’assommoir sur la tête. Car si la formation est statique, sa musique quant à elle, ne l’est absolument pas. D’ailleurs, le duo de chanteur John Gallagher (guitare) et Sean Beasley (basse) est terriblement fracassant. En effet, pour du Death Metal, c’est rare d’avoir un chant d’un tel niveau chez les deux personnes au micro. De plus, les riffs de John Gallagher sur sa pauvre guitare, sont d’une violence extrême et le public à compris d’ailleurs, car il va se réveiller doucIMG_3877ement et se mettre en condition pour la suite. Mais que dire du tsunami de frappes de Trey Williams qui nous submerge, telle une vague géante qui s’abattrait sur les côtes. Alors, face à une telle puissance, nous ne pouvons qu’admettre que les « tueurs » américains sont efficaces. On peut donc ne pas aimer le Death Metal mais, quand on assiste à une telle leçon de technique musicale, comment ne pas changer d’avis sur ce style si particulier?

 IMG_3865  IMG_3878 IMG_3882

Setlist Dying Fetus :

From Womb To Waste

Your Treachery Will Die With You

One Shot, One Kill

Praise The Lord (Opium Of The Mass)

Killing On Adrenaline

In The Trenches

Hypocrisy

Il est l’heure des Suédois d’Hypocrisy et de leur meneur Peter Tägtgren. Quelques mois auIMG_3898paravant, la formation avait laissé un bon souvenir au public présent dans la salle du FIL à Saint Étienne, en avril dernier. Nous allons voir aujourd’hui ce que le groupe va nous proposer. Mais avant d’entrer sur scène, deux hommes de la sécurité viendront se positionner devant Peter (bravo à ce duo qui a souffert pendant près d’une heure et qui nous a sauvé des slameurs).Ceci fait, Hypocrisy débute donc son set par l’explosif titre « End Of Disclosure », tiré de leur dernier album sorti en mars 2013. D’emblée, le public se transforme en véritable furie, les premiers slameurs font leur apparition et la foule se fait plus présente. En effet, pourIMG_3901 Bleed From Within et Dying Fetus, il était aisé de se déplacer dans la salle. Par contre, à l’heure d’ Hypocrisy, ce n’est plus vraiment le cas. À se demander où étaient certains spectateurs ? Qu’importe, puisque l’ambiance à doublé de volume. La formation dégage une telle rage que la sensation d’être pris en étau, devient de plus en plus oppressante. Pour cause, l’aura déversée de Peter Tägtgren est telle, que l’on occulterait presque les musiciens qui se trouvent avec lui, tant le rayonnement qu’il dégage est fabuleux. Mais il est vrai que pour faire un groupe, il faut être plusieurs et le bassiste, André Skaug, grâce à sa grandeur naturelle, IMG_3929arrive à surpasser celle de son compère Peter. Tandis que Horgh (batterie) s’évertuera à tirer encore le public vers le haut, grâce à sa double pédale ultra efficace. Lorsque Hypocrisy finit son set, une amère déception se fait sentir à travers un set ma foi un peu court. Cependant, la suite de l’ouragan continue.

IMG_3887   IMG_3903  IMG_3941 IMG_3944

Setlist  Hypocrisy :

End Of Disclosure

Tales Of Thy Spineless

Fractured Millennium

Fire In The Sky

44 Double Zero

Eraser

Adjusting The Sun

Roswell 47

Heaven Shall Burn

Nous voici à l’heure fatidique, car l’ouragan va frapper de plein fouet le Ninkasi Kao et sa population. Si nous n’avions eu qu’un prélude avec de fortes rafales, là, IMG_3979accrochez-vous, nous allons décoller. En effet, dès les premièrs millièmes de seconde, le public change de regard à la vue des Allemands de Heaven Shall Burn, emmenés par Marcus Bischoff (chant). Même après avoir vécu quelques mille groupes en live, le changement d’ambiance dans la salle du Kao est impressionnant. Des slameurs en tout genre grimpent sur le public pour se laisser flotter jusqu’à la scène, avant d’être repIMG_3970oussé par la tempête allemande. C’est tout bonnement incroyable de vivre cela, tant le public est aux abois des moindres gestes de Heaven Shall Burn, leur permettant de se soulever et d’atteindre le nirvana de la passion musicale. De plus, il est facile de se laisser transporter grâce à la douce puissance des  riffs envoyés par Maik Weichert et Alexander Dietz. Car, chaque accord posé par les deux talentueux guitaristes est comme un moment d’extase. Que dire d’Éric Bischoff (basse) et Matthias Voigt (batterie) à la rythmique qui se donnent à cœur joie sur leurs pauvres instruments, pour tirer 200% de leur potentiel, donnant de plus en plus d’envolées à la foule en délire, ce qui permettra à chaque spectateur de sortir ravi et enjoué par une soirée qui fût une nouvelle fois magnifique.

IMG_3996

IMG_3969   IMG_3980 IMG_3989  IMG_4014

La soirée venant de se terminer, les portes du Ninkasi Kao ouvrent pour laisser le public s’en aller dans la bonne humeur. Une nouvelle soirée signée Mediatone qui fût de nouveau endiablée. Merci à toute l’équipe pour l’organisation d’affiches, toutes plus belles les unes que les autres.

Rendez-vous le 28 janvier 2014 au Ninkasi Kao pour Ensiferum, le 15 février 2014 au CCO pour Elmer Food Beat et le 19 février 2014 au Ninkasi Kao pour Nashville Pussy.

Elovite