Jeudi 19 décembre. Une fois de plus, l’équipe de Sons Of Metal va prendre d’assaut sa salle chambérienne fétiche. Mais aujourd’hui, ce n’est pas une personne qui sera présente, mais trois. Car je suis accompagné de Mike et Kouni. Pour cette soirée, nous apprêtons à subir une terrible déferlante, envoyée en pleine tête. En effet, à l’affiche ce soir, le quatuor marseillais Dagoba, prêt à monter sur la scène du Brin de Zinc.

 

IMG_5355

Dagoba

Le groupe Nightshade ayant annulé, le public du BrinIMG_5338 de Zinc n’aura ce soir le droit qu’à Dagoba. Mais qu’importe. D’ailleurs, pour cette affiche, le public a fait le déplacement en nombre et la place commence à manquer aux abords de la scène. Dès leur entrée sur scène, le public commence à bouger. Franky à la batterie commence par chauffer les auditeurs du Brin de Zinc avant d’être rejoint par le reste de la troupe et inonder de leur majestueuse musique la salle chambérienne. D’emblée, c’est l’effervescence et nous allons nous mettre au travail pour retourner le Brin de Zinc. Tout d’abord, si le public est heureux de ce fabuleux cadeau de Noël, il faut bien avouer que le quatuor marseillais ne fait pas IMG_5432dans la dentelle. En effet, dès les premières secondes, Shawter (chant) va s’évertuer à attirer le public à lui comme un prédateur ne relâchant jamais sa proie. Une fois pris dans ses filets, le pauvre animal ne peut se défaire. Il est alors obligé de se débattre pour se libérer. Les spectateurs vont se lancer dans des pogos acharnés au fil des riffs de Yes « Z » Terzibachian. Puis, comme si cela ne suffisait pas, la puissance de l’aimant va augmenter petit à petit grâce aux puissants et ravageurs coups de baguette de Franky Costanza. Pour couronner le tIMG_5441out, Werther se fera une joie d’allumer encore plus l’étincelle dans les yeux des auditeurs, grâce au son de sa basse destructrice. Le public essayant encore se libérer, wall of death et circle pit se formeront sur les ordres de Shawter et sur la double pédale dévastatrice de Franky. Un des titres sera même dédié ce soir, non pas aux chevelus et aux barbus, mais aux femmes à la barbe rase (Barberaz). Le set se termine, comme il avait débuté, c’est-à-dire à 100 à l’heure et sous les acclamations du public.

IMG_5307 IMG_5322  IMG_5352 IMG_5354  IMG_5360 IMG_5362 IMG_5382 IMG_5383 IMG_5387 IMG_5405 IMG_5415  IMG_5436  IMG_5445

Le set se termine aussi efficacement qu’il avait commencé et le public se libère enfin des griffes de Dagoba. Le Brin de Zinc aura une nouvelle fois fait des heureux. Maintenant, il ne reste plus qu’à passer un joyeux noël, avant de nous retrouver ici pour la soirée spéciale réveillon du 31 décembre, avec Dobermann.

Elovite