Infectious Hate – Insanity Begins (EP)

Posté le : 15 janvier 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Genre : Death Groovy © 2013

La haine est partout autour de nous. Elle se propage telle une infection dans nos corps malades. D’un individu à un autre. Une expérience édifiante en témoigne : nous avons repéré deux individus contaminés en 2009, en région parisienne. Un certain John et un autre s’appelant Dan. Comme par une coïncidence inouïe, ils avaient un centre d’intérêt commun : la musique qui bouge. En 2011, deux nouveaux individus sont infectés par contact et ainsi, Léo et Rémi rejoignent les rangs de la haine musicale. Puis le batteur Sayato se retrouve sous la même bannière un peu plus tard. Ce n’est donc pas sans raison que nous prévenons nos lecteurs. Attention ! Si vous lisez la suite, vous risquez à votre tour une infection qui se propagera peut-être à vous puis à vos proches… Quels sont les symptômes ? Y a-t-il des moyens de se protéger ? De guérir ? C’est ce que nous allons voir ensuite.

Le 10 décembre 2013, voici ce que nous avons constaté : la haine prend d’abord une forme visuelle compacte sous forme d’un parallélépipède contenant un disque argenté. Vous pourrez constater qu’on dirait un œil sanglant sur fond noir, à moins que ce ne soit une cellule infectée… Nous ne saurions nous prononcer. Un fond noir et des traces rouges comme des tâches de sang avec le nom du groupuscule haineux Infectious Hate. Un avertissement préliminaire nous informe que la folie commence avec le titre de ce document sonore « Insanity begins ». Et nous voilà lancés. Le premier symptôme notable est que vous allez prendre ce disque avec une certaine appréhension, mais que vous allez malgré tout l’insérer dans votre lecteur. Méfiez vous car cela n’a l’air de rien, et pourtant… Si vous saviez ce qui vous attend ensuite…

Allez-vous presser le bouton de lecture ? Et bien oui. Et là c’est parti. Vous êtes en état de choc. Le premier titre « Insanity begins » ne dure qu’à peine plus d’une minute, mais vous avez déjà inoculé la maladie, vous êtes infectés. Le second symptôme ? Vous allez écouter jusqu’au bout… Quoi qu’il arrive, malgré des changements de rythmes et des cassures, des passages violents et d’autres plus lents, mais toujours aussi puissants et efficaces. Vous serez à peine gênés par une qualité d’enregistrement qui, si elle n’est pas excellente, est déjà au moins entre bonne et très bonne. Ce qui est plutôt positif pour une autoproduction. Le troisième symptôme : vous constaterez que le mix est bon et vous aurez du mal à vous empêcher de bouger. Certains sujets font même preuve d’une hyperactivité, accompagnée d’accès de violence envers le mobilier. Vous n’en pouvez plus ? C’est ce que vous croyez… Car vous survivez. Pensez-vous être dans un cul de sac ? On vous expliquera comment vous en sortir sans être usé par le temps. L’ultime symptôme : vous aurez envie de commettre un péché, celui de remettre ça encore une fois.

En  six titres et 22 minutes, vous comprendrez enfin comment vous en sortir. N’ayez crainte ! Il suffit de se laisser emporter par la vague et de surfer dessus comme un damné jusqu’à la ligne d’arrivée. Vous pouvez gesticuler, hurler ou rester totalement passif. Laisser les hommes masqués prendre le contrôle l’espace d’un moment et à la fin, vous vous sentirez libérés. Avec un peu de recul, vous pourrez repenser à votre expérience. Certains passages vous rappelleront des expériences précédentes, telles que les souches Pantera, Dying Fetus, System Of A Down ou encore Aborted. Cette mutation génétique combinant l’ancien et le plus récent donne des résultats fort prometteurs, quoi que la base ayant servie à la mutation soit toujours perceptible. Ainsi, ô amis lecteurs, chers auditeurs assoiffés de sensations fortes, n’hésitez pas à vous frotter au risque de jeter une oreille sur cette haine infectieuse qui ne pourra guère vous faire de mal. Il y a même une probabilité non nulle pour que vous en redemandiez. Et en fait ça tombe bien, car un album est annoncé pour cette année…

F4R537KTP09

Tracklisting :

1. Insanity begins
2. No more
3. Alive
4. Dead end
5. Corroded by time
6. Sins

Line-up :

Rémi : Basse
Léo : Guitare lead
John : Chant
Dan : Guitare rythmique
Sayato-Léo : Batterie

https://fr-fr.facebook.com/IHofficial
https://soundcloud.com/infectioushate