Samedi soir vers 18h30, j’arrive devant la Boule Noire. Il fait froid mais ça n’a pas découragé les métalleux qui se sont déplacés en nombre pour cette soirée qui s’annonce déjà sympathique. Après avoir patienté une vingtaine de minutes, ce qui semble une éternité sous le vent glacial parisien, nous entrons et la foule présente ce soir nous réchauffe en quelques minutes.

Except One

Except One

Me voilà postée en première ligne pour suivre l’événement, qui accueillera quatre groupes 100% français ! Pour ma part, ça sera une soirée placée sous le signe de la découverte. Except One qui a la lourde tâche d’ouvrir le bal, fait son entrée sur scène et dès les premiers accords, les pogos démarrent. Estelle (chant) ne laisse pas le public indifférent, son énergie et sa puissance mettent le feu ! Ce qui fait de cette première partie une entrée en matière prometteuse. 

La formation donne dans un Death Metal assez efficace, avec une frontwoman nous rappelant une certaine Angela Gossow (Arch Ennemy), dont on sent les influences. Seul le choix du cover « I like to move it », n’a pas fait l’unanimité auprès du public de la Boule Noire. Certes, le choix est original et osé mais malheureusement pas très mélodique. La prestation se finira avec deux titres originaux qui remettront tout le monde d’accord si l’on en croit les applaudissements et les cris qui clôturent ce premier set.

Inner Reflections

Inner Reflections

Après une dizaine de minutes d’entracte, les cinq membres d’Inner Reflections font leur entrée en scène. Changement de registre et de style, mêlant Metal, Hardcore et Rock. Le premier titre est énergique et rythmé, et cela va crescendo avec les morceaux suivants. 

Inner Reflections

Simon (chant) aime jouer avec le public qui lui rend bien, au vu des slams et du « wall of death » qui viendra marquer le milieu du set. Le jeu est très efficace et précis, l’énergie du quintuor est contagieuse et les sauts énergiques du groupe manqueront de faire tomber les micros de la batterie. 

Malgré les signes du staff, le set se finira par un dernier morceau imprévu qui laissera la salle en ébullition, prête à en découdre pour la suite de la soirée… 

 

 In trails

In Trails

À ma grande surprise, la salle se vide quelque peu alors qu’elle semblait des plus remontée et c’est au tour d’In Trails d’assurer le spectacle. C’est sous la BO du film « Mortal Kombat » que les membres du groupe font leur entrée. Le show débutera avec quelques soucis techniques obligeant le chanteur, sous ses airs timides, à se faire entendre du public sans micro, faisant une très belle démonstration de toute sa puissance vocale.

Sur les deux premiers titres, la voix est peu audible et les soli de guitare beaucoup trop présents par rapport aux rythmiques, mais ces « détails » seront vite oubliés avec la suite du set : son nickel et musicos en pleine forme !

Les sourires sur les visages des musiciens et leur entente sur scène dégagent une belle énergie. Mis à part un rythme trop entrecoupé par des interludes parlés un peu longs entre les morceaux (pas vraiment du goût du public), et un petit raté à la fin du set (annonce du dernier morceau trois fois), In trails nous aura tout de même offert un Metalcore très efficace !

In TrailsIn TrailsIn Trails

T.A.N.K (Think of A New Kind)

T.A.N.KC’est le moment tant attendu : l’entrée en scène de T.A.N.K ! La salle est de nouveau remplie et le public rugit dès l’arrivée du quintuor. Dès les premières notes de « The Raven’s Cry », l’accueil se traduit par des slams à la chaîne, pogos et cris, une ambiance qui va rythmer tout le concert. S’enchaîneront « Inhaled », « T.A.N.K 09 » dont le refrain sera repris en chœur par le public, « Beautiful Agony » et « Through the disgrace ». Raf (chant) annonce alors une surprise au public, puisqu’il invita sur les planches de la Boule Noire le « furieux » chanteur de Black Bomb A : Poun. C’est alors que résonne le riff du « Walk » de Pantera, en hommage à Dimebag Darell (abattu sur scène le 8 décembre 2004). Ce duo va déchaîner le public et Raf finira même par faire son premier slam de la soirée. Le combo n’a rien à envier aux grands groupes de la scène Metal, leur précision et technicité enchantent les oreilles du public.

T.A.N.KSymheris (lead guitare) enchaîne les riffs et les soli très techniques, tout en participant au jeu de scène du groupe en alternant headbang et changement de place avec Nils (guitare) et Olivier (basse). Le charisme du frontman a eu raison des derniers récalcitrants qui prendront part à la fête ! Se suivront « Cryptic Words » et « Disturbia » avant une petite pause inattendue. Le batteur d’Except One débarque alors sur scène, un gâteau dans les main pour célébrer l’anniversaire de T.A.N.K. La surprise touche le groupe qui sourit à la vue de la bougie ! Le groupe finira en beauté avec « Brother in Arms », battant le record de slams pour la soirée et même Raf se prêtera au jeu en sautant dans les bras du public. On ne pourra pas dire qu’ils n’ont pas tout donné pour ce dernier concert, qui clôture leur tournée 2013 !

Même si j’aurai apprécié (et je pense ne pas être la seule) un set un peu plus long, T.A.N.K a su enflammer ce samedi soir hivernal !!!

 T.A.N.KT.A.N.K T.A.N.K

Setlist T.A.N.K :

  1. The Raven’s Cry

  2. Inhaled

  3. T.A.N.K. 09

  4. Beautiful Agony

  5. Through the Disgrace

  6. Walk

  7. Cryptic Words

  8. Disturbia

  9. Brother in Arms

Quoi dire de plus, si ce n’est que cette soirée a été plus qu’une réussite (merci Blender Prod’), marquée par ma découverte des quatre groupes qui m’ont, chacun dans son style et sa manière, agréablement surpris. Affaire à suivre…

Diana

 

  1. BD dit :

    J’y étais et c’était du grand spectacle !
    Superbes les photos !!!