Heaven’s Colt – Labour du vice (Ep)

Posté le : 22 janvier 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,
Heaven's Colt -Labour du Vice

Genre : Hard Rock © 2013

Le groupe originaire de Châtellerault avait toqué à la porte de l’hexagone en 2009 avec un premier EP délicatement appelé Rien à foutre… Ce qui démontrait déjà à l’époque une certaine philosophie de vie. Heaven’s Colt a vu le jour quelques années auparavant et écume les routes depuis 2006. Les Poitevins nous reviennent en 2013 avec un second EP au titre jovial : Labour du vice… Allez, on plonge dedans…

Vous vous rappelez sûrement de la trilogie « Retour vers le futur » (Robert Zemeckis), et bien bonne nouvelle : Heaven’s Colt vient d’inventer la machine à remonter le temps. En me réveillant ce matin, je lance le premier titre Labour du vice, morceau enclin à ouvrir mes paupières et voilà que le deuxième titre déboule, CharognHard et son premier riff qui fait indéniablement penser à Back in Black… Miracle : la machine à remonter le temps me propulse à l’âge de mes treize ans, AC/DC… Powerage, Dirty Deeds, High Voltage, etc… Ma jambe se met bouger toute seule, battant frénétiquement la mesure, accompagnée en cela de ma tête qui en fait de même. Lorsque vous écouterez cet EP, gardez un bermuda à portée de main, une chemise blanche et une cravate, vous êtes Angus Young. On ne va pas chercher à trouver autre influence, elle est là et nulle part ailleurs. Les frangins Young ont marqués ces p’tits gars là, pas de doute là-dessus. Ça fait du bien ça… Un retour au rock’n’roll, au blues surchauffé… L’amour noir rappelle même des accents de Molly Hatchet.

 Les six titres passent avec une facilité déconcertante. Le morceau Trop Marginal vous plonge dans le souvenir de Rose Tattoo, autre combo australien. C’est bon, c’est carré, c’est propre. Le son de l’album est tranchant à souhait. Les textes sont emprunts de la littérature rock’n’roll : femmes, route, alcool… On aimerait s’imaginer à des textes en anglais pour encore plus de poids mais nous sommes en France alors respectons le choix. Mais l’album se termine  déjà par Brûlons la route, alors oui on la brûle, on brûle tout d’ailleurs, on en profite au passage pour brûler les radars qui sont à côté tiens ! Rock’n’roll, qu’ils disaient ! On n’a pas le droit ? Rien à foutre… La machine à remonter le temps s’arrête, il faut s’en retourner à la réalité. Seule solution, remettre l’album et le faire tourner non-stop pour manger, respirer et boire encore de ces riffs et de ces solos ravageurs.

La conclusion est aisée, si vous aimez AC/DC ou toute autre forme de Rock’n’roll vitaminé, Heaven’s Colt vous apportera votre dose de sueur et de bonne humeur. Puisque ces gars-là ont la machine à remonter  le temps, on leur souhaite de le remonter jusqu’à Bon Scott pour taper le bœuf avec lui. C’est tout le mal qu’il faut leur souhaiter. Bonne route buddies…

http://www.heavenscolt.com/

https://www.facebook.com/HeavensColt?fref=ts

                                                                                                                                                         Pat

Tracklist

1 – Labour du vice

2 – CharognHard

3 – Alcoolo

4 – Trop marginal

5 – L’amour noir

6 – Brûlons la route