Le Sovengard est un des rares lieux « Metal » à Mâcon qui programme des groupes talentueux et prometteurs. Cette fois ne fera pas exception à la règle puisque nous y retrouverons Beyond The Styx, accompagné de Rising Blood et Hairspray, un groupe local. Ce dernier s’installe sur la scène située au fond du bar, les lumières s’éteignent et les premières notes se font entendre.

HAIRSPRAY-20140124-001Hairspray

Le groupe originaire de Bourg-en-Bresse démarre sa prestation devant très peu de spectateurs, moins d’une douzaine. Il est encore tôt, laissons le temps aux gens d’arriver. Pour le moment, Hairspray s’applique sur ses compositions torturées et pesantes. Le quatuor joue du Sludge Rock très aérien. Rapidement, nous entrons dans cet univers sombre. Les musiciens sont particulièrement concentrés sur leurs partitions. De longues parties instrumentales, souvent originales et intenses, nous sortent d’une espèce de torpeur. Le son est particulièrement assourdissant et la guitare rythmique est inaudible. Heureusement, le chanteur-guitariste parvient à se faire entendre et tente de créer un lien avec le public mâconnais pas vraiment décidé à bouger. Ça se réveillera un peu vers la fin du set, lorsque la salle se sera un peu plus remplie.

Rising Blood

« Le ciel est rouge, Rising Blood a dû jouer cette nuit ». Ainsi parle Legolas au lendemain d’un concert du groupe lyonnais RisingRISING BLOOD-20140124-009 Blood… Bon, peut-être que le prince elfe n’était pas fan de Hardcore, mais il aurait dû ! Bref. Déjà vus la semaine passée au Panorama, en Isère, je remet le couvert cette fois à Mâcon. Les Lyonnais sont bien motivés et après un rapide soundcheck, ils envoient le pâté. Au micro, Raph se démène comme d’habitude et s’acharne à faire bouger le public qui… ne bougera pas avant la moitié du set. Derrière le chanteur, Clément (guitare), Ju (basse), Pierre (batterie) et Frantz (guitare) s’appliquent tout en prenant soin de garder un contact visuel avec les spectateurs. Le concert démarre avec fracas, grâce au titre percutant « Heartless », extrait de l’Ep éponyme. Ce ne sera pas le seul morceau à briser des cervicales, prouvant que ce groupe possède un potentiel bien réel. Les nouveaux titres dévoilés par le groupe et prochainement enregistrés pour un album, remportent un franc succès eux-aussi. Le chanteur de Beyond The Styx, assistant au concert, se lance alors dans un mosh pit. Mais il ne sera pas suivi. Là aussi, le groupe souffre d’un son loin d’être à la hauteur, en particulier Raph, difficilement audible. La palme revenant à Frantz dont les soli sont complètement étouffés par la batterie, très présente. C’est vraiment dommage, d’autant que le solo de « Scream What You Mean » est superbement écrit. Malgré ces désavantages, Rising Blood parvient à réussir son passage mâconnais, devant une foule maintenant plus dense.

BEYOND THE STYX-20140124-010Beyond The Styx

Il existe des formations qui, en plus d’interpréter une musique recherchée et originale, sont capables de réaliser des performances physiques. Beyond The Styx en fait indéniablement partie. En particulier son chanteur, Emile. Ce musicien aura certainement laissé une impression énorme auprès des spectateurs mais reprenons depuis le début. BTS s’installe longuement sur la scène du Sovengard, à cause d’un changement de batterie. Le soundcheck est fait et le concert peut enfin commencer. Le son, à peine meilleur, nous entraîne dans un monde étrange et torturé. Nous dérivons le long du Styx et ce, jusqu’à la fin. La formation venue de Tours joue un mélange de Thrashcore, Deathcore alternatif. Avec des compositions puissantes et une interprétation bien calée, BTS est lancé sur le Styx à vive allure. En particulier Emile qui nous crache ses textes en plein visage. Derrière les fûts, Adrien abat un travail remarquable. Tant et si bien qu’il est facile de rester focalisé sur le jeu du batteur, au détriment du reste du groupe qui ne démérite pourtant pas. En particulier le vocaliste, véritablement possédé, vibrant pour ses textes. Il saute dans la fosse, se met à genou, arrache son t-shirt et, durant le final, se jettera violemment au sol, micro à la main, gorge déployée. Le chanteur semble agoniser, torturé par d’invisibles démons ne lui laissant aucun instant de répit. Enfin, Emile se relève péniblement, à genou, presque aux bords des larmes. Le groupe quitte alors la scène, complètement épuisé. Une démonstration technique musicale, mais pas seulement. Beyond The Styx aura reçu l’approbation du public, sans aucune hésitation. Un concert époustouflant.

Le Sovengard, depuis son ouverture, se révèle être le lieu Saint du Metal à Mâcon. Pourvu que ça dure ! D’autant que l’ambiance y est toujours excellente. Et si Sons Of Metal s’y installait ?

Merci à Sylvain, gérant du Sovengard, aux groupes Hairspray, Rising Blood et Beyond The Styx et merci aux spectateurs !

Kouni