Iron bastards 080214 2 (1)Un rendez-vous pris en terre alsacienne pour une affiche de trois groupes aux horizons divers. Mais ne dit-on pas que de la diversité vient la richesse ? Nous allons vérifier tout cela…  Il fait froid dehors, alors engouffrons-nous dans ce petit bar dénommé La Charrue, pour y prendre une bonne rasade de Heavy rock’n’roll, de Stoner/Doom et de Thrash… à la vôtre !

<br/>

 Iron Bastards

Iron bastards 080214 6 (1)Le trio prend place sur la petite scène et résonnent alors les premiers accords, les premières paroles… les amplis crachent le son, le son de Motörhead ! Ces salauds d’acier ont le son de Motörhead ! Et ils en ont l’accent en plus… Le trio déroule titre après titre, y compris l’intégralité de leur EP « Boogie Woogie Sessions » sorti récemment. Livrant un set plein d’énergie, de rock’n’roll sur-vitaminé, body-buildé même… Le registre rock’n’roll n’oublie pas qu’il vient des racines du blues, le groupe non plus, alors ils enfoncent le clou… David le frontman bassiste/chanteur, plaisante avec la foule, c’est plein de bonne humeur et de fureur tout ça ! Quoi ? C’est déjà fini ? Pas tout à fait… Nous avons droit à une reprise de Tutti-Futti qui clôt un set de heavy rock’n’roll, ou appelez cela comme vous le souhaitez, mais l’important c’était de jouer avec une grosse pêche, c’est ce que le public souhaitait! C’est ce que le public a eu… merci Iron Bastards.

Iron bastards 080214 2 (1)

 Bull Terrier

Bull Terrier 080214 16 (1)Du stoner, du bon vieux stoner, du bon vieux gros stoner, voilà ce qui nous est proposé maintenant par Bull Terrier. Le groupe composé de cinq membres prend possession de la scène et l’intensité gagne dans la salle. Le son est gras, gras comme le gras qu’on laisse dans l’assiette que l’on réserve au chien, le Bull Terrier à les crocs ce soir et il va se régaler… Le public aussi attend son morceau, et il va être servi. Description : le batteur et le bassiste se font les gardiens du chenil, sérieux et appliqués, les deux gratteux sont là et bien là, un des deux se permettant de faire un tour dans la fosse pour y jouer quelques minutes, et ce chanteur… Ce chanteur qui n’arrête pas de bouger, impossible à arrêter, sautant, remuant, tombant à genoux et se relevant, naviguant entre ses deux guitaristes, guitaristes qui envoient du steak… Quoi de plus normal dans une boucherie ? Car c’est une belle boucherie ce soir ! Du pur stoner ! Et d’un bon niveau. Il nous faudra écouter leur premier album car Bull Terrier ce soir a donné faim au public. Mission accomplie, mais il reste un os, ne le ramassez surtout pas ! Le Bull Terrier ne ferait qu’une bouchée de vous…

Bull Terrier 080214 3 (1)

 Deficiency

Deficiency 080214 22 (1)Nous y voilà… L’ambiance monte de nouveau d’un cran car dès les premières notes de The prodigal child, le public présent se met à bouger sérieusement… Ce qui a immédiatement pour effet de donner encore plus de volonté au groupe qui enchaîne par Neverending fall tiré de leur premier album. Deficiency fait preuve d’une très grande maîtrise, les enchaînements sont parfaits… Le son des guitares est puissant à souhait, à hauteur de la basse et de la batterie. Seul le chant ne bénéficie pas du son qu’il devrait avoir, défaut cependant corrigé par la suite. Ce groupe a quelque chose de particulier, le public ne s’y trompe pas et commence à monter sur scène pour un headbang à côtés des musiciens ! Voilà une belle soirée ! Unfinished résonne, c’est très fort… A l’instar de tous les titres de The Prodigal Child, le nouvel album du groupe. (Lire notre chronique de l’album.)

Les titres s’enchaînent et le set se déroule de manière très professionnelle. Amis metalleux, nous tenons là avec Deficiency une petite pépite, et cette pépite brille de mille feux… Quel set ! Une ambiance de folie continue de se propager parmi les fans qui remontent sur scène et en redemandent. On sent le groupe capable de jouer dans des salles de plusieurs milliers de places tant il est à l’aise et son emprise sur la foule est totale. Les titres de leurs deux albums se succèdent sans aucune faiblesse, il fait chaud sur scène et dans la salle, il y a le feu à la Charrue ! Les forges de Vulcain seraient d’une rare pâleur face à ce combo mosellan… Arrivent maintenant les fantastiques A prospect of traveling beyond et The curse of Hu’s hands, morceau qui vient clore le set et que Laurent, chant/guitare solo fait reprendre en chœur par la foule dont les premiers rangs se trouvent maintenant sur scène. Communion totale… Le show s’achève bien trop vite… Si vous n’avez pas encore pu voir Deficiency sur scène, ne ratez pas l’occasion de vous rattraper. Les lumières de la salle se rallument, la foule peut s’en aller dans cette nuit alsacienne sans étoiles, pas grave… Les étoiles se trouvent dans les yeux de tous ce soir.

Deficiency 080214 29 (1) Deficiency 080214 27 (1) Deficiency 080214 21 (1) Deficiency 080214 1 (1) Deficiency 080214 (1)

Setlist Deficiency :

1. The Prodigal Child

2. Neverending Fall

3. The Guide

 4. Unfinished

5. The Experiment

 6. The Introspection Of The Omnipotent

7. The Flaw

8. The One Who Possesses Me

9. A Prospect Of Traveling Beyond

 10. The Curse Of Hu’s Hands

Merci au Bar La Charrue pour son accueil chaleureux !

 Pat