Cover_web

Depuis quelques semaines, c’est l’ébullition du côté des fans de Steel Panther. En effet, la sortie du prochain opus des glameux de L.A. se fait sentir et les infos à son sujet, distillées petit à petit, nous font frétiller d’impatience. Alors, qu’en sera-t-il de ce CD ? Sons Of Metal a pu poser une oreille dessus. Voilà ce qu’il en sort !

<br>

<br>

Steel Panther - All You Can Eat (1er avril 2014 - Universal Republic Records)

Steel Panther – All You Can Eat (1er avril 2014 – Universal Republic Records)

Du nom de All You Can Eat, cette galette contient 12 nouveaux titres, le tout rangé dans une pochette qui met les membres du groupe en Cène avec de jolies demoiselles peu vêtues. Il n’est pas sûr que ce soit au goût de certaines personnalités religieuses mais, avec cette pochette, le CD sera facilement repérable chez votre disquaire préféré. Mais qu’en est-il du son de ce nouvel album ?

Eh bien, globalement, le qualificatif de « bombe » semble être le plus approprié. Une bonne dose des titres qui y sont proposés répond à l’appellation de « tueries » et ne demande qu’à être écoutée, réécoutée et vécue en concert.

Démarrant avec Pussywhipped dont le refrain se nichera dans votre tête dès la première écoute, les grandes lignes sont posées sans concession : un son qui tabasse à base de gros riffs de guitare et d’une basse bien ronde à vous retourner les entrailles, des compos très dynamiques pour vous faire sautiller de partout et des paroles toutes en finesse et légèreté. Viennent ensuite Party Like Tomorrow Is The End Of The World, dont le clip a déjà fait un tabac dans sa version non censurée, ainsi que Gloryhole, une chanson dont le thème vous fera balancer au rythme de paroles explicites… à prendre comme vous le voulez.

Mais si le début de cet album a décidé de jeter mémé dans les orties, la suite du CD se révèle moins homogène et prône une alternance de power balades et de morceau plus heavy.

On y trouve Bukkake Tears, une ballade comme on en a fait des centaines ces derniers années mais qui tire son épingle du jeu par des paroles fines et raffinées que l’on ne répétera pas en société. S’ensuit un petit Gangbang At The Old Mans Home qui nous parle d’histoires vraies (selon les dires du groupe) et de relations humaines, le tout sur un rythme bien rentre dedans. Ten Strike You’re Out se permet des ambiances plus sombres et oppressantes, nous montrant que les Steel Panther savent changer de registre tout en continuant à faire de la très bonne musique. Et côté changement de registre, The Burden Of Being Wonderful vient contrebalancer l’entièreté de l’album avec ses parties de violons pop. Le titre nous fait vraiment ressentir un émerveillement, une pluie de petites étoiles dans le ciel. Bref, c’est joli et un poil narcissique. Mais joli quand même. Fort heureusement, un petit Fucking My Heart In The Ass vient nous remettre dans le droit chemin du Glam Rock énergique et trépignant. Plus l’écoute de cet album avance, plus l’on est sûr qu’il s’agit d’une tuerie à faire danser une momie. C’est frais, c’est vivant, c’est rock et on en redemande. Vient encore une ballade avec You’re Beautiful When You Don’t Talk puis c’est If I Was The King qui nous ramène à des riffs rock acérés qui poussent au déhanché ! Enfin She’s On The Rag vient conclure cet album sur une note plus sombre et plus heavy, avec laquelle il n’est pas difficile de prédire une avalanche de headbang en live.

C’est en toute une grosse cinquantaine de minutes de bon et gros son qui se cache sur ce CD et, même si le rythme est assez inégal, pas un seul moment on ne s’ennuie. Un petit délice qui sera apprécié des fans de la première heure comme des nouveaux arrivants ! Allez, plus que deux mois à attendre avant sa sortie !

Tracklist :

  • Pussywhipped
  • Party Like Tomorrow Is The End Of The World
  • Gloryhole
  • Bukkake Tears
  • Gangbang At The Old Folks Home
  • Ten Strike You’re Out
  • The Burden Of Being Wonderful
  • Fucking My Heart In The Ass
  • B.V.S.
  • You’re beautiful When You don’t Talk
  • If I Was The King
  • She’s On The Rag

Eladan