AESMAH – Imeria (Album)

Posté le : 19 février 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

AESMAH ImeriaOriginaire de Rhône-Alpes et plus précisément de Vienne formé en 2009, Aesmah, nous propose ici son deuxième album de huit titres enregistré au 4D Sounds Studio au Royaume-Uni, produit et mixé par le groupe lui-même. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, pas vrai ? Voyons donc ce que nous réserve cet album à l’aspect soigné …

<br/>

Genre : Death Metal Progressif – Mai 2012

Genre : Death Metal Progressif – Mai 2012

En premier lieu, l’artwork de la pochette signé The Chromatorium se veut assez original, venant compléter un album présenté en digipack et renfermant un livret de qualité. Belle entrée en matière dans un domaine où tout n’est pas toujours aussi soigné. Une fois ce détail d’importance abordé, il est temps de se focaliser sur ce qui nous intéresse tous, à savoir l’aspect musical du sujet. Il est indéniable que les huit titres proposés dans cet opus relèvent bien du Death Metal progressif. Les influences de cet album sont cependant assez difficiles à décrire car Aesmah propose un style qui se veut propre à lui-même. Néanmoins, on ressent à l’écoute l’influence de Rammstein sur certaines formes de composition, accompagnées d’éléments appris d’Amon Amarth, notamment en ce qui concerne le chant qui se veut guttural, grave, et affiche des growls assez puissants. Ces touches empruntées aux dieux suédois se retrouvent aussi au niveau du jeu des guitares d’Olivier et de Maxime. Enfin une dernière influence pourrait être celle de Dark Tranquility. Mis à part les sacrosaintes guitares et le duo basse/batterie, l’album s’agrément de voix féminines, notamment sur le premier morceau Inside indestructible, ainsi que d’ajouts de claviers et de piano. La production est de qualité, le mixage révèle une batterie un peu plus en avant que les autres instruments, sans néanmoins être problématique.

Les ingrédients d’Aesmah étant maintenant en place, passons tout cela au shaker et voyons quel cocktail en ressort. Le terme Death Metal est connu de tous : guitares rapides, riffs puissants et voix gutturale. Le genre progressif implique quant à lui une marche en avant novatrice, des essais, des tentatives, qui sont généralement la base de tout progrès. Le problème réside dans le fait que le progrès n’implique pas toujours réussite mais parfois aussi des points plus critiquables . Ainsi, même s’il faut reconnaître que ces huit titres sont sensiblement de même niveau, tous restent basés sur le même mode de construction. On retrouve ainsi sur chacun d’entre eux un break mélodique apparaissant quasiment au même moment, ce qui annihile malheureusement tout effet de surprise. Même si ledit break se trouve être mélodiquement bon, le schéma se reproduit sur le titre suivant, comme s’il fallait nécessairement en passer par là… Dommage. Faut-il pour autant tout jeter ? Non bien sûr, car un sens mélodique avéré plane sur cette galette et les parties de guitares viennent contrebalancer ce point négatif. Cette forme progressive voulue par le groupe n’est cependant pas nécessairement critiquable, Chimera et Endless wrench étant de beaux exemples de réussite.

Vous l’aurez compris, ce deuxième album d’Aesmah n’est ni une pleine réussite, ni un échec total. Le travail réalisé sur cet opus est de qualité, signe révélateur d’un groupe qui possède encore une marge de progression importante. Alors la curiosité n’étant pas toujours un mauvais défaut, montrez-vous curieux quant à l’écoute de cet album et gageons que le tir aura été pleinement rectifié sur le prochain rejeton du groupe.

Pat

Tracklist :

1 – Inside indestructible

2 –Eternal apnoea

3 – Colorless mind

4 – Chimera

5 – The deceptive haven

6 – Imeria

7 – Wasted by suen

8 – Endless wrench

 

 

www.facebook.com/Aesmah

aesmah.bandcamp.com