Tarja 2014_02_06__9999_6-034Me voici de nouveau descendu de ma montagne pour assister une fois de plus à une grosse soirée métal. Mais cette fois, le genre est légèrement plus posé que la semaine dernière avec les Finlandais de Ensiferum. En effet, en ce jeudi 6 février, Eldorado and CO en accord avec Gérard Drouot Production offre aux fans de métal symphonique nulle autre que la reine du genre Tarja Turunen sur la scène de la salle villeurbannaise le Transbordeur, pour la tournée de son dernier album « Colours In The Dark ». La bande à Tarja sera accompagnée du groupe parisien Elyose.

Elyose

Tarja 2014_02_06__9999_6-006Nous attaquons la soirée par les Parisiens d’Elyose, dont certains se rappelleront peut-être de la prestation offerte quelques mois auparavant ici même en ouverture des Suédois de Therion. D’emblée, la formation débute un métal symphonique assez maladroit puisque l’efficacité de la musique proposée par le groupe de Paris n’a pas l’effet escompté sur le public du Transbordeur. Cependant, en cherchant bien, on arrive tout de même à capter certaines attitudes et mélodies agréables que ce soit pour les yeux ou pour les oreilles. Cependant, force est de constater que la formation parisienne manque d’un petit quelque chose pour que l’on puisse pleinement entrer dans leur monde musical. Si l’on sent que le quatuor n’est pas techniquement parfait, l’envie de bien faire est présente. Ainsi, on sent dans chaque prise de parole de Justine Daaé la joie d’Elyose de pouvoir jouer avant « The Queen Of Symphonic Metal ». Une prestation très correcte qui pourrait être améliorée pour que la plus grande majorité du public se prenne au jeu et s’extasie devant le quatuor français.

Elyose de 2014_02_06__9999_6-010

Tarja Turunen

Tarja-2014_02_06__9999_6-041L’heure du changement de décor et des accords des instruments est arrivée pour la troupe de Mme Tarja Turunen. Les techniciens du Transbordeur et l’équipe technique du groupe s’affairent pour ne rien laisser au hasard.

Quelques minutes plus tard, un grand rideau se hisse entre nous et la scène ne laissant transparaitre que de vagues ombres. Les lumières s’éteignent, laissant monter l’intro tranquillement pour que la salle s’imprègne de cette intensité. Puis d’un coup, le voile tombe et les musiciens nous apparaissent sur le plateau du Transbordeur. Les lumières sont d’une beauté à couper le souffle, et nous aurons pendant toute la durée de la prestation l’impression de faire partie intégrante du titre de l’album « Colours In The Dark ». De fabuleux effets vont et viennent, renforçant à chaque seconde cette sensation magique. Cela n’a décidément vraiment rien à voir avec la qualité d’éclairage dont a bénéficié Elyose, mais les deux formations ne jouent pas tout à fait dans la même cour. L’éclairage majestueux et splendide donne un rendu d’une efficacité à toute épreuve. De plus, ce côté magique procure à la prestation musicale du groupe mené par Tarja Turunen une dimension telle que nous pourrions nous projeter dans un film de science-fiction où l’arrivée d’extraterrestres serait accueillie à bras ouverts. Il est vrai que la démonstration dont nous gratifie la formation plurinationale permet à chaque spectateur de se plonger cœur et âme dans ce concert, grâce notamment au talentueux guitariste Alex Scholpp et à ses stupéfiants soli. Ce n’est cependant pas le seul à nous envoyer virevolter sur une planète à mille lieues de la terre et du Transbordeur, car le batteur Mike Terrana (connu notamment pour avoir joué dans Rage ou avec Axel Rudi Pell) démontre toute sa virtuosité sur son incroyable batterie. Ce qui est le plus sidérant, le concernant, est le fait qu’il ne donne pas l’impression d’être en difficulté, mais plutôt de se promener tranquillement tout comme une barque flotterait doucement au gré des eaux. Alors que dire de la charmante Tarja Turunen ? Celle-ci présente un dynamisme et une joie de vivre étonnante, si bien que nous avons de minute en minute l’impression que la grande dame du métal symphonique a retrouvé ses vingt ans. Comment ne pas être ébahis devant une telle majesté ? Il est alors tout à fait normal qu’au moment du rappel ce ne soit que d’une seule voix que le public villeurbannais et lyonnais demande le retour de la bande à Tarja Turunen. Il est vrai que nous ne pouvons être qu’enthousiasmés par une prestation de cette qualité, si bien que les spectateurs déjà sur un petit nuage n’attendent qu’une seule chose : le retour de cet incroyable groupe. Vous vous en êtes pris plein les yeux, ce n’est pas fini, car les trois derniers titre du rappel vont soulever le public au septième ciel, l’amenant à l’extase parfaite. Quand arrive la dernière chanson de la soirée, « Until My Last Breath », ce n’est pas sans une amère déception que l’on se dit « Mince, ils ont fini… » Cependant, le public superbement chaud ce soir n’a pas dit son dernier mot. En effet, après un salut sous un tonnerre d’applaudissement, Tarja Turunen aura du mal à sortir de la scène du Transbordeur. Au bout de cinq minutes d’extases, elle demandera l’autorisation de jouer une toute dernière chanson qui n’était, je pense, pas prévue à l’ordre du jour. La formation offrira ainsi à son public une reprise de Gary Moore: « Over The Hills And Far Away ».

Tarja 2014_02_06__9999_6-051 Tarja 2014_02_06__9999_6-040 Tarja 2014_02_06__9999_6-035 Tarja 2014_02_06__9999_6-032

Tarja 2014_02_06__9999_6-043 Tarja 2014_02_06__9999_6-039 Tarja 2014_02_06__9999_6-034

Setlist Tarja Turunen :

  • In For A Kill
  • 500 Letters
  • Damned And Divine
  • Falling Awake
  • I Walk Alone
  • Anteroom Of Death
  • Never Enough
  • Darkness
  • Die Alive
  • Mystique Voyage
  • Neverlight
  • Medusa
  • Rappel :
  • Victim Of Ritual
  • Wish I Had An Angel
  • Until My Last Breath

Rappel :

  • Over The Hills And Far Away

La soirée se finit sur une note incroyable et nous pouvons voir des étoiles remplissant les yeux des spectateurs. C’est avec le sourire aux lèvres que nous nous mettons en route doucement vers la sortie de la salle avant de retrouver l’air doux de ce mois de février après cette prestation qui restera gravée dans les mémoires. De plus, après avoir pu assister à un show de Doro « The Queen Of Heavy Metal » et à un superbe concert de Tarja Turunen « The Queen Of Symphonic Metal », il me serait difficile (personnellement) de ne pas dire que les deux grandes dames sont au sommet de leur art.

Merci à Eldorado and Co pour nous avoir permis de vivre un si beau moment musical.

ELOVITE