MonsterMagnet_Photo9_logoCe samedi soir, je me rends pour la première fois à La Flèche d’Or, petite salle dans le nord parisien, où je vais découvrir un groupe venu de l’empire du soleil levant Church of Misery et écouter en version « live » Last Patrol, dernier opus des pionniers du stoner Monster Magnet. Le public est venu nombreux ce soir, et cela se confirme puisque le concert affiche sold-out !

Church Of Misery :

ChurchOfMisery_Photo3_logoJe rentre dans la Flèche d’Or alors que Church of Misery est déjà sur seine. Les rythmes lourds et lents de leur Doom metal porté par l’acoustique de la salle nous font ressentir la musique jusque dans nos entrailles, ce qui laisse présager d’une très bonne soirée en perspective.

Le look et l’attitude du quatuor nippon nous confirme bien le subtil mélange entre Doom metal et rock psychédélique digne des années 70, puisque Hideki Fukasawa (chant) et Tom Sutton (guitare) semblent sortis tout droit de Woodstock. La voix grave et metal de Hideki nous transporte dans les rythmes pesant soulignés par la précision d’un métronome de Junji Narita (batterie). La salle semble apprécier, à en juger par le public qui est de plus en plus nombreux à s’approcher de la scène. Tatsu Mikami (basse) n’est pas en reste et nous étonne par la position de sa basse qui touche presque le sol. Malgré cette posture peu commune, il nous offrira un solo agrémenté des surprenants effets d’une pédale wah-wah qui en laissera plus d’un bouche bée. La setlist ne comportera que cinq titres, chacun durant en moyenne près de sept minutes, tirés de leurs albums Thy Kingdom Scum (2013), Houses Of The Unholy (2009) et Master Of Brutality (2001), mais leur prestation est impeccable, rien à redire et la salle semble conquise et prête à accueillir Monster Magnet.

ChurchOfMisery_Photo1_logo  ChurchOfMisery_Photo2_logo

Setlist Church of Misery :

  • El Padrino
  • Brother Bishop
  • Killfornia
  • Born to Raise Hell
  • Shotgun Boogie

Monster Magnet

MonsterMagnet_Photo9_logoC’est au tour de Dave Wyndorf (chant et guitare) et ses quatre acolytes Ed Mundell (Guitare), Phil Caivano (Guitare), Jim Baglino (Basse) et Bob Pantella (Batterie) de faire leur entrée sur scène. La salle est désormais prête à craquer tant le public s’est déplacé en nombre pour venir assister à leur unique prestation en France. Dès les premières notes qui entament l’intro I Live Behind The Clouds, on sent l’ambiance si particulière au groupe s’installer pour nous faire vibrer avec l’interprétation intégrale de Last Patrol, dernier album du combo américain. Bien que les musiciens semblent un peu à l’étroit sur scène, mon seul reproche sur la salle étant cette scène vraiment minuscule, le plaisir d’être là se ressent et se lit sur les visages des musiciens. Dave est très à l’aise sur scène, il aime communiquer avec le public et son interprétation des chansons nous donne des frissons. Les titres se suivent en suivant l’ordre de l’album, alternant entre rythmes puissants portant des riffs à attraper un torticolis tant on ne peut s’empêcher de bouger, et ballades acoustiques qui nous permettant de reprendre nos esprits, donnant un superbe tempo à cette soirée. Le public est complètement conquis, et à regarder les gens qui m’entourent qui chuchotent les paroles, il doit y avoir beaucoup de fans inconditionnels du groupe !

Le rappel sera explosif, puisque celui-ci reprendra des titres qui clôtureront cette soirée en beauté Twin Earth (Super Judge – 1993), Look To Your Orb For The Warning, Dopes To Infinity (Dopes To Infinity – 1995) et l’excellent Space Lord (Powertrip – 1998) qui nous envoie directement en orbite !

MonsterMagnet_Photo7_logo MonsterMagnet_Photo6_logo

MonsterMagnet_Photo8_logo MonsterMagnet_Photo5_logo MonsterMagnet_Photo4_logo

Setlist Monster Magnet :

  • I live behind the clouds
  • Last Patrol
  • Three Kingfishers
  • Paradise
  • Hallelujah
  • Mindless Ones
  • The Duke of Supernature
  • End of Time
  • Stay Tuned
  • Rappel
  • Twin Earth
  • Look to Your Orb for the Warning
  • Dopes to Infinity
  • Space Lord

Cette soirée est une très belle réussite : une découverte avec Church Of Misery et une bonne claque revigorante avec Monster Magnet ! Merci à eux de nous avoir vraiment fait voyager ce soir et merci à Only You d’avoir orchestré le tout.

Diana « Black Shadows »

  1. spacelord666 dit :

    Bon article mais Ed Mundell ne fait plus parti de Monster Magnet, c’est Garrett Sweeny qui le remplace et Jim Baglino n’était pas la non plus c’était Chris Kosnik de The Atomic Bitchwax.