in arkadia (4)En ce vendredi 14 février 2014, jour de la Saint Valentin, ce n’est pas au restaurant avec une charmante jeune fille que je me rends mais plutôt à une grosse soirée bien « brutale » dans la salle de l’Ampérage à Grenoble. Pour l’occasion, l’association Gram’Off-On et Ligthning Booking nous livrent sur le plateau de la salle grenobloise quatre groupes tous plus puissants les uns que les autre,s à commencer par la formation originaire de la ville iséroise 4 Subject, suivie des six musiciens de Rumilly Morbid Feculent, des Parisiens d’Atlantis Chronicles et pour finir du quintet In Arkadia mené par Alix.

 4 Subject

4 subject (4)Ce sont les Grenoblois de 4 Subject qui ont la lourde tâche d’entamer cette soirée de Saint Valentin, et l’on constate d’entrée que les surprises ne sont pas prêtes de s’arrêter. Avec cette première formation, nous nous retrouvons projetés de plein fouet dans une dimension musicale méconnue pour ma part. En effet, 4 Subject nous propose un métal agrémenté de passages hip hop, d’où la grosse table de mixage que l’on pouvait apercevoir sur scène à notre arrivée. Les Grenoblois ravissent le public présent chaque minute, car dans leurs tenues dignes de malades hospitalisés, les ingrédients mis en avant pour permettre aux spectateurs de s’imprégner de leur metal fusion sont bien perceptibles. Le sextet envoi un style bien carré grâce à des variations de tempo efficaces et aux deux chanteurs Ben et Axel, ce dernier alliant mixage électro et voix hip hop. Intéressant ce que peut donner trois types de musiques radicalement différents, puisque l’énergie et la technique musicale dont fait preuve la formation se ressentent chaque seconde. Quand les Grenoblois finissent leur set, un sentiment de bonheur flotte sur l’Ampérage car le style de 4 Subject fut intéressant et rafraichissant.

4 subject (5) 4 subject (3) 4 subject (2)

Morbid Feculent

morbid feculent (4)Nous changeons maintenant de style avec le groupe savoyard et haut savoyard Morbid Feculent. Pour ma part, j’avais déjà eu l’occasion de les voir un an auparavant dans la salle du Brin de Zinc à Chambéry, et je souhaitais réitérer l’expérience, car la formation m’avait laissé une agréable impression. Dès les premières notes, c’est avec joie que le groupe nous entraine dans son dynamique brutal deathcore. On sent en tout cas que le sextet à fait d’énormes progrès sur scène, car la totalité du plateau de l’Ampérage est couverte et les musiciens semblent à l’aise. L’exemple flagrant de cette progression est le relâchement d’Hugo au chant, qui a pris plus d’assurance et n’hésite pas à prendre des poses intéressantes pour démontrer sa puissance vocale. Le seul petit bémol sera le son très peu net, c’est dommage, car le clavier d’Emma ne survolera jamais la salle pour envoûter le public. Mis à part ce petit point, la prestation des Rumiliens aura été de très bon augure pour la suite de leur avancé. Si vous ne les connaissez pas, vous pouvez sans problème allez les découvrir.

morbid feculent (7) morbid feculent (1)

Atlantis Chronicles

atlantis chronicles (5)Quelques mois auparavant, notre reporter Eladan avait eu la chance d’interview en vidéo les Parisiens d’Atlantis Chronicles. D’ailleurs si vous ne l’avez pas vu, c’est par ici [INSERER LIEN]. Il est temps pour votre serviteur de vous faire un nouveau petit compte rendu pour ce talentueux groupe. D’emblée, les lumières qui laissent la plupart du temps à désirer dans cette superbe salle grenobloise commencent à s’intensifier, laissant monter de nombreuses couleurs agréables pour le public et les photographes. La technicité aussi évolue. On constate ainsi que le niveau de jeu est un cran au-dessus par rapport aux deux formations précédentes, ce qui n’est pas anormal du fait que les Parisiens jouent depuis quelques années ensemble. Mais ce qui impressionne le plus est la mélodie que prend chaque titre dès lors que la guitare de Jérôme Blasquez prend le dessus, car ce que propose Atlantis Chronicles dans sa musique serait comparable à un filet d’eau se transformant petit à petit en fleuve dévastateur. Voici ce que nous pourrions ressentir à travers le torrent de notes qu’envoient les Parisiens dans les oreilles de leur public. Rien n’est laissé au hasard pour que celui-ci se projette dans le monde fantastique d’Atlantis Chronicles et sa puissance hors du commun. Comment ne pas être en total respect devant un tel talent tant ce que la formation nous a proposé pour son premier concert à Grenoble a été magique ?

atlantis chronicles (1) atlantis chronicles (2)

atlantis chronicles (3) atlantis chronicles (4)

In Arkadia

in arkadia (6)Après Atlantis Chronicles, voici l’heure de In Arkadia et de son meneur Alix. Nous restons avec ce quintet dans un style proche de celui d’Atlantis Chronicles, l’énergie étant toutefois différente. Il ne faudra pas longtemps pour s’apercevoir qu’Alix au chant dégage une aura digne des plus grands hommes qui ont fait notre monde. En effet, à chaque fois que son regard se projette dans le public, on ne peut qu’être terrifié de bonheur. Au fur et à mesure que les secondes avancent, la vague déferlante arrive à grands pas sur la pauvre salle de l’Ampérage. Mais que c’est bon d’assister à une telle puissance se déchainer devant nous. De plus, toute cette violence prend une tournure encore plus spectaculaire quand Florent déverse toute sa force dans des frappes tonitruantes sur sa batterie. Puis comme une lame de fond n’arrive jamais seule, il faut bien toute la technicité et la beauté des guitares de Mirfin et Benjamin ainsi que la basse de Thibault pour déchainer tous les éléments naturels. La fin du set se termine de façon aussi tonitruante qu’au début. Nous sortons alors tranquillement de la salle enchantés par cette superbe soirée.

in arkadia (7) in arkadia (5)

in arkadia (3) in arkadia (2)

in arkadia (4)

Merci aux quatre formations ayant fait le déplacement pour cette soirée qui fut riche en émotion. Cependant dommage que le public ne se soit pas un peu plus déplacé pour une si belle affiche. Félicitations à toute l’équipe de Gram’Off-On et de Lightning Booking pour nous avoir permis de vivre un si beau moment.

ELOVITE

  1. antho dit :

    euh c’est gram off on; et lightning booking