999 (18)Me voici parti pour ma troisième et dernière soirée de la semaine en trois jours. Après avoir assisté à du bon rock Stoner à l’Américain, du western psychédélique et du rock bien entrainant, je m’en vais sur une des nombreuses scènes du groupe britannique de punk 999. Cela promet d’être très intéressant quand on sait que le groupe a bientôt 40 ans de carrière. Alors quoi d’autre que du gros rock « à l’ ancienne » pour ouvrir les festivités, et en ce vendredi 21 février ; c’est le quatuor The Defibrillators qui à le droit de ravir en premier les spectateurs de notre chère salle chambérienne, le Brin de Zinc.

The Defibrillators

the defibrillators (12)Nous entamons la soirée par le groupe français The Defibrillators qui va avoir la lourde de tâche de chauffer le Brin de Zinc avant l’entrée des Anglais de 999. D’emblée la formation envoie un rock’n’roll puissant et énergique qui donnerait presque envie de bouger. Nous nous laissons alors entrainer au fil des minutes grâce au dynamisme et à la passion musicale que nous propose le quatuor francophone. Il faut bien avouer qu’ouvrir pour un tel groupe n’est pas une chose aisée, mais les musiciens de The Defibrillators ne se laissent pas rattraper par l’évènement, puisque le chanteur Mr Newton T’Bag se permet même de sortir quelques petites blagues pour détendre l’atmosphère. L’effet voulu se fait ressentir en une poignée de secondes. De plus, grâce à The Defibrillators, on ressent tous les petits points du rock, entre les sonorités à la Led Zeppelin ou encore la bouteille de Jack Daniel’s, donnant vie à cette fabuleuse musique. En tout cas, même si deux ou trois points seraient peut-être à revoir, aucun doute que la formation tient son rang et effectue le boulot à la perfection, puisque le public a vraiment l’air d’apprécier le spectacle du quatuor et est prêt pour 999.

the defibrillators (1) the defibrillators (7)

the defibrillators (15) the defibrillators (17) the defibrillators (4)

999

999 (18)C’est au tour de 999, de grimper sur les planches du Brin de Zinc. En quelques millièmes de seconde, l’atmosphère planant sur la salle chambérienne change du tout au tout, car de nombreux fans de la première heure ont fait le déplacement pour voir ou revoir le groupe mythique de Londres. D’ailleurs, il ne faut pas longtemps pour que les spectateurs se laissent envahir par ce punk à l’ancienne. En effet, le groupe a encore une énergie débordante, et certaines jeunes formations devraient prendre exemple sur eux car on ne peut que constater que les Londoniens sont dans une forme olympique. Quand on pense que sur les quatre musiciens présents sur scène seul le bassiste Arturo Bassick n’était pas présent à l’origine, cela force le respect au vu du nombre de splits dans les groupes récents. Il est bien évident qu’au regard d’une telle force, le public ne peut qu’être à 100% dans les startings blocks et qu’à la moindre demande du chanteur Nick Cash, les spectateurs du Brin de Zinc ne se font pas prier pour devenir ses marionnettes. Mais ce qui touche d’avantage est le regain de vitalité des Britanniques retrouvant sur la scène une incroyable deuxième jeunesse. Car si nous arrivons à leur âge avec autant de vitalité, je signe pour ma part tout de suite ; cela ferait même penser à l’ancien guitariste, de Dr Feelgood, Wilko Johnson (passé ici même en janvier 2013) qui, frappé d’un cancer, se lâche complètement devant son public. Alors nous sommes en droit de nous demander comment ces fabuleux musiciens trouvent le potentiel pour rajeunir quand ils se trouvent sur un plateau. Dans ces conditions, il est normal qu’avec des titres entrainants comme Lie, Lie, Lie ou bien Don’t You les spectateurs réagissent de manière ultra positive face à ce monument du punk qu’est 999. D’ailleurs, quand la formation prend congé de nous après un superbe Homicide; le public chambérien présent au Brin de Zinc ce soir quitte la salle heureux d’avoir pu assister à une telle leçon musicale et d’énergie de la part des Londoniens.

999 (1) 999 (7)

999 (10) 999 (13)

999 (16) 999 (20)

Setlist 999 :

  • Flowers
  • Inside
  • Hit Me
  • Boys
  • Gimmie
  • Crew
  • Lie Lie Lie
  • Titanic
  • Absolution
  • Hood
  • Sport
  • Like You
  • Last Breath
  • Lets Face It
  • Don’t You
  • Emergency
  • Nasty
  • Homicide

Une grandiose soirée vient de nouveau de s’achever, qui fut ma foi encore une fois splendide. Nous ne remercierons jamais assez le travail de toute l’équipe du Brin de Zinc pour nous permettre de vivre des moments intenses comme celui-ci. Une note positive pour The Defibrillators qui a su motiver les troupes présentes et un grand bravo à 999 pour avoir démontré que sur scène tout est possible.

ELOVITE