MekaoraL’aventure Mekaora commence en 2009 quelque part en région parisienne. Après quelques mois, le combo a mis au point un set de 45 minutes lui permettant de faire quelques scènes. De fil en aiguille, il parvient à faire des premières parties assez intéressantes et reçoit un bon accueil du public. La démo présentement chroniquée est sortie en 2013 après quelques publications de morceaux sur le Net.

<br/>

Mekaora

Genre : Death Thrash mélodique – Sortie : juin 2013

Quelques Milliards d’Atomes est disponible au format numérique un peu partout et en physique. Il se présente dans une petite pochette en carton. Il s’agit d’une autoproduction de A à Z, et la pochette en fait partie. Notons que si le carton n’est pas de prime qualité, cela reste correct. Le travail graphique est tout à fait correct et l’impression est de bonne facture. On peut y voir un crâne fissuré sur fond bleu avec des yeux rouges au fond des orbites, le susdit crâne étant auréolé d’un graphisme noir nous évoquant une roue dentée, ou un Soleil peut-être. Le nom du groupe et de l’EP sont sobrement marqués sur la droite. Mais trêves d’observations graphiques, le véritable enjeu se trouve gravé sur le disque. Parlons tout d’abord de la qualité d’enregistrement. Elle est plus que correcte pour une autoproduction mais souffre du coup aussi de ses revers habituels. Le son des guitares semble un peu trop saturé et la grosse caisse va parfois aussi donner cette impression de crétage. Le son manque également d’un poil de basse. Ceci étant dit, cela s’écoute très bien et nous faisons facilement abstraction de ces détails dés lors que l’on se concentre sur la musique. Nous passons donc à la composition et là, c’est une très bonne surprise. La musique est riche en harmonie et mélodies, tout en restant définitivement brutale. C’est un Death Thrash mélodique teinté d’indus (avec les samples en l’occurrence), Brutal Core pourrait-on dire. La voix, orientée Hardcore et Death nous rappelle quelque chose entre Robb Flynn et Matt MacGachy (Cryptopsy), à la différence près que tout est scandé en français. Les guitaristes balancent de la technique juste comme il faut pour faire monter la sauce et nous agiter. La basse joue bien mais, hélas, on l’entend assez peu, ceci étant dû au mixage qui la met un peu trop en arrière. L’ensemble est carré et relativement propre. Les compositions sont très prometteuses et sur une scène, cela doit envoyer.

En définitive, un très bon EP en terme de composition. Encore un peu de travail sur le son en enregistrement serait un gros plus. Le growl en français passe tout seul et on se surprend à comprendre ce qu’on entend, ce qui est plutôt positif. Les deux guitares nous emmènent en des contrées violentes mais dotées malgré tout d’une certaine finesse. La batterie fait son job et même plutôt bien. La basse accompagne bien mais mériterait d’être posée un peu plus en avant. L’univers du groupe est bien présent, palpable et appréciable. Ce qui laisse augurer d’un très bon début et nous pousse à attendre la suite assez rapidement. Nous sommes donc amenés à vous recommander plus qu’un peu l’audition de cet EP, si vous êtes amateur de musique brutale et originale. Car le plus gros point positif de cet EP, disons-le bien, c’est son originalité. En trois morceaux, nous avons trouvé beaucoup de choses encourageantes pour ce groupe qui ne démérite pas et qui se donne vraiment à fond. Cela nous touche et nous fait bouger, et si nous prenons la peine d’écouter les paroles, fait aussi réfléchir. Allez donc jeter une oreille sur cet EP qui vous plaira à coup sûr et allez encourager Mekaora en concert, cela devrait vous dégourdir les ouïes et les jambes. Dommage qu’il n’y ait que trois morceaux, nous en aurions aimé plus. Mais n’est-ce pas un gage de qualité ?

F4R537KTP09

Line-up :

  • Alex : guitare
  • Arnaud : basse
  • Damien : batterie
  • Eric : chant
  • Florent : guitare

Tracklist :

  • Atomes
  • L’illusionniste
  • On est toujours à Babel

Retrouvez Mekaora sur Facebook

Retrouvez Mekaora sur Bandcamp