Genre : Punk Rock – Sortie : 21 octobre 2013Tout débuta quand un bar organisa une soirée hommage aux Ramones. Quelques potes passionnés depuis déjà un moment décident d’y participer, car comment ne pas en être ? Surtout quand on a la chance de pouvoir jouer avec Jean Beauvoir (Kiss, Ramones, Plasmatics…). Face au succès rencontré et à l’éclate ressentie au cours de la prestation, ces mêmes potes se disent : pourquoi ne pas continuer ? Ainsi, les High School Motherfuckers naquirent en 2003. En démarrant vite avec un EP « Wantsome ?! », des dates à la pelle s’enchaînent dans toute l’Europe, l’enregistrement d’un album « Backseat Education » en cours de route (en 2009), des apparitions sur des compilations et nous voici déjà à l’enregistrement de l’EP « Jesus (Hates Me) » qui servira de prélude à la sortie du second album, en octobre 2013, « Say You Just Don’t Care». Il faut dire qu’en dix ans de carrière, le groupe a fait du chemin mais n’a rien perdu de son énergie et de sa spontanéité, comme nous allons le voir ensuite.

Genre : Punk Rock – Sortie : 21 octobre 2013

Genre : Punk Rock – Sortie : 21 octobre 2013

La pochette du dernier-né des HSMF, comme les appellent les fans, se compose d’une photo propre et simple avec le logo et le nom du groupe sur la gauche. Le nom de l’album est inscrit sur ce qui ressemble à un album photo ou un livre de compte à la couverture noir. Simple et suffisant, avec un esprit apparemment plus mature ? Si ce n’était le logo adopté avec un crâne cartoonisé et deux os qui se croisent. Ce qui compte vraiment se trouve à l’intérieur. Dès la première écoute, nous sommes emportés en des territoires qui semblent à la fois connus et lointains, mais pas tant que ça. On pensera pêle-mêle aux Sex Pistols, à Green Day et Blink 182 pour le côté Punk moderne pêchu et efficace, et d’un autre côté vers les Ramones, Motörhead ou encore The Hellacopters pour le côté plus « roots » et « vintage » de la musique qui prend aux tripes. Effectivement, on se retrouve dans une joyeuse ambiance pleine de souvenirs avec des petites incursions plus proches de nous, mais toujours avec une bonne humeur qui chassera tous les mauvais esprits qui auraient pu vous approcher. Le son est définitivement bon et bien enregistré, bien mixé. Les musiciens passent un bon moment tous ensemble et le partagent avec brio, ce qui s’avère contagieux au fil de l’écoute. Nous nous retrouvons tapotant du pied, ou reprenant éventuellement le refrain d’un morceau de-ci de-là, ce qui est loin d’être désagréable. Niveau technique, les gars touchent leur bille quoi que les morceaux soient simples, faciles à retrouver en cherchant peu et mémorisables quasi instantanément (hormis les soli plus que sympathiques qui jalonnent l’album). Ce que nous ne pouvons interpréter autrement que comme la preuve que ces joyeux lurons savent composer un morceau dans la veine de ceux qu’ils aiment. Nous comprenons donc parfaitement à l’écoute comment le groupe a pu tourner autant : comment résister à la folie festive qui vous envahi à l’audition de ces titres qui défilent tranquillement ? Bref, ce disque est une boîte à tubes avec des paroles qui ne cachent pas leurs intentions.

Au final que pourrions-nous ajouter à cela ? Que nous n’en avons rien à faire ? Certainement pas ! Quiconque broie du noir devrait avoir un exemplaire sous la main pour se remettre d’aplomb. La journée commence mal ? Un petit Another hangover in Hungary mettra tout le monde d’accord. Si les paroles, en général, ne sont pas forcément dans des tons gais, la façon dont la musique défile est un hymne à la joie et à la bonne humeur. Tout amateur de musique Punk-pop ou de Glam ne pourra se permettre de manquer ce monument du genre. Le grain de l’enregistrement est orienté « live », ce qui facilite l’immersion à fort volume. Laissez-vous entraîner par ces « motherfuckers », vous n’en reviendrez pas de la façon dont ils vont vous traiter. Et vous en redemanderez, en plus. Imaginez ça dans une salle et le sens déjà clair de ces compositions prendra une dimension supplémentaire. Déjà un classique du genre. Si vous avez des problèmes, sûr qu’avec cet album vous pourrez dire que vous n’en avez juste rien à faire.

F4R537KTP09

Line-up :

  • Pamy : batterie
  • Davy : guitare
  • Stuffy : chant et guitare
  • Dusty : basse

Tracklist :

  • Say You Just Don’t Care
  • Jesus (Hates Me)
  • Dead Candy
  • Another Hangover In Hungary
  • Treat Me Like Shit
  • FeelMy Pain
  • When I Wanna Die
  • Shake Spears
  • Scratch My Back
  • What About Us
  • Rock Like An Idiot

 

Retrouvez High School Motherfuckers sur Reverbnation et Facebook.