LOADING DATA-20140328-008C’est dans la salle du Warmaudio que nous nous retrouvons ce soir, pour le retour du groupe Loading Data en terre lyonnaise. Le quatuor a le vent en poupe depuis la sortie de son dernier album, Double Disco Animal Style (dont vous pouvez lire notre chronique ici) et ce soir confirmera une fois de plus cet état de fait, puisque la salle affiche une belle affluence. Comme souvent, le groupe est venu en compagnie des amis de 7 Weeks. La formation lyonnaise Dust Blenders se charge d’ouvrir la soirée. Préparez-vous à entendre du Stoner puissant et de bonne qualité !

 

Dust Blenders

DUST BLENDERS-20140328-002Les Lyonnais débutent leur set devant un public encore un peu épars et timide. Il n’est que 20h30 et la plupart des spectateurs ne sont pas encore arrivés. Toutefois, Dust Blenders ne joue pas devant un parterre vide. Les rangs grossissent au fur et à mesure que le concert progresse dans le temps. Le groupe bénéficie d’un son bien réglé, nous entendons distinctement chaque instrument. Une bonne chose car les compositions de Dust Blenders sont très travaillées et riches en textures, surtout la chanson qui clôt le set, une véritable réussite. Le groupe nous tient en haleine pendant les trente minutes de jeu qui lui sont accordées. Nous remarquons également une forte cohésion au sein de cette formation qui se fait plaisir sur la scène du Warmaudio. Le public apprécie grandement et l’applaudit généreusement. Un groupe à revoir sur une plus grande scène.

 

7 Weeks

7WEEKS-20140328-007Originaire de Limoges, 7 Weeks donne un coup de main à Loading Data une fois de plus. Ce qui n’est pas pour nous déplaire, vu que ce groupe est constitué de musiciens talentueux et a récemment sorti un excellent album, acclamé par les critiques : Carnivora. C’est donc logiquement cet opus que le groupe va promouvoir ce soir avec sa setlist. 7 Weeks démarre son concert en trombe, les musiciens affichant un très bon état de forme. Malheureusement, le son va s’avérer moins bien réglé que pour le groupe précédent. Nous avons du mal à entendre les claviers de Manu Costa, ce qui est fort dommage car le claviériste s’applique à jouer de superbes mélodies, en plus de se déchaîner sur son instrument lorsque les riffs se font plus rageurs. Ajoutez à cela un chant parfois difficilement audible et vous aurez une bonne raison de sortir frustrés de ce concert. Car 7 Weeks réalise une très bonne performance, nerveuse, calée techniquement et sincère. Le groupe crée un lien avec le public, désormais plus fourni et plus réceptif. Le rythme haletant du début retombe doucement vers la fin du set, plus émotionnel. Julien, basse en main, mène son groupe comme une locomotive. Mais il est poussé par un batteur bourré de talent en la personne de Jérémy. Précis et groovy, le batteur donne beaucoup d’ampleur à la musique du groupe. Du bon Rock bien gras, voilà la meilleure définition de 7 Weeks.

7WEEKS-20140328-003

Loading Data

LOADING DATA-20140328-005Loading Data, le groupe qui ne cesse de monter, pose ses amplis une nouvelle fois dans notre région. Vus pour la première fois par votre serviteur au Ninkasi Kafé l’année dernière, la formation évolue cette fois-ci sur une scène plus intimiste. Voyons un peu ce qu’il en est. Première constatation et déception, Louise (basse) n’est pas dans le groupe. Un représentant d’Are You Stoned Inc m’explique que la jeune femme était indisponible pour ce concert et le groupe a dû confier le poste de bassiste à Guillaume. N’ayez crainte, le bassiste barbu fait bien plus qu’assurer musicalement. Ce dernier possède un charisme attractif et semble s’être bien intégré dans le groupe, déjà bien soudé. Le public a encore grossi et les premiers rangs s’approchent de la scène. Patron (chant, guitare) démarre le set avec le titre éponyme du dernier opus. Petite faute des techniciens son, Patron chante dans un micro coupé. Une fois celui-ci rallumé, nous pourrons alors profiter du chant grave et envolé du guitariste. À condition de tendre l’oreille. Car hélas, le son n’est pas à la hauteur. Patron est difficilement audible et nous l’entendons que lorsqu’il pousse dans les aigus. Regrettable quand on connaît le talent de cet homme dans ce domaine. La basse est bien trop mise en avant, nous n’entendons qu’elle et la batterie de Robin, au détriment de Pablo (guitare) qui réalise pourtant des soli d’une grande sensibilité. Les musiciens se donnent tous à fond et une réelle complicité règne entre eux. Les titres s’enchaînent à grande vitesse, ne laissant aucun temps mort aux spectateurs. Loading Data remporte facilement les suffrages puisque une bonne partie du public danse sur les compositions variées du combo. Le set est carré, bien calibré. Et c’est malheureusement là que surgit le gros problème de cette prestation. Le groupe ne créé pas vraiment de contact avec son public, déballant son set avant de se retirer. Nous avons l’impression d’avoir assisté à une performance froide et impersonnelle. Peut-être que le groupe était insatisfait du son ou sous le coup de la fatigue, allez savoir… C’est dommage car les compositions de Loading Data sont festives, groovy à souhait, transpirent le Rock des pionners et donnent envie de s’éclater. Le public a tout de même apprécié le concert et c’est l’essentiel, après tout. Le groupe a démontré une fois de plus qu’il est très pro et qu’il faut désormais le compter parmi les grand représentants de la scène Stoner Rock. Pourvu que ça dure.

LOADING DATA-20140328-002 LOADING DATA-20140328-006Encore une très bonne soirée passée dans ce Warmaudio qui ne cesse de nous proposer des plateaux tous plus alléchants les uns que les autres. Malgré un son pas très bien réglé, le public lyonnais aura pu savourer la crème du Stoner français, dont un Dust Blenders qui promet beaucoup.

Merci à Loading Data, 7 Weeks et Dust Blenders, à l’organisation, au personnel du Warmaudio et surtout au public !

Kouni