SMASH IT COMBO-20140404-007L’Ardèche, à environ une heure d’autoroute de Lyon, nous offre de superbes paysages maintenant que le printemps est revenu. C’est vert, fleuri, ça sent le nectar, les filles remettent leurs jupes et les Hardcoreux réinvestissent les salles pour hurler sur de pauvres spectateurs. Quand il y en a ! Car oui, si les touristes sont nombreux en Ardèche, on ne peut pas vraiment dire que ça se bouscule dans les cafés-concerts et autres salles de concerts. C’est bien dommage car le plateau du jour promet d’en rassasier plus d’un. Ce soir, rendez-vous à l’American Dreamer à Annonay, pour voir Smash Hit Combo et All Of You Down. L’un comme l’autre est remonté à bloc, comme les quelques spectateurs s’approchant de la scène où s’installe AOYD.

All Of You Down

ALL OF YOU DOWN-20140404-006Les Lyonnais débutent leur set de manière agressive, entrant immédiatement dans le vif du sujet. Pas de tour de chauffe, pas de présentations, All Of You Down joue immédiatement pour mettre les choses au clair. Dès le départ, le groupe montre une énergie qu’il prendra soin de transmettre au public. Le duo François (chant) / Guillaume (guitare) donne le rythme. Les deux hommes ne cessent de bouger dans tous les sens et leur complicité fait plaisir à voir. Plus en retrait scéniquement mais bien présent musicalement, Pierre (batterie), Xavier (basse) et Will (guitare) assurent parfaitement leurs rôles. La scène semble même trop étroite pour eux. Qu’à cela ne tienne, François et Guillaume descendent régulièrement dans la fosse, jouer au plus près des spectateurs. Le frontman parviendra à faire bouger les Ardéchois pour créer un pogo. Les titres s’enchaînent rapidement jusqu’au final, durant lequel Guillaume terminera une chanson avec un string dans la bouche, celui-ci ayant été jeté par une spectatrice. Une prestation solide, carrée et très bien reçue par le public. Les Lyonnais laissent maintenant leur place aux Alsaciens de Smash Hit Combo.

ALL OF YOU DOWN-20140404-004 ALL OF YOU DOWN-20140404-005

Smash Hit Combo

Comme le groupe précédent, Smash Hit Combo entame brutalement son set. Les spectateurs sont immédiatement embarqués dans une tempête de riffs. La présence des deux chanteurs Sammy et Paul dynamise grandement un répertoire déjà bien énergique. Le mélange de Rap et de Metal a vraiment quelque chose d’explosif ! Pas de temps mort dans la prestation des Alsaciens ! Le public réagit à l’attitude du groupe en démarrant un pogo qui balayera la moitié de la salle. Paul exigera un wall of death, ce que les Ardéchois se feront un plaisir d’exécuter. Les musiciens ont l’air de prendre un pied d’enfer sur scène. Pour vous donner un exemple, imaginez le guitariste et le bassiste se regarder, courir l’un vers l’autre et le guitariste sauter au-dessus de son collègue qui lui passe sous les jambes. Ou encore le chanteur s’emparer d’une cymbale de son batteur pour le balader sur la scène et permettre aux spectateurs de frapper dessus à coups de poings. Le son du groupe est massif, bien que manquant de clarté. Nous avons un mur de graves qui nous tombe dessus. L’American Dreamer a littéralement changé d’ambiance en quelques minutes. Ça pogote, ça headbangue dans tous les sens ! Certes, la salle est tristement vide, une trentaine de personnes seulement ayant fait le déplacement. Mais bon sang, ces trente métalleux font leur maximum pour mettre le boxon ! Smash Hit Combo se nourrit de cette énergie et la ressert à son tour. Trois rappels sont réclamés et accordés. Pour le final, un des guitaristes monte sur le zinc du bar, jouant devant le patron du bar, hilare. Sammy descend une fois de plus de la scène avec plusieurs cymbales, Brice jouant avec le strict minimum : une charley et une ride ! Paul arpente lui aussi la fosse de long en large avec son micro sans fil et donne la parole à quelques spectateurs, tandis que Matt (basse) s’éloigne de la scène pour réaliser de nombreux sauts et headbangings. Après cette dernière chanson, c’est fini pour de bon. Les membres de SHC, en sueur, nous quittent sous les applaudissements.

SMASH IT COMBO-20140404-005 SMASH IT COMBO-20140404-001 SMASH IT COMBO-20140404-002

SMASH IT COMBO-20140404-006 SMASH IT COMBO-20140404-004

C’est vraiment dommage que l’American Dreamer soit lui aussi la victime de la désertification des salles de concerts. Nous pourrions débattre des heures sur ce sujet mais je préfère vous demander de me rendre votre copie avant vendredi midi, deux pages minimum. Blague à part, même si peu de personnes sont venues, elles auront réussi à mettre l’ambiance, motivées par deux groupes rageurs et pros. Je vous donne rendez-vous dans cette même salle, peut-être pour le dernier concert Metal en ces murs (l’avenir nous le dira), le 24 mai avec Breed Machine, Coredump et BTK.

Nos remerciements aux fidèles qui ont fait le déplacement, merci aux groupes, à l’organisation et au patron de l’American Dreamer !

 Kouni