OYSTER'S RELUCTANCE-20140412-013Me voici une nouvelle fois dans le repaire mâconnais du Metal, en plein centre-ville. Le Sovengard accueille ce soir deux groupes atypiques, à l’univers bien particulier : Oyster’s Reluctance et No Comment. Si ces noms ne vous disent rien pour l’instant, ils pourraient bientôt devenir une évidence pour tous. Car avec une musique aussi addictive et un univers aussi riche, ce serait du gâchis que ces deux formations restent dans l’ombre. Mais ce soir, la lumière se fait sur eux tandis que No Comment monte sur les planches.

No Comment

LNO COMMENT-20140412-001e duo mâconnais No Comment s’installe sur la scène du Sovengard, devant un public bien fourni. La salle est en effet presque pleine et deux spectateurs bien éméchés s’approchent de la scène et  dandinent alors qu’aucune note n’a encore été jouée. Après une intro relancée pour souci technique, le set commence avec un titre rapide, baptisé 20. Les chansons de ce groupe n’ont pas de titres, certainement pour laisser libre court à notre imagination. En effet, les compositions de No Comment sont comme des romans. Les morceaux contiennent plusieurs parties différentes les unes des autres, des changements de rythmes et l’utilisation d’effets est, en plus de la virtuosité de Nico (basse), le principal pilier de la construction musicale du groupe. Derrière ses fûts, Sylvain martèle des rythmes tantôt soutenus, tantôt lents et presque jazzy. No Comment nous balade au gré des riffs et des citations extraites de films (Full Metal Jacket, Invasion USA, Rambo 3…) qui parsèment avec humour des compositions inventives. Si les effets sont nombreux, ils ne viennent pas camoufler un manque de talent. Non, chez ce groupe, tout est parfaitement maîtrisé et calculé. Il faut regarder du côté de Primus (certainement l’une des influences du duo) pour entendre une telle variété d’effets. La basse, instrument trop souvent relégué comme instrument d’accompagnement, prend ici toute sa mesure et Nico s’exprime comme un peintre sur une toile vierge, soutenu par un batteur infatigable. Pour le final, le groupe invitera Tom, le chanteur de Oyster’s Reluctance, à venir chanter sur le morceau Happier Than Ever. Après trente minutes de concert, No Comment se retire sous les applaudissements. Un groupe à découvrir au plus vite et je ne peux que vous conseiller d’écouter leur premier Ep éponyme, récemment disponible.

NO COMMENT-20140412-011 NO COMMENT-20140412-009

Oyster’s Reluctance

NoOYSTER'S RELUCTANCE-20140412-015us restons dans le même style avec Oyster’s Reluctance, également originaire de Mâcon. Ce trio met lui aussi la basse de Juju en avant, avec moults effet là aussi mais le groove reste la priorité. Décidément, cet instrument est à l’honneur ce week-end ! La Fusion Metal jouée par le groupe est particulièrement riche et variée. Les chansons sont toutes très différentes, ça ne tourne jamais en rond. Tom (chant) possède un timbre de voix unique et pose ses lignes de chant sur une musique aux multiples facettes. Talentueux et charismatique, Tom attire les regards et ne laisse pas indifférent. Le vocaliste semble vivre ses paroles et sa performance transcende complètement les compositions. Il serait injuste de ne pas parler des autres membres de cette formation, à savoir Juju et Raldo (batterie). Les deux hommes sont aussi bons que le chanteur et l’émulsion de ces trois talents met la barre très haut pour les formations évoluant dans ce registre musical. Un groupe appliqué et impliqué dans ce qu’il fait. Les fans sont nombreux à s’être rapprochés et assis par terre pour profiter de ce concert, réussi malgré quelques couacs techniques. Rien de grave cependant et le groupe fait preuve de beaucoup d’humour lorsqu’un pépin surgit. Le grand moment survient sur le dernier morceau du set, Intensity, dont le refrain final donne tout son sens au titre. Et nous donnes des frissons par la même occasion. Bref, un groupe à l’aise sur scène et avec ses partitions, fortes en émotions. Je ne peux que vous inviter à les découvrir en concert ou sur Cd.

Setlist :

  • Degraded
  • Crawling
  • Disillusion
  • GB & GL
  • Sick Sad World
  • In My Mind
  • Relieved
  • I Still Trust
  • Intensity

OYSTER'S RELUCTANCE-20140412-006 OYSTER'S RELUCTANCE-20140412-009

 

Le Sovengard est un lieu incontournable de Metal et les affiches proposées chaque semaine ne font que le confirmer. D’ailleurs, le 19 avril, Avatar posera ses amplis dans ces lieux pour un concert exceptionnel, le groupe ne jouant que deux concerts en France.

Merci aux groupes pour ces deux prestations de qualité, merci à Sylvain et Claire du Sovengard pour leur accueil et leur gentillesse. Merci enfin au public qui s’est déplacé en nombre ce soir, le café-concert était presque plein. Et bon sang, que ça fait du bien de voir ça.

Kouni