The Treatment - Running With The DogsThe Treatment, un groupe originaire de la perfide Albion qui nous avait déjà proposé un premier album, This Might Hurt ainsi qu’un EP de reprises, revient pointer le bout de son nez avec son deuxième album, Running With The Dogs. Le groupe basé à Cambridge en possède t-il pour autant le savoir ? Réponse avec ce qui suit.

<br/>

Style : Hard rock – Sortie : 4 février 2014

Style : Hard rock – Sortie : 4 février 2014

À quelques exceptions près mais non des moindres, cet album pourrait être le prochain AC/DC, ou un ancien. N’allons pas creuser plus loin pour y trouver un tout autre genre. On pense au combo des frères Young, mais aussi au groupe de leur petit cousin Starfighter, situé dans la même veine. On peut aussi citer les suisses de Krokus. Les plus anciens des metalleux se rappelleront facilement de ce groupe. Et bien sûr, beaucoup plus proche de nous et contemporain, l’inévitable Airbourne. Treize titres nous sont proposés sur cet album. Les quatre premiers s’inscrivent pleinement dans la mouvance AC/DC avec Get The Party On et ses accents faisant penser notamment à Get It Hot ou bien encore Dog Eat Dog de ces mêmes kangourous. D’ailleurs, côté chant, ce dernier affiche quelques intonations faisant également penser à l’inégalable Bon Scott. Intention volontaire ou involontaire ? En tous cas, c’est une voix chaude qui colle parfaitement bien à la musique proposée. La musique étant elle-même composée de riffs carrés et d’un ensemble basse/batterie la suivant comme son ombre. Rien à redire. Mais voilà, il y a un revers à tout cela. Nous parlions un peu plus haut de « quelques exception près ». Treize titres sur un album, c’est très bien, ça sent le bonus mais qui tourne au malus car trois titres viennent s’égarer dans le hard rock énergique proposé par The Treatment. En effet, trois titres bien en deçà des autres, Emergency ainsi que deux ballades, Unchain My World et l’assez mièvre Cloud Across The Sun (ce n’est pas mignon ça ?), font penser à de sous Guns N’ Roses, Mötley Crüe ou encore Scorpions. Ce qui, en soi, n’est déjà pas très brillant mais là, on verse dans le presque insipide. Rajoutons à cela des chœurs beaucoup trop propres, faisant penser à une sorte de musique pop et là, il n’y a plus qu’à balancer les bras de gauche à droite et c’est peace and love pour tout le monde. Bref, ne tombons pas dans l’excès de moquerie. Nous disons simplement que ces trois titres dégageant autant d’énergie qu’un koala sous sédatif, ne sont pas à leur place sur cette galette. Si l’on refait les comptes et que l’on fait abstraction de ces morceaux de mauvais choix, nous arrivons à dix bons titres, ce qui est et reste tout à fait correct.

The Treatment nous offre donc une forme de Hard Rock/Rock n’ Roll assez brute, sans atteindre la folie de Rose Tattoo mais nous avons là un bon album qui aura manqué de peu d’être surclassé en très bon album. Ne boudons pas non plus notre plaisir, car cette forme musicale tend à se raréfier de nos jours.

Tracklist :

  • I bleed rock’n’roll
  • Drop like a stone
  • Get the party on
  •  Running with the dogs
  • Intro – The outlaw
  • Emergency
  • She’s too much
  • Cloud across the sun
  • Don’t look down
  • World on fire
  • What is there to say
  • Unchain my world
  • Don’t get mad get evil

 

Pat

Retrouvez le groupe sur Facebook