Inner Reflections – Reset (Album)

Posté le : 21 avril 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Inner Reflections - ResetEn 2011, cinq Yvelinnois forment le groupe Inner Reflections. Il s’agit de Simon Prime au chant, Sébastien Bader  et Jéremey Hotuqui aux guitares, Kévin Brookes à la basse et Valentin de Filippo à la batterie. Leur musique est un mélange de Rock mélodique et de Hardcore accompagné par un Metal très brutal. En novembre 2013, ils sortent leur premier album : Reset, distribué par Send the Wood, un label indépendant spécialisé dans le Rock et le Metal. Cet album sera l’objet de cette chronique.

Inner Reflections - Reset

Sortie : Novembre 2013

Avant de commencer l’écoute des dix titres qui composent cet album, prenons le temps de nous pencher sur la pochette. Deux œuvres me viennent tout de suite à l’esprit : une colonie d’humains manipulée et entretenue par des machines, c’est d’abord le thème sur la réalité virtuelle dans l’œuvre cinématographique des frères Watchowski, « Matrix » (pour les plus jeunes), mais aussi la manipulation cérébrale qui est le thème du livre prophétique de George Orwell intitulé 1984 (pour les plus anciens). Cette pochette semble nous inviter à procéder à une introspection d’où peut être le nom du groupe, Inner Reflections. Si le visuel nous a proposé une rangée d’humains complètement docile et à la merci des machines, il en est autrement du son que renferme cet album. Le talent des Yvelinois dépassent largement la puissance de leurs instruments de musique. Chaque instrument est joué avec une telle intensité que parfois, on se retrouve à la limite de l’anévrisme cérébral. Fougueux mais talentueux, Inner Reflections semble vouloir mettre un point d’honneur à démontrer sa maîtrise du Metal par cet album finement travaillé et définitivement digne d’intérêt. Comme la plupart des albums Metal, les titres sont courts et rapides et ne laissent pas beaucoup de place au sentimentalisme. Tout au long de l’album, les screams de Simon Prime sont très puissants mais en même temps, on ressent beaucoup d’assurance dans son chant. Un coup d’œil sur les paroles des chansons explique peut être d’où vient cette énergie qui est transportée et déversée partout par le groupe. Sworn Enemy (traduit par « ennemi juré ») raconte l’animosité du chanteur vis à vis de son ennemi juré. Il dit qu’il est « habité » par un sombre passager. Troublant. Artificial Needs aborde le thème de la peur et de la colère. L’intro ressemble à du Iron Maiden et pourtant, ça redevient rapidement un titre très Hardcore, très brutal et sans concessions sur les sentiments. Ici, il n’y a pas de temps ni pour les questionnements, ni pour les hésitations. Pas de temps non plus pour les regrets et encore moins pour le repos. Ce caractère fougueux et déchaîné se ressent à travers la plupart des thèmes abordés par le groupe ainsi qu’à travers son style musical et ses arrangements. Autre exemple, Confrontation, un titre magnifiquement écrit, raconte une vision assez pessimiste de l’avenir de la jeunesse et de notre société en général : « Quel choix devant nous, finalement sinon la confrontation ? » Telle est la question que nous nous posons à travers Inner Reflections. « What’s the meaning of choices ? I wonder the solution is… confrontation ». Ce qui intrigue particulièrement dans ce groupe, c’est surtout sa signature musicale. Leur style sonne très… texan. C’est un avis certes purement personnel, mais ils me donnent cet impression de musiciens ayant grandi aux côtés des membres de groupes tels Pantera. Cela s’entend surtout dans les titres phares de cet album que sont : Will You, Sworn Enemy, Growing Fear et Overreaction. Screams pleins de rage, guitare et basse très heavy, des riffs très massifs et très primitifs. Nous avons droit à une grosse décharge d’adrénaline qui risque de faire des ravages dans le mosh pit !

Pour conclure, Reset est définitivement une réussite musicale. L’opus exprime bien la philosophie véhiculée par le groupe, les thèmes abordés étant la souffrance et la frustration à travers la haine, la colère ou la peur. C’est un travail titanesque pour un premier album. Je retiendrai comme note négative une impression de désordre sur l’écoute de At Dusk ainsi qu’Artificial Needs, comme si ces titres n’étaient pas complètement achevés. Mais dans l’ensemble, on note que Inner Reflections n’a pas choisi le chemin de la facilité. Il y a beaucoup de travail fourni dans cet album et le résultat est là. On en prend plein la gueule et on finit par vite chercher les dates de ce groupe, tellement nous avons pris plaisir à écouter les dix titres qui composent le CD. Un premier clip a même été tourné sur le titre Will You et est disponible ci-dessous. Le refrain du morceau résume finalement la message véhiculé par ce groupe.

Tracklist :

  1. Install
  2. Will You
  3. Sworn Enemy
  4. Artificial Needs
  5. Same day Different Shit
  6. This Void
  7. Growing Fear
  8. Confrontation
  9. Overreaction
  10. Come Back

Suivez l’actualité du groupe sur leur page Facebook.

Haja