Gamma Ray (4)C’est après un week-end riche en émotion à Rillieux-la-Pape qu’en ce lundi 7 avril, l’équipe de Sons Of Metal continue de prendre d’assaut les salles des environs lyonnais. En effet, ce soir votre serviteur est accompagné de Melissa, chargée de photographier les groupes. Nous sommes envoyés sur une date signée Base Production au Transbordeur à Villeurbanne. Pour cette soirée, Base Production nous offre sur un plateau les Italiens de Elvenking et de Rhapsody Of Fire, ainsi qu’en tête d’affiche les Allemands de Gamma Ray emmenés par Kai Hansen. Autant dire que cela promet d’intéressants rebondissements.

Elvenking

Elvenking (1)Il est environ 20h00 quand les lumières du Transbordeur s’éteignent, laissant entrer la formation italienne. D’emblée, on sent que le groupe peut proposer un style musical festif un peu comme Vexillum. Mais là, tout semble long et confus sur les premiers accords ainsi que sur les premières minutes. Pourtant, les Italiens semblent vouloir bien faire. Cela ne peut qu’aller en leur faveur, tant leur joie de jouer sur la scène villeurbannaise est palpable. D’ailleurs, au fur et à mesure que les titres avancent, le début poussif d’Elvenking s’envole petit à petit, laissant place à des guitares plus présentes et à un jeu de scène plus efficace. De plus, ce changement d’ambiance se transmet par des applaudissements plus enjoués de la part des spectateurs. Cela se traduit aussi par une prestation vocale grandissante de Damna, discutant de plus en plus avec le public, ce qui n’était pas forcément le cas au départ. Au fil des minutes, le jeu des Italiens prend tout son sens et s’intensifie grâce aux soli de Aydan et Rafahel à la guitare ainsi qu’à la puissance du violon de Lethien, permettant au final de démontrer tout le potentiel de leur musique s’intensifiant sur le plan dynamique. C’est sur cette note que la formation terminera son set et prendra congé de nous sous une pluie chaleureuse d’applaudissements.

Elvenking (3) Elvenking (4)

Rhapsody Of Fire

Rhapsody Of Fire (1)Les Italiens d’Elvenking quittent brillamment la scène du Transbordeur pour laisser place à Rhapsody Of Fire. Chacun arrive décontracté, l’intro Vis Divina suivie de Rising From Tragic Flames, issu du dernier album Dark Wings Of Steel, ouvre ce concert pour nous emporter dans un univers fantastique du Metal Epic Symphonique. Rhapsody Of Fire est l’un des maîtres d’œuvre dans ce style ! D’ailleurs, Land Of Immortals nous plonge aux origines du groupe et tout au long de cette épopée, les mélodies se succèdent aux soli et aux riffs qui ne peuvent que nous charmer. Le chant italien de Lamento Eroico se marie très bien à leur style. La majorité des chansons sont issues de la formation initiale de Rhapsody avec Luca Turilli qui en fut guitariste avant que le groupe ne se sépare. Seuls les titres Rising From Tragic Flames et Dark Wings Of Steel sont issus de la formation actuelle de Rhapsody Of Fire. De toute façon, le public apprécie tous les titres joués et on voit plusieurs petits groupes faire du headbanging, surtout dans les premiers rangs. Les Italiens terminent leur show par Terror et le magnifique Emerald Sword, avant de laisser place au mythique et pur Heavy Metal germanique de Gamma Ray !

Rhapsody Of Fire (3) Rhapsody Of Fire (4)

Gamma Ray

Gamma Ray (4)Après les deux groupes italiens, l’heure de l’entrée en scène de Gamma Ray est enfin arrivée. D’ailleurs, le public est impatient d’en découdre avec Kai Hansen et sa bande. Les lumières s’éteignent une dernière fois pour plonger de nouveau le Transbordeur dans le noir complet et le titre Bad Reputation s’échappe des enceintes de la salle. Le choix de l’intro laisse perplexe et songeur, mais pourquoi pas. La fin du titre de Joan Jett laisse ensuite place à la partie instrumentale Welcome et l’entrée des musiciens de Gamma Ray sans Kai Hansen. Il faudra attendre la fin pour la venue du meneur allemand. Ensuite, tout s’enchaine à vitesse grand « V ». Le set débute sous la beauté du titre Avallon, tiré du dernier album Empire Of The Undead. Les riffs puissants se dégagent au fur et à mesure, plongeant le public dans une joie immense. D’ailleurs, on sent les Allemands très heureux de jouer pour ce public qui en redemande davantage à chaque fois. Quand la fameuse chanson I Want You de Helloween retentit, ce sont des spectateurs survoltés qui reprennent en cœur ce fabuleux titre. De plus, le public aux anges ne s’arrêtera pas en si bon chemin et sous les clameurs des auditeurs lyonnais, Kai Hansen viendra nous faire un petit délire reggae. Cela durera bien deux grosses minutes et ce sera avec le sourire qu’un petit hommage à Bob Marley sera rendu. Un imprévu d’une efficacité à toute épreuve qui a permis de voir l’engouement pour toutes les parties concernées. Nous reprenons de plus belle avec les titres Pale Rider et Time For Deliverance, tous deux extraits du dernier album Empire Of The Undead. Avec cette dernière, le Transbordeur se retrouvera plongé dans une dimension sensuelle puisque le tempo très ralenti donnerait envie de danser un slow avec son voisin. Une démonstration magistrale du quartet allemand. À la suite de cela, quoi de mieux qu’un solo de batterie d’une qualité stupéfiante de Michale Ehré. De plus, les bandes-son entrainantes choisies par la formation n’auront pas laissé le public lyonnais indifférent. La suite de la prestation n’est que pluie de riffs, soli avec Kai Hansen et Henjo Richter avec les titres comme Blood Religion, Empire Of The Undead ou la majestueuse chanson intitulée Man On A Mission. La soirée n’est pas finie car il reste encore deux titres dans la botte de Gamma Ray mais déjà, on sent les spectateurs heureux de la prestation proposée par la formation allemande. Comment ne pas avoir une fin tonitruante quand le titre To The Metal, extrait de l’avant-dernier album du même nom, retentit suivi de la composition Send Me A Sign chargée en émotion qui clôturera de parfaite façon la soirée.

Gamma Ray (5) Gamma Ray (6)

Setlist :

  • Bad Reputation (reprise Joan Jett)
  • Welcome
  • Avallon
  • Heaven Can Wait
  • Tribute To The Past
  • I Want Out (reprise Helloween)
  • Pale Rider
  • Time For Deliverance
  • Drum Solo
  • Master Of Confusion
  • Empire Of The Undead
  • Rebellion in Dreamland/Land Of The Free
  • Man On A Mission

Rappel :

  • To The Metal
  • Send Me A Sign

(source setlist.fr)

Quand Gamma Ray quitte la scène sous une pluie grandissante d’applaudissement, c’est avec difficulté que nous quittons la salle car nous aimerions bien en voir un peu plus, malgré l’heure tardive. Car même s’il est déjà minuit et quart, la prestation des Allemands aura été à couper le souffle. Dommage que le Transbordeur n’ai été rempli qu’à moitié avec le rideau tiré, mais l’ambiance aura tout de même été au rendez-vous. Merci à toute l’équipe de Base Production de nous proposer des concerts de cette qualité, que ce soit sur Lyon, Paris ou Bordeaux.

Report : Elovite

Photos et Report Rhapsody Of Fire : Melissa