Dawohl – Potestas.Ratio.Iustitia (EP)

Posté le : 09 juillet 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Dawohl coverDawohl, originaire de Mulhouse, est né en 2009. Les Alsaciens viennent présenter leur premier EP au concept très élaboré. Il est à noter que Kevin Foley, batteur de Benighted, est venu apporter sa collaboration pour parachever le travail, afin qu’il se rapproche du parfait. Étudions de près cette galette de cinq titres qui nous est proposée. Âmes sensibles s’abstenir.

<br/>

Style : Death Metal – Sortie : 20 Juin 2014

Style : Death Metal – Sortie : 20 Juin 2014

Trendkill Entertainment and Recordings a réalisé un très beau travail avec un packaging de qualité. Un bon point car le résultat est très propre. Venons-en maintenant aux faits. Tout débute par une intro typée Rome antique et qui aurait pu servir de support à un péplum. Les quatre titres qui suivent ne sont que déferlement sonore. Il n’y a dans cet EP aucune compromission, aucun temps mort, tout est en zone rouge, la double-pédale est poussée à son paroxysme, comme tout le reste d’ailleurs. Cette galette n’est pas sans rappeler l’opus de Smashed, le talentueux groupe de Tarbes. Bien sûr, le chant basé sur un growl puissant est bien en place, les guitaristes s’en donnent à cœur joie, rivalisant de vitesse avec la basse. On sent une assez grande influence de Nile. Côté production, le son est au rendez-vous, le mixage est de très bonne qualité et ça vous claque directement aux tympans. Deus Ex Machina et Damnatio Memoriae sont probablement les deux titres qui vous marqueront le plus, même si tous les morceaux se situent dans la même veine et ne pourraient être au final qu’un seul et même titre. Jouer à cette vitesse et garder ce niveau est une véritable performance. On en convient aisément. Cet EP se veut être aussi un véritable concept basé sur pléthore d’éléments allant de Machiavel, en passant par la littérature d’anticipation et la philosophie, jusqu’à l’histoire par le biais de l’ancienne Rome. C’est un beau programme, mais adopter le plus beau et le plus fouillé des concepts ne fait pas tout. Vu qu’il est très difficile de percevoir auditivement les paroles chantées en anglais, ce qui ce conçoit pleinement avec le style du chant, parler de concept dès lors que l’on ne comprend rien, ne sert pas à grand-chose. Nous sommes d’accord, il s’agit de Death Metal de très bonne facture mais le fait est là, le rageur P.G.M, chanteur de son état, aurait pu nous distiller des paroles parlant des chaussettes de Karl Sanders que cela n’aurait pas fait de différence à nos oreilles. Irrespectueux ? Non, qui aime bien châtie bien, c’est ce que dit le dicton. L’opus se termine de belle façon par Verba Imperiosa, brûlot s’il en est.

Dawohl a frappé fort avec son EP. Si vous aimez l’extrême et la démesure, ce disque est fait pour vous. Le travail accompli sur cet opus est plus que conséquent. Il sera peut-être vu irritant pour certains, magique pour d’autres, mais il ne laissera personne indifférent. Dawohl est en marche.

Tracklist :

  • Canticum Belli
  • Decimare
  • Deus Ex Machina
  • Damnatio Memoriae
  • Verba Imperiosa

Pat

www.facebook.com/DAWOHLBAND

  1. P.M.G. dit :

    Merci pour cette excellente chronique ! Mais je me demande comment tu as fait pour savoir que les réelles paroles tournaient autour des chaussettes de Sanders héhé