Steel In Mind – Undying Rage (EP)

Posté le : 17 juillet 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Steel In Mind - Undying Rage coverSteel In Mind est originaire de Tours. Et que fait-on à Tours ? On monte un groupe. Ce dernier a donc vu le jour en 2007 et s’est fendu d’un premier opus, Somewhere Between Light And Shade, sorti en 2009. Le groupe se compose de Julien Mangin (chant et guitare rythmique), de Julien Guérin (guitare solo et chœurs), de Maxime Bertrand (basse et harmonica) et enfin de Stéphane Gomez à la batterie. Quand un groupe possède deux Julien, c’est un signe que tout va bien. Plongeons-nous dans l’œuvre proposée par le quatuor.

<br/>

Style : Grunge/Rock – Sortie : 2014

Style : Grunge/Rock – Sortie : 2014

Un réveil difficile, ce matin. Vite, le café, comme toute journée qui se respecte, démarrage en musique. Votre serviteur du jour lance cet EP de Steel In Mind, les premières notes montent et arrivent aux oreilles, les connections avec le cerveau s’établissent, quelque chose se passe. Si ce que j’entends avait une odeur, cela sentirait très bon. Le chant se fait entendre, me confortant dans mon sentiment premier. Une voix est en place, le timbre est puissant et terriblement chaud. C’est une plongée dans les années soixante-dix et c’est très convaincant. Le break, à la limite du psychédélique et du planant apparaissant en milieu de ce premier morceau, aurait fait plaisir à nombres de musiciens de cette époque. Ce premier titre est une réussite. Damn You, le deuxième titre, se trouve dans la même veine, les chœurs en plus. Le son proposé ajoute à l’ensemble d’un riff et d’une section basse/batterie, un lien qui les relient tous les trois directement aux esprits de Led Zeppelin et autre Soundgarden. Le solo de guitare qui se fait entendre vous transporte littéralement dans une ambiance proche de Woodstock. Le son est gras et boueux. C’est parfait.  La rage ne meurt pas. C’est vrai. C’est ce que propose le troisième morceau Undying Rage, titre moins musclé que ses deux prédécesseurs mais non exempt d’une certaine forme venimeuse, plus dissimulée mais tout autant dangereuse. Le solo se montre très mélodieux et travaillé. Un bon titre. La galette se termine par Spinning Round, petit brûlot rapide où le timbre de voix pourrait faire penser à Ozzy, mais un Ozzy des premiers Black Sabbath, pas le plus récent. Le titre est là aussi d’une très grande efficacité dans la lignée des deux premiers de cet EP. Là encore, le solo se montre très convaincant. C’est presque une marque de fabrique chez ce groupe. Le son présent sur cet opus est d’une grande qualité et ne fait que rehausser les compositions proposées. Du bon travail mais quatre titres, c’est trop peu. Surtout lorsqu’ils sont de bonne facture. On en redemande. En tous cas, grâce à cet EP, je suis bien réveillé maintenant !

Cet EP vous laisse un pied dans le passé, un passé où beaucoup de choses musicales ont pris naissance. Posez une oreille attentive sur cette galette, elle en vaut de détour. Nous vous le disions, deux Julien dans un même groupe, c’est bien !

Tracklist :

  • Reaching for the top
  • Damn you
  • Undying rage
  • Spinning round

Pat

www.facebook.com/steelinmind