Bull Terrier – Be Like Water (EP)

Posté le : 04 septembre 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Be Like Water coverBull Terrier, originaire de Strasbourg, a vu le jour en Juillet 2011. Le groupe est composé de Jo au chant, de Nico à la base, d’un deuxième Nico à la batterie, et enfin de Vince et Yoran aux guitares. Le combo alsacien vient nous livrer là son premier EP. Attention amis metalleux, le chien a faim, alors on fait attention et on ne tente pas de lui retirer sa gamelle. Approchons-nous mais restons vigilants.

<br/>

Style : Stoner/Doom Metal – Sortie : Mai 2014

Style : Stoner/Doom Metal – Sortie : Mai 2014

Question : quand on vient de Strasbourg et qu’il n’y a plus de marchés de Noël on fait quoi ? Et bien on fait du Stoner, du bon gros Stoner. C’est ce que Bull Terrier a dû se dire et il a très bien fait. Attention, ne mangez pas trop gras, pas trop salé, etc… qu’ils disaient. Et bien non ! Le quintet a décidé de nous servir sa musique de façon bien grasse et la note va être salée ! Dès le premier titre, Resurrection Mary, le son est tellement gras qu’il en serait presque huileux, vous dégoulinant des oreilles comme jamais. Le gras c’est bon. Tout semble en place pour festoyer, pas de place au light ici et c’est tant mieux. Le deuxième titre de cet EP, Sometimes The Come Back, sonne et résonne comme un véritable morceau de bravoure. C’est LE titre de l’album. Le riff est là pour étouffer, se montant néanmoins presque envoûtant. Ce titre n’est pas sans rappeler un bon vieux Sabbath. On y croit vraiment et au bout de deux minutes et douze secondes, on bascule dans le pur bonheur. Le titre y gagne en intensité, le frisson vous parcoure, le gras coule maintenant dans vos veines direction votre cœur. Ces cinq musiciens s’appliquent à vous faire bouger la tête et le reste de votre pauvre corps. Quand on mange gras, il faut bouger, alors bougez maintenant ! Le chant de Jo se charge d’emmener les compositions à un taux de cholestérol très haut dans votre organisme. La voix est maîtrisée, le timbre se fait chaud et tout cela sonne bien. Ces gars-là ont un sens inné de la mélodie, ils savent ce que rythmique en grande forme veut dire et savent où placer la bonne note au meilleur des moments. Votre serviteur du jour a pu voir le groupe live et l’énergie dégagée sur scène se retrouve gravée sur cette galette. Wednesday’s Child en est un bon exemple, de par la puissance distillée mais aussi de par le son énorme présent sur cet opus. La production est d’un très bon niveau, c’est efficace et c’est aussi une jolie prouesse, à l’image d’un acte chirurgical de précision qui serait effectué avec un hachoir de boucher. Pas facile mais bien vu. Firmament possède là encore un riff capable de vous amener proche de la saturation, capable de vous amener dans un état proche de la transe, tant la musique et le solo de guitare qui y est joué inondent votre cerveau jusque dans ses moindres recoins. Réveillant là vos quelques neurones un peu plus dormants que les autres. Breath Of Life vient clore cette dose de lipides par, de nouveau, un excellent solo de guitare et un titre accrocheur, vous influant ainsi un dernier souffle de vie. Amen.

Bull Terrier vient de livrer trente huit minutes de masse critique, trente huit minutes et six titres d’acides gras. Son Stoner est un voyage, son album le passeport qui lui permettra d’aller loin. Le chien a mangé et il est repu maintenant. Jetez-vous sur son disque avant que le Bull Terrier ne se réveille.

Tracklist :

  • Resurrection Mary
  • Sometimes the come back
  • Wednesday’s child
  • Solar wind
  • Firmament
  • Breath of life

Pat

www.facebook.com/BullTerrier.Band