L'EPOUVANTAIL-20140913-003Nous sommes à la limite de la Savoie et de l’Ain, dans un petit village sans histoires, bâti entre le Rhône et les montagnes. Un air frais circule dans les rues et tandis que le soleil se couche, laissant une lumière dorée scintiller sur la surface du fleuve, un évènement se prépare à la Guinguette. Une scène est dressée, du son sort des enceintes et est répercuté par la falaise toute proche, dont la paroi accuse les âges. Dans quelques minutes, le Metal Circle Open Air va s’ouvrir devant quelques dizaines de métalleux.

Shinray

SHINRAY-20140913-001Le festival débute avec le groupe Shinray, originaire de Grenoble. Peu de spectateurs sont présents, malgré l’horaire. De prime abord, la formation iséroise n’a rien à voir avec les autres groupes programmés, ces derniers jouant du Death Metal, mais il est très agréable de commencer la soirée tranquillement. Shinray nous propose une musique progressive avec quelques touches Heavy. Nous pourrions comparer certaines mélodies de chant à ce qui fut enregistré pour Somewhere In Time ou encore Seventh Son Of A Seventh Son (deux albums très progressifs de Iron Maiden, sortis respectivement en 1987 et 1988). Nous avons devant nous des musiciens très au point, perfectionnistes et imaginatifs. Musicalement, nous allons de surprise en surprise, les morceaux à tiroirs contiennent de nombreuses parties différentes. Du côté du chant, malgré une légère redondance, il faut reconnaître la maîtrise vocale de Ben (également au clavier) en ce qui concerne les demi-tons. Le groupe est victime d’une coupure de courant durant le deuxième morceau et après une réaction rapide des techniciens, le concert pourra continuer sans problèmes. Shinray gagne facilement la sympathie du public et est bien récompensé par des applaudissements soutenus. Laissons à ces Grenoblois le temps d’être plus à l’aise en public et nul doute que nous les verrons bientôt sur de plus grandes scènes.

SHINRAY-20140913-004 SHINRAY-20140913-003

L’EpouvantailL'EPOUVANTAIL-20140913-001

Lorsque nous avons vu cette formation annecienne au Brise-Glace, le 24 octobre 2013 (le groupe ouvrait pour The Arrs), nous remarquâmes le manque d’aisance de la chanteuse, Emilie. Ce point noir est désormais du passé car s’il est une chanteuse qui assume pleinement son rôle sur scène, c’est bien elle. À peine le groupe est-il installé sur la scène que le public se masse devant la barrière. Nul doute que beaucoup sont venus pour L’Epouvantail, ce qui se confirmera ensuite avec la désertion du public dès le groupe suivant. Dès l’entame, ça pogote dans la fosse, le groupe démarrant en fanfare avec un titre énergique. Le Death Metal interprété par ces musiciens est radicalement efficace. Une belle complicité règne dans cette formation et ça joue bien ensemble. Emilie, encore peu bavarde avec les spectateurs, lance toutefois un wall of death, le seul de la soirée. Techniquement, le groupe a réellement progressé depuis sa prestation au Brise Glace et nous propose des compositions à la fois mélodiques et techniques, jouées sans accrocs. L’Epouvantail vient de mettre la barre très haut. Nous suivons sans efforts la performance des Anneciens et c’est avec une sensation de « trop peu » que nous constatons la fin de ce concert remarquable.

L'EPOUVANTAIL-20140913-006 L'EPOUVANTAIL-20140913-002 L'EPOUVANTAIL-20140913-004

Hellixxir

HELLIXXIR-20140913-005La fosse se vide considérablement pendant le changement de groupe. Certains reviennent, d’autres arrivent par curiosité mais la plupart des spectateurs restent à la terrasse de la Guinguette. Hellixxir, venu de Grenoble, nous présente sa vision du Death Thrash Metal après de longues balances. Si le concert s’annonçait sous les meilleurs auspices, il va rapidement s’avérer plat et sans relief. Alex (chant) semble mal à l’aise et répète continuellement les mêmes déplacements et ne communique que très rarement, laissant la parole à Baptiste (basse). Les morceaux s’enchaînent et malgré le bon niveau technique des membres du groupe, rien ne fait vraiment décoller le concert. La sauce ne prend pas auprès d’un public famélique. Peut-être était-ce un jour sans, ce que j’espère vraiment car le groupe semble pourtant avoir un gros potentiel. Dommage, vraiment. À voir dans d’autres conditions.

HELLIXXIR-20140913-001 HELLIXXIR-20140913-004

South Of Hell

SOUTH OF HELL-20140913-002Troisième groupe de Death Metal de ce festival, South Of Hell a la particularité de compter dans ses rangs un des organisateurs du Metal Circle. Du coup, le public revient et les spectateurs n’auront de cesse d’encourager le groupe. Ce dernier commence son concert sur les chapeaux de roues et maintiendra ce rythme tout le long. Avec des titres énergiques, variés et particulièrement complexes, South Of Hell remporte rapidement le soutien du public et le fait headbanguer. Ça bouge bien sur scène, les regards complices se multiplient et le groupe fait preuve d’un bon sens du contact avec ses spectateurs. L’interprétation des titres est carrée et énergique, on ne peut pas s’ennuyer. Nous retiendrons surtout l’impressionnante performance du batteur Sophian, digne des meilleurs. C’est donc sous les applaudissements que South Of Hell nous quitte et nous laisse en compagnie du groupe suivant.

HysteriaHYSTERIA-20140913-001

C’est au tour des Lyonnais de Hysteria de nous montrer ce qu’ils savent faire mais leur prestation sera malheureusement gênée par deux coupures d’électricité. Celle-ci rétablit, la formation continuera son set devant un public glacé par le vent qui ne cesse de souffler sur les rives du Rhône. Pourtant, quelques irréductibles restent devant les barrières pour soutenir Hysteria. Les Lyonnais sont dans un bon jour, réalisant une prestation solide malgré des problèmes avec les retours son. Nous avons en face de nous un mur de son massif et gras. Même si le groupe interprète très bien ses titres, il a du mal à faire bouger un public passif et déjà moins présent. Pourtant, ce groupe vaut largement le détour, rien que pour le très haut technique des guitaristes.

Allobrogia

Nous arrivons au terme de cette soirée avec le groupe chambérien Allobrogia. Et nous avons là le paradoxe de ce festival : s’il s’agit bien de la tête d’affiche et donc, à priori, le groupe le plus attendu, il n’y a pourtant personne devant la scène. Après une introduction à grand renfort de musique épique, Allobrogia démarre son concert devant à peine trente spectateurs. Où sont les autres ? Beaucoup sont restés à la Guinguette, à l’abri du vent et d’autres sont partis. Bien mal leur en a pris, les Chambériens réalisent pourtant une très bonne prestation devant les puristes accrochés aux barrières. Mais à l’image des projecteurs dont la faible puissance plonge la scène dans le noir, les spectateurs s’essoufflent et prennent progressivement le large, probablement lassés par le vent glacial et la fatigue. Le groupe n’en a cure et continue son pilonnage intensif de tympans avec son Black Metal technique et puissant. Votre serviteur devra quitter les lieux après vingt minutes de concert mais, même au loin, on pouvait entendre Allobrogia décocher des riffs originaux et bien groovy. À revoir dès que possible, donc, mais cette fois avec plus de public.

Le Metal Circle Open Air prend fin sous un ciel particulièrement étoilé. La fraîcheur aura eu raison de la plupart des spectateurs et le festival gagnerait à varier les styles musicaux. Le cadre, idéal, permet de se poser et de profiter pleinement des conditions d’accueil.

Une nouvelle édition aura lieu en janvier 2015 et nous souhaitons aux organisateurs une plus grande réussite. Bien entendu, nous y serons.

Merci aux orgas, aux groupes et au public, sans oublier Christian d’Adipocère.

Kouni