_MG_2919Durant le week-end du 12 au 14 septembre se tenait le Mennecy Metal Fest, organisé par la mairie de Mennecy. C’est donc attirés par l’affiche qu’Eladan et moi-même nous sommes rendus à ce festival. Décrivons un peu la place : les concerts étaient donnés dans une salle des fêtes, tandis qu’à l’extérieur se trouvait le merchandising, le stand restauration mais aussi un écran et deux enceintes pour retransmettre en live le concert qui se déroulait à l’intérieur. N’oublions pas le salon de tatouage accessible pour toute entrée au festival achetée. Nous n’avons malheureusement pas pu être présents le samedi pour diverses raisons.

Premier Jour

C’est donc le vendredi 12 septembre qu’a démarré le festival pour trois jours, en pleine après-midi, à 16 heures. C’est devant un public peu présent que sont lancées les festivités.

_MG_0288C’est avec quelques minutes d’avance qu’Inner Reflections se lance pour ouvrir les hostilités. Le groupe lance un mélange de hardcore/rock venant de son album Reset. Et c’est un public très clairsemé qui l’accueille. Effectivement, il est dur de vouloir caser tous les groupes en têtes d’affiches mais de bons groupes comme celui-ci se retrouvent sans public pour les faire connaître. La foule a mis un petit temps à s’échauffer mais une fois les premiers headbangs commencés, ils ne s’arrêteront plus. Pas d’autres mouvements alors que le chanteur ne ménageait ni sa peine, ni ses poumons pour faire résonner sa voix. Les riffs de guitares sont variés et s’enchaînent sans temps morts, tandis que le batteur chérit sa grosse caisse. Le chanteur fera chanter quelques membres du public dont votre Eladan préféré sur le titre Sworn Enemy dont le refrain, S.N.A. se reprend parfaitement en cœur et à plein poumons !

 

_MG_0264 _MG_0246

Setlist :

  • Will You
  • Overreaction
  • Artificial Need
  • Same Day Different Shit
  • Growing Fear
  • Sworn Enemy
  • Confrontation

Still Creep

_MG_0549C’est en ce triste jour que sont morts deux noms de la musique, l’un beaucoup plus connu que l’autre. C’est le jour où Mr Schultz est décédé, tandis que Still Creep jouait pour la dernière fois. Le groupe a joué devant un public en nombre réduit, ce qui n’a pas abattu ses membres. Les demandes de pogos, circle-pits et même un wall of death de six personnes dont votre serviteur ont été exécutées de bon cœur. Le groupe a joué des pistes de son dernier single mais aussi certaines de son album avec des noms qui rappellent cette dissolution (Dissolution, Last One). Fab, le chanteur viendra s’écraser sur les barrières pour faire chanter quelques membres du public. Le groupe aime cette proximité avec son public et a donné le meilleur de lui-même pendant cette prestation d’environ une heure. Avec leur Heavy/Thrash bourrin, un jeu de scène très travaillé et leur énergie, ils ont enchantés les personnes présentes en cette fin d’après-midi.

 

_MG_0341 _MG_0408

_MG_0371

Setlist :

  • Introduction
  • The Storm
  • Gone
  • Last One
  • Dissolution
  • Falling Down

Unscarred

_MG_0620Après vingt minutes de changement de plateau, nous avons pu avoir la joie de voir Unscarred arriver. C’est avec de nouvelles compositions, celles de l’album à venir (dont la chronique sera très prochainement disponible) que le groupe a lancé son show. Un souci au niveau de la sono du micro nous empêchera d’entendre dans une large mesure, les paroles des chansons et ses demandes (surtout la demande de selfie avec le groupe pour laquelle il nous aura bien fallu deux minutes pour comprendre). Cependant, Niloo n’a pas ménagé ses efforts dans son chant et ses demandes auprès du public toujours aussi peu nombreux. C’est donc sur mon invite que sera lancé le premier pogo du set sur 100 Lashes, réjouissant le groupe. Le sport s’enchaîne et la chanteuse obtiendra deux wall of death sur Meet Your Fate, chanson ô combien envoûtante. Boris et Nico à la guitare et complices se relaieront auprès de Franck (batterie) pour ne pas le laisser seul derrière ses fûts, d’ailleurs bien maltraités. Ce moment a donc été mémorable avec des lumières qui se sont grandement améliorées depuis le début du festival. Malgré tous nos efforts, l’organisation n’a pas laissé le groupe faire un rappel alors qu’ils en avaient prévu et que nous avons attendu ensuite des délais assez aberrants. Rappelons que le groupe fêtera la sortie de son album le samedi 27 septembre au Dr Feelgood à Paris.

 _MG_0618 _MG_0683

_MG_0610

Setlist :

  • Headshot
  • 100 Lashes
  • Rise
  • Tzar
  • Reborn
  • Cross The Line
  • Refuse
  • Meet Your Fate

Deep In Hate

_MG_0788Après les discussions avec les différents groupes, nous voilà repartis pour la seconde partie de la soirée avec Deep In Hate. Quelques problèmes surviendront lors du passage de ce groupe avec notamment une basse primant totalement sur les guitares, un chanteur qui est apparemment mal en point et dont l’estomac semble vouloir le contraindre à arrêter le concert. Mais quand on fait du Metal, ce n’est pas une petite indigestion qui nous empêche de rester sur scène ! La foule était déjà nettement plus nombreuse mais pas forcément prête à bouger. Souvent, on préfère voir un live d’un groupe pour ensuite réécouter la musique mais dans le cas présent, il aurait mieux valu l’inverse, les conditions de live ne desservant pas vraiment la découverte du groupe. Ajoutez à cela les lumières qui auraient empêché un épileptique d’assister à leur concert et vous obtenez le show de Deep In Hate. Ne soyons pas que négatif, la musique pleine de sauvagerie du groupe donne des riffs de guitares ressemblants à du mitraillage en règle, tandis que leur batteur apprécie énormément ses doubles pédales et les rolls. Un groupe à redécouvrir dans d’autres conditions.

_MG_0781 _MG_0885

_MG_0944

Setlist :

  • Genesis Of Void
  • Cattle Procession
  • Altars Of Lies
  • The Divide
  • Lobotomizing The Mass
  • The Unheared Prayers
  • New Republic
  • Wingless Gods
  • Beyond
  • From Above

Headcharger

_MG_1016Après un changement de plateau qui a duré cinquante minutes pour cause de panne électrique, c’est au tour des Caennais d’Headcharger de se lancer sur scène avec leur mélange abrasif de Rock/Stoner Metal. Si les premières notes manquent cruellement de voix, le mix se met assez vite en place afin de laisser le public découvrir une musique assez plaisante et bien pensée. Le groupe joue ses compositions de son dernier album Black Diamond Snake et il faut avouer que le live rend hommage à leurs compositions. Malgré tout, nous sommes quelque peu déçus par un certain manque de relief dans le set d’Headcharger, et cela ne leur permet pas de se trouver une véritable identité scénique. Certains passages lumineux étaient du plus bel effet, couplés à un jeu de scène bien développé avec cependant un petit bémol sur le pied de micro que le chanteur n’a presque pas utilisé. Malgré tout, le public fut vite été réceptif et s’est mis à headbanguer pratiquement dès le départ pour ensuite pogotter joyeusement.

_MG_1049 _MG_0962

_MG_1090

Setlist :

  • 1000 Tides
  • All Night Long
  • Land Of Sunshine
  • Time Rider
  • The Diver
  • Do You Think Of Me
  • Wanna Dance
  • Backtracking
  • The End Starts Here
  • Up To You
  • Without A Nation
  • I Wanna See You Die
  • Intoxicated
  • Dusty Dreams

U.D.O

_MG_1169Le groupe tête d’affiche de la soirée. Il était extrêmement attendu (et pour cause après 1h10 d’attente), le public étant bien présent au rendez-vous, plus des deux tiers de la salle étaient remplis. D’entrée, le groupe se lâche et toutes les personnes présentes se mettent à headbanguer alors que résonnent les premières notes. Le groupe joue un Heavy Metal qui a très certainement inspiré de nombreux groupes tels que Lordi. Les guitares se déchaînent tandis que vont apparaître les premiers slams du festival. La voix d’Udo est toujours aussi puissante et subjugue instantanément. Les jeux de lumières étaient tout aussi impressionnants, passant du rouge et jaune au bleu. C’est le temps des pogos et autres sports métal. Les musiciens restent très souvent en bloc en laissent quelques fois André Smirov sur le devant, pendant les soli de guitare. Le seul qui peut se sentir oublié est le batteur, Francesco, fournissant lui aussi une prestation époustouflante derrière sa montagne de fûts et de cymbales.

_MG_1179 _MG_1156

_MG_1235 _MG_1274

Setlist :

  • Steelhammer
  • King Of Mean
  • Heart Of Gold
  • A Cry Of A Nation
  • Stranger
  • They Want War
  • Animal House
  • In The Darkness
  • Never Cross My Way
  • Man And Machine
  • Stay True
  • No Limits
  • Metal Machine
  • Go Back To Hell
  • Timebomb

Rappel :

  • Metal Heart (Accept Cover)
  • Balls To The Wall (Accept Cover)
  • Fast As A Shark (Accept Cover)

Ainsi se conclut cette première journée de cette troisième édition du Mennecy Metal Fest. Soulignons qu’il aura fallu être un vrai guerrier pour résister aux dernières mélodies (et à la foule) mais Satan seul sait que les légions de têtes chevelues le sont bien.

Troisième jour

Wizzö

_MG_1380Malgré quelques inquiétudes concernant la météo de la veille, ce troisième jour des Nuits Metal de Mennecy s’annonce sous le signe d’une belle journée ensoleillée et pour mettre la pêche dès les premières notes, rien de tel que de commencer avec Wizzö. Jeans déchirés, riffs endiablés, voix rock à souhait, il ne faudra pas longtemps aux hard rockeurs parisiens pour faire bouger les cheveux de la dizaine de personnes présentes en début de set. Il faut dire qu’à Mennecy, les nuits commencent à 13h30 et il est facile de supposer que la plupart des spectateurs sont en train de finir leur repas avant de venir et c’est bien dommage pour ceux qui ratent le début du concert de Wizzö. La salle finit quand même par se remplir au fur et à mesure que les chansons s’enchaînent et l’on peut dire qu’avec l’avalanche de Rock n’Roll bien senti que nous balance les Wizzö, c’est mérité. Sur scène, le jeu bien pensé permet à chaque musicien de s’exprimer librement, tout en restant cohérent dans la formation et, oui, il parait normal à nos gais lurons de jouer de la basse à quatre mains en alliant les compétences du bassiste et du chanteur à la fois. Le groupe profite de ce concert pour faire une petite annonce à propos de leur premier album qui sortira le 21 octobre, avant d’enchaîner sur Real Hot Stuff, chanson éponyme de l’album qui permettra à tous les musiciens de se déchaîner sur scène et de finir tels les plus grands noms australiens.

_MG_1415 _MG_1396

_MG_1471

Dathura

Avec l_MG_1562es Dathura, nous quittons le Rock’n’Roll pour arriver sur les terres du metal pur et dur à grand coup de riffs saccadés et de grunts maitrisés, le tout accompagné d’une bonne dose de brutalité mélodique. Même si le set souffrira de quelques petits problèmes techniques (son des guitares beaucoup trop fort par moments), le mixage permet à la musique du groupe de nous embarquer dans leur torrent de brutalité où le wall of death et les pogos ne tardent pas à faire leur apparition. Et il faut bien avouer que la technicité des musiciens n’est pas pour rien dans ce résultat et leur permet aussi de nous prendre à revers en nous emmenant dans des contrées de musique plus ambiante de toute beauté, avant de nous replonger dans cet océan de douleur et de saccades rythmiques à se briser le coup. Même si les musiciens semblent un peu crispés sur leur position et n’occupent pas tout l’espace que la scène leur propose, on ne peut pas leur enlever que, à l’instar de leur musique, chacun dégage une aura métallique impressionnante à grands coups de headbangs et de martèlement de leurs instruments respectifs. À la fin de ce set, pendant que le sol tremble sous les basses et les sauts du public, il ne me reste qu’un commentaire à faire : allez voir Dathura de toute urgence mais prévoyez une minerve, vos cervicales vont souffrir !

_MG_1503 _MG_1586

 

Mekaora

_MG_1654Les Mekaora se définissent comme du Metal moléculaire, un style atomique donc qui se rapproche fortement du Metalcore, pour le plus grand bonheur du public qui enchaîne walls of death, pogos, jumps et headbangs à foison. Bien sûr, sur scène, les Mekaora envoient du bois pour déclencher de telles réactions et c’est à grand coup de riffs rapides et acérés que le groupe mène la danse, ne laissant aucun répit au public jusqu’au bout. Le groupe accueillera même un invité dont on connaîtra l’identité sur l’avant dernière chanson, On Est Toujours A Babel, en tant que second chanteur pour aider le public à « foutre le bordel » bien comme il faut. Le set n’en finira pas de s’intensifier, ravissant les spectateurs mais avec six (longs) morceaux seulement, on aimerait bien en reprendre un peu !

 

_MG_1739 _MG_1753

Setlist :

  • Ersatz
  • Abyss
  • Delirium
  • Atomes
  • On Est Toujours A Babel
  • Illusionniste

Locomuerte

_MG_1876Même si les vacances sont finies pour la plupart d’entre nous, il ne fait pas de mal d’amener une petite touche hispanisante sur les Nuits Metal de Mennecy. Et avec Locomuerte, c’est un accent bien prononcé que nous avons devant nous. Armés de leurs bandanas et de leurs instruments, les gringos sont là pour nous faire exploser la cervelle à grand coup de décibels dans un mélange explosif de double pédale et de guitare saturée ! Cette tequila auditive ne peine pas à faire partir le public dans une transe emplie de pogos et circles pit. Ce sera aussi l’occasion d’apercevoir les premiers slams de la journée dans une fosse qui continue de se remplir au fur et à mesure que les groupes se succèdent sur scène. Les cœurs sont vite repris par le public à bas de « Hey hey ho ! » avant que le chanteur, El Termito, n’essaie tant bien que mal de nous apprendre deux mots d’espagnol qui se finirons, de toute façon, en bon gros cris approximatifs donnant à chacun le loisir de s’époumoner dans la joie et la bonne humeur en suant à grosses gouttes dans une salle de plus en plus chaude. Et il n’y a pas que la salle qui chauffe, les Locomuerte sont chauds comme la braise et ce ne sont pas les vagues de slameurs qui vont ralentir les « latin lovers » (c’est eux même qui se qualifient ainsi lorsque le public les incite aux relations sexuelles) et les empêcher de sauter dans tous les sens sur scène. Le groupe n’oublie pas d’inviter le public à les retrouver au stand de merch, à la sortie du concert afin de leur permettre d’avoir un peu d’argent pour rentrer chez eux, avant de finir en beauté avec une dernière chanson plus que dynamique !

_MG_1791 _MG_1904

_MG_1777

91 AllStars

_MG_1957Avec 91 AllStars, on calme un peu le jeu mais cela n’est en fait qu’une impression car les guitaristes du groupe ont la fâcheuse manie de nous balancer une flopée de notes bien placées pour nous retourner les boyaux en un temps réduit. Impressionnant, même si cela doit être assez indigeste pour les personnes les moins habituées. On observe d’ailleurs qu’une partie du public a décidé d’assister au concert depuis l’extérieur, profitant de la projection en plein air et du son un peu réduit et nous ne leur en voudrons pas de se reposer un peu, même si le plus intéressant se passe dans la salle. Ceux qui ont choisi de rester devant la scène ont relativement peu de mal à accepter ce déferlement de double pédale et de screams maintenus. C’est une belle performance pour les amateurs de musique extrême et, pour ceux qui n’auraient pas eu leur dose, le groupe annonce déjà leur prochaine date parisienne pour le 11 octobre avec… Locomuerte. Comme quoi…

 

_MG_1978 _MG_1955

_MG_1981

 Sticky Boys

T_MG_2192u veux du Rock n’ Roll ? Prends un coup de Sticky Boys ! Voilà ce que pourrait être la devise de ce show. Il s’agit là de la plus petite formation de ces trois jours de festival avec uniquement trois personnes sur scène : un guitariste, un bassiste et un batteur. Les Parisiens n’en sont pas moins une machine à faire bouger les gens. Évoluant dans un style entre le Hard Rock et le Punk n’ Roll, c’est avant tout une raison de s’amuser sur les planches que semble chercher le trio. Et cela marche au poil. Si les chansons se ressemblent un peu trop au goût de certains, on ne peut pas leur reprocher d’aller droit au but sans se prendre la tête. D’ailleurs, les Sticky Boys réussissent à garder leur image un peu « collante », tout en alliant un bon charisme sur scène. Une belle performance, donc ! À découvrir le 30 septembre en album et le 10 octobre prochain au Divan du Monde.

 

_MG_2247 _MG_2185

_MG_2129

Whyzdom

_MG_2409Il est temps de changer assez radicalement de style avec le Metal mélodique de Whyzdom. Après avoir déjà pris le temps de rencontrer le groupe sur leur stand de merchandising avant le concert, les fans se sont massés devant la scène. Il faut dire que le groupe fait aujourd’hui une petite pause dans l’enregistrement de leur troisième album spécialement pour venir jouer aux Nuits Metal. Et ce n’est pas tout, les Whyzdom ont amené avec eux trois morceaux exclusifs de ce futur CD, de quoi impatienter les fans ! Menés par Marie au chant, le groupe reste égal à lui-même et est parfaitement à l’aise sur scène avec une scénographie poussée et de qualité propre au combo. On retiendra particulièrement The Spider et Dancing With Lucifer qui sont maintenant assimilés comme les tubes de la formation. Du coté des nouveaux titres, on reconnait parfaitement le style du groupe qui mélange le mélodique avec de grosses rythmiques. Je vous dirais bien que j’ai une préférence personnelle pour Let’s Play With Fire qui réserve de belles surprises, mais l’expérience live mérite d’être renforcée par l’enregistrement studio et c’est bien là le seul point négatif que l’on pourra trouver à ce concert : il faudra encore attendre (avec impatience) pour pouvoir écouter ce troisième album !

_MG_2689 _MG_2324

_MG_2363 _MG_2283

_MG_2431 _MG_2303

Setlist :

  • Everlsting Child
  • Atlantis
  • Let’s Play With Fire (Nouveau Titre)
  • Dancing With Lucifer
  • Tears Of A Hopeless God (Nouveau Titre)
  • The Spider
  • Cassandra’s Mirror
  • The Train
  • Cathedral Of The Damned
  • Theory Of Life (Nouveau Titre)
  • Daughter Of The Night

Après une (longue) pause – comme tous les soirs de ce festival – pour profiter de la buvette et des stands de merchandising pendant le changement de plateau, nous nous retrouvons devant la scène à attendre les Crucified Barbara. Mais avant cela, il faut aussi penser au tirage de la tombola organisée tout le week-end pour permettre à un festivalier de remporter une guitare électrique signée par tous les groupes du festival. Un joli cadeau auquel on aura du mal à trouver un gagnant puisque personne ne se manifeste aux premiers tickets tirés. Il faudra attendre le quatrième tirage pour trouver une vainqueure qui se voit remettre son lot sur scène par Jean-Philippe Dugoin-Clement, le maire de Mennecy en personne.

_MG_2734

Crucified Barbara

_MG_2792Il est maintenant l’heure de conclure ce festival en beauté avec Crucified Barbara ! Arrivées l’après-midi même en avion (les organisateurs avaient d’ailleurs l’air un peu inquiets sur l’heure d’arrivée du vol) les Suédoises sont là spécialement pour nous et pour nous faire profiter d’un des tout premiers concerts après la sortie de leur nouvel album, In The Red, arrivé dans les bacs quatre jours plus tôt. C’est donc une setlist contenant bon nombre de nouveaux morceaux que nous jouent les Crucified Barbara ce soir en commençant par The Ghost Inside, une chanson qui, après son intro en guitare semi-saturée, réussit à donner le ton pour la soirée : Rock N’ Roll ! Nous sommes portés par la voix de Mia Coldheart qui allie Rock et mélodie tandis que Klara et Ida, respectivement à la guitare et à la basse, profitent d’être moins occupées par un pied de micro pour occuper la scène comme il se doit. Coté public, je dois avouer que je m’attendais à mieux. Il y avait, certes, une partie de la fosse qui profitait pleinement du concert, se donnant à fond pour chaque chanson mais une autre partie de la salle paraissait un peu passive devant une telle déferlante de tueries telles que The Crucifier, To Kill A Man ou encore Rock Me Like The Devil… Cela n’empêchera pas le combo de profiter de ce concert, les filles affichant de grands sourires. C’est en tout une heure et demie de pur Rock N’ Roll que nous ont offert les Suédoises et au final, on ne demande qu’une chose : en reprendre une dose au plus vite !

_MG_2752 _MG_3102

_MG_3241 _MG_2802 _MG_2919

Setlist :

  • The Ghost Inside
  • The Crucifier
  • Play Me Hard
  • Shut Your Mouth
  • Sex Action
  • To Kill A Man
  • Go Ruffe
  • In The Red
  • Rock Me Like The Devil
  • Fuck You Mother Fucker
  • Don’t Call On Me
  • I Sell My Kids For Rock n’Roll
  • In Distortion We Trust

Rappel

  • My Heart Is Back
  • Electric Sky
  • Into The Fire

Ainsi s’achèvent les Nuits Metal de Mennecy. Cette édition de l’évènement, anciennement Mennecy Metal Fest, se place définitivement comme l’un des festivals à ne pas rater en Ile de France. On remercie bien fort la mairie de Mennecy pour cette ouverture culturelle et on leur dit, on l’espère, à l’année prochaine !

Eladan, Diamond