_MG_3914Quand j’arrive au Divan du monde ce soir-là, les pirates semblent être partis à l’abordage du quartier de Pigale. Les bandanas sont de sortie dans la plus grande indifférence des usagers du métro mais au plus grand bonheur des fans qui se rassemblent pour faire la fête. Alestorm mouille à Paris et ça ne se rate pas ! Le temps d’arriver à la salle, il est 18h45 et Troldhaugen donne les dernières notes de son show, un concert qui a définitivement commencé trop tôt. Tant pis, cela permet de s’installer tranquillement pendant le changement de plateau dans la salle qui commence tout de même à être bien remplie et de commencer la soirée par Crismon Shadow.

Crismon Shadow

_MG_3395Les Canadiens débutent en nous montrant comment faire un faux départ en règle : métronome dans les enceintes, batteur commençant seul puis s’arrêtant quand les guitares le rejoignent et continuent seules… C’est un grand capharnaüm ! À cela, ajouter des lumières désastreuses à mon avis de photographe et vous aurez ma première impression sur ce set. Mais ne soyons pas obtus, le groupe se rattrape très bien après ce départ foireux et réussit très vite à mettre une bonne ambiance dans la salle déjà surchauffée et maintenant presque pleine. Pour un premier passage à Paris, c’est déjà pas mal. Le public est très actif, pogote et slam sur un mixage bien géré nous aidant à apprécier la musique de Crismon Shadow. Il faut dire que le groupe est tout à fait dans le style de la soirée et, aux claviers et au rhum près, cela se rapproche de la musique que joue Alestorm. Une bonne découverte à revoir et à écouter en CD !

_MG_3402

Brainstorm

_MG_3523C’est un changement de style qui s’opère avec Brainstorm qui nous amène dans un univers entre le Heavy et le Power Metal. Les Allemands ne peinent pas à convaincre pour leur troisième passage en France et, en quelques chansons, le public est conquis. C’est à partir de Firesoul que le concert bat son plein. Ce titre avant lequel Andy, le chanteur du groupe, vérifiera que les Parisiens crient plus fort que le public lyonnais de la veille (live report à venir sur Sons Of Metal) est d’ailleurs la chanson phare du dernier album du groupe. Les slameurs sont lâchés et c’est avec grand plaisir que le groupe les laisse partager la scène avec eux pour crier, faire de « l’air guitar » ou bien simplement replonger dans la fosse. Parlons de la fosse, justement, la salle est maintenant pleine et la plupart des spectateurs semblent avoir préféré la fosse au balcon. À l’arrivée de Falling Spiral Down, présentée comme « le moment d’aller vite » par Andy, c’est un grand circles pit qui se forme au Divan du Monde, compressant le reste de l’audience contre la scène et les murs pendant que, au milieu de la salle, ça poutre du métaleux ! Les présentations des musiciens sont aussi le moment pour le groupe de sympathiser un peu plus avec les spectateurs sous les acclamations. On aura même le droit à quelques mots de français où l’on apprendra qu’il fait chaud dans la salle. Une réalité qui ne nous avait pas échappée mais quitte à suer à grosses goûtes, autant le faire jusqu’au bout et finir en beauté avec  How Do You Feel et sous les applaudissements du public !

_MG_3626 _MG_3597

Alestorm

_MG_3791Les lecteurs assidus se souviennent peut-être encore de ma déception lors du dernier concert parisien d’Alestorm. Son inaudible, lumières immondes… Il fallait contre balancer cela et ça semble être bien parti ce soir ! C’est une ambiance de folie et mis à part quelques spectateurs qui trouvent à redire au fait d’avoir des photographes dans la fosse (désolés de faire notre travail, hein) le mode bon enfant est de rigueur. Il faut dire, le choix se réduit très vite dès les premières notes lancées par les Ecossais. Entassés, compressés, concassés, l’important est de participer et de crier, bien sûr ! On sent bien que le show est sold out (les derniers tickets sont partis deux jours plus tôt) et cet engouement français à son petit effet sur le groupe qui est ravi d’être là et nous offre de grands sourires. Avec Alestorm, on est là pour faire la fête et cela se sent. Un seul petit bémol se fait sentir : les slameurs qui se risquent à l’abordage de la scène se font repousser par les roadies. C’est une mesure certainement justifiée mais qui tranche avec l’attitude des Brainstorm. Mais cela ne laisse que plus de place sur scène pour que nos pirates préférés donnent leur show. Si Christopher Bowes, accompagné de son keytar, reste assez près de son pied de micro, le reste du groupe joue au plus près du public, les instruments passant souvent au-dessus des têtes du premier rang. Et c’est devant une houle de cornes du diable et de fans déchaînés que le groupe évolue. Le tout se passe dans une ambiance surchauffée et donne l’impression que le Divan du Monde s’est transformé en véritable sauna et ce n’est pas un euphémisme, il devient assez vite difficile d’y voir au travers des lunettes à cause de la buée qui s’y forme ! Je ne m’avancerais pas sur les chansons qui ont eu le plus de succès ce soir-là, car toutes sont des tueries mais je parlerais du très bon moment passé sur Nancy The Tavern Wench, où la majeure partie de la salle s’est retrouvée à chanter en cœur, un très bon souvenir. Pour le reste, je vous laisse imaginer que nous ne sommes pas ressortis indemnes de ce concert, mais nous avions par contre un grand sourire.

_MG_3914

Malgré un départ un peu tôt, Garmonbozia nous a offert ce soir une très belle affiche et je ne peux que vous inviter à jeter un œil à leur programmation future qui est des plus alléchantes pour les prochains mois !

Eladan