IMG_7506Après un mois d’aout chargé avec l’Xtreme Fest, le Motocultor ainsi que le Fall Of Summer, me voici de retour dans notre bonne veille région rhodanienne. J’attaque donc ce mois de septembre à l’Epicerie Moderne de Feyzin, avec la première date de la dernière tournée des Londoniens The Jim Jones Revue,The Last Hurah Tour, qui se sépareront par la suite. Ils seront accompagnés par le trio de John J. Presley, autant vous dire que la salle seras bien pleine.

<br/>

John J. Presley

IMG_7362C’est à 21h00 pétantes que les lumières de l’Epicerie Moderne s’éteignent, plongeant dans le noir des spectateurs venus en nombre pour le trio John J. Presley. D’emblée, la formation nous gratifie d’un rock 70’ qui soudera de manière esquisse le public. Au vu des applaudissements entre chaque titre, on comprend aisément que la salle est conquise. Une des particularités de la formation est le manque de bassiste qui ne choque absolument pas, comme la technique du batteur et les qualités de John (guitare) s’imbriquant parfaitement l’une dans l’autre. Quelle déception quand John Presley nous annonce le dernier titre après avoir récupéré une superbe guitare électro acoustique. C’est donc une audience totalement sous le charme qui laisse partir avec regret le trio après seulement trente minutes de set. Un peu court à notre goût et nous aurions aimé en avoir un peu plus.

IMG_7381

The Jim Jones Revue

IMG_7446Si le public était déjà abondant pour assister à John J. Presley, les retardataires auront dès lors pris place dans la salle de l’Epicerie Moderne pour assister au set des Britanniques The Jim Jones Revue. Quand la formation démarre, c’est une salle remplie de joie qui l’accueille puisque ce sera la dernière fois que les fans pourront voir leurs idoles. Après cette tournée, les Anglais mettront un terme à l’existence du groupe. Autant dire que les spectateurs ne se sont pas fait prier pour assister à cette soirée. Imaginez comment peut s’embraser une salle quand un public chaud bouillant et réceptif jusqu’au bout des doigts attend impatiemment le premier titre. It’s Gotta Be About Me démarre en trombe un set qui en fera voir de toutes les couleurs au public. Qui plus est, les musiciens sont déjà au pic de leur forme à l’instar de Rupert Orton (guitare), déployant tout son talent dès les premières secondes de façon à ce que les bases soient posées pour le reste de la soirée. Tandis que le bassiste Gavin Jay n’hésite pas à ravir le public par des sauts efficaces entraînant les spectateurs dans son élan. Cependant, le seul petit regret que nous puissions avoir est la façon dont est situé Henri Herbert (piano), à moitié tourné face au public. C’est dommage car beaucoup ne verront pas son immense concentration subjuguant les personnes près de lui. Ceci n’est qu’une goutte d’eau parmi l’océan car The Jim Jones Revue ne laisse rien au hasard grâce à sa musique enlevée située entre le Rock n Roll, le Punk et le Blues. Si Jim Jones est dès le départ au taquet, il semblera s’envoler quand la formation attaquera une reprise de Elvis Presley, A Big Hunk O Love durant le premier rappel, ce qui aura pour effet d’enflammer encore plus la salle. Lorsque les Britanniques nous offrent le dernier titre de la soirée avec Princess & The Frog, nous avons la sensation qu’il ne faut pas grand-chose pour que place nette ne soit faite et que les couples présents ne se mettent à danser un rock endiablé. Au moment où le quintet pose sa dernière mélodie, c’est une pluie battante d’applaudissement qui s’élève de la foule, mettant un terme à un superbe moment de bonheur musical.

Setlist The Jim Jones Revue :

  • It’s Gotta Be About Me
  • Never Let You Go
  • Shoot First
  • Burning Your House Down
  • Where Da Money Go
  • Chain Gang
  • Righteous Wrong
  • 7 Times Around The Sun
  • Cement Mixer
  • Rock N roll Psychosis
  • Killin Spree
  • Collision Boogie
  • Who’s Got Mine ?

Rappel :

  • Dishonest John
  • 512
  • Elemental
  • Another Daze
  • A Big Hunk O Love
  • High Horse

Rappel 2 :

  • Princess & The Frog

IMG_7493 IMG_7421 IMG_7428

 

IMG_7506

Quand les lumières de l’Epicerie Moderne se rallument enfin, ce sont des spectateurs aux anges qui se dirigent vers la sortie. Ils seront d’ailleurs nombreux à attendre la sortie des Britanniques pour une petite séance photo et de dédicaces. La tournée d’adieu des Londoniens s’est donc lancée de manière esquisse grâce à des spectateurs au top. Merci à toute l’équipe de l’Epicerie Moderne pour cette soirée fabuleuse, en espérant revenir très vite dans cette belle salle.

Elovite