Alea Jacta Est - Vae Victis coverTout commença le jour où Jules César décida de passer le Rubicon, un certain 12 Janvier de l’an 49 avant Jésus Christ. Ou alors, peut-être quand le chef Gaulois Brennos, aux alentours de -390, vainqueur de Rome, repartit en échange d’une rançon, ayant pris soin de trafiquer ouvertement la pesée de l’or. Ou bien, comme cela a été le début des hostilités pour le groupe, en 2006 quand ils se sont réunis pour jouer du bon gros Hardcore en la ville Rose. Cette décision fut suivie d’actions. Le premier concert en 2006, suivi d’une douzaine en 2007 entre la France et l’Espagne, pour arriver à la tournée indonésienne en ce moment même. Une première démo en 2007, un Split avec Fat Ass en 2008, le premier album Gloria Victis en Juin 2010, puis le second album Vae Victis qui est sorti récemment pour le plus grand plaisir des amateurs de Hardcore. Si avec cela nous n’avons pas compris qu’Alea Jacta Est un groupe actif et apprécié, c’est une cause perdue.

Genre : Hardcore - Date de sortie : 21 avril 2014

Genre : Hardcore – Date de sortie : 21 avril 2014

La pochette de l’album est assez sobre, constituée d’un dessin reprenant le nom du groupe stylisé à l’ancienne au cœur d’une couronne de laurier, inscrit dans un carré, lui-même inscrit dans un cercle en barbelés. Une épée sur la gauche finie de dresser le décor. Sobre, simple, clair. Le ton monte et nous voyons tout de suite que le groupe n’est pas là pour faire de fioritures.

Place à la musique, au bruit et à la fureur ! La qualité du son est plus que correcte. Les guitares sont parfaitement audibles et nous pouvons cerner le grain propre à chacune des deux, enveloppées de la basse, accompagnées d’une batterie claire qui ne mange pas la dynamique de l’ensemble. Le scream hardcore est mixé légèrement au-dessus et se mélange plutôt bien à l’ensemble, d’une façon tout à fait compréhensible. Le changement d’une piste à l’autre ne choque pas les oreilles et d’ailleurs, c’est la plupart du temps un fondu qui ne laisse pas de répit. Enregistrement, mixage et master sont donc très bons et la production ne souffre d’aucune faille notable.

Pour ce qui concerne les compositions, les fans du genre ne seront absolument pas déçus. Comment le décrire mieux qu’en le qualifiant de bon gros Metal Hardcore ? La force du groupe réside dans le fait qu’elle assume parfaitement ses origines tout en intégrant des éléments vaguement plus modernes comme de-ci de-là des petites touches de Mathcore et/ou encore un soupçon de Djent. Le tout restera bien entendu sous l’empreinte sonore du Hardcore, le scream de Vincent qui ne se veut pas mélodique du tout, accompagne des compositions puissantes. Les guitares enverront tantôt des riffs basiques qui nous rappelleront des souvenirs, tantôt des rythmiques un peu plus syncopées de bon goût qui pourront agiter vos cervicales d’une façon un peu différente. Dans les influences, nous avons pensé à Slayer, Biohazard, Strife, Gojira et bien d’autres, mais cela uniquement par moment et sans être limitatif. L’ensemble est tout à fait cohérent et de bout en bout, vous ne pourrez réellement respirer que quand Alea Jacta Est vous en laissera le temps, c’est à dire sur les accords qui font des transitions en fondu sonore ou sur des samples bien sentis qui collent tout à fait à l’ambiance globale, toujours entre deux morceaux.

Les thèmes abordés dans les textes restent éminemment sociaux et engagés. Ainsi, après la « gloire aux vaincus », c’est donc « malheur aux vaincus » qui viendra vous agiter les oreilles et vous titiller les cordes vocales, si vous vous prenez au jeu. Disons en guise de conclusion que si vous aimez le Hardcore old-school, ou le Hardcore plus moderne, vous partirez directement au septième ciel du coreux avec Alea Jacta Est qui, comme l’indique son nom, aura été prédestiné pour vous. En revanche, si vous êtes à la recherche de mélodie, d’harmonie et de chant clair, vous pourrez tenter l’écoute mais nous ne garantissons pas le résultat pour votre santé mentale. Malheur aux vaincus ? Les vaincus sont tous là, en train d’écouter le disque et si le malheur est d’être sonné par cet opus de bonne qualité, alors les vaincus sont certainement masochistes et accepteront leur malheur béatement. Une bonne claque Hardcore comme il faut, qui tape là où ça fait mal et vous retournera les tripes et le cerveau. Vous pourrez également vous retourner vous-mêmes au cours de l’un de leurs désormais nombreux concerts, et c’est certainement le point où ils excelleront. Les albums sont cependant de très bons entraînements. Vous pourrez ainsi crier en chœur sur vos morceaux préférés, comme par exemple 2 Words 1 Finger qui semble écrit pour cela. Ou simplement vous laisser porter par cette fureur bienfaitrice.

F4R537KTP09

Line-Up :

  • Vincent : chant
  • Pierre : basse
  • Olivier : guitare
  • Julien : guitare
  • Eric : batterie

Tracklist :

  1. A Sword Called Revenge
  2. From Silence I Rise
  3. Bullets Are Loud
  4. 2 Words 1 Finger
  5. Row
  6. Hostilité
  7. Harder Than Nails
  8. #gofuckyourself
  9. Your Silence Is Our Defeat
  10. Nothing Calls Me Back Home
  11. No Pain, No Gain

Site officiel : http://www.aleajactaest.eu/

Page facebook : https://www.facebook.com/aleajactaest.eu?fref=ts