Benighted Soul – Kenotic

Posté le : 14 novembre 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Benighted Soul - Kenotic coverPour les amateurs de Metal symphonique, le nom de Benighted Soul n’est pas un inconnu puisque le groupe a remporté quatre des sept distinctions « Metal Sympho Awards » organisé par le site www.metalsymphonique.com en 2012. Trois ans après « Start From Scratch » leur dernier album en date, j’ai été bien curieux de suivre leur évolution et c’est donc un plaisir de chroniquer ce nouvel album. Kenotic sort dans les bacs très prochainement et il est progressivement mis en écoute libre (un titre par jour pendant douze jours) sur leur site internet.

Genre : Metal Symphonique/progressif - Sortie : novembre 2014

Genre : Metal Symphonique/progressif – Sortie : novembre 2014

Kenotic, qui signifie « vider », « se dépouiller » en grec ancien, est un concept album basé sur les croyances et les mythes. En feuilletant le livret, vous tomberez entre autres sur des références bibliques, chose plutôt rare dans l’univers Metal. Pourtant, l’invitation faite par Benighted Soul sur cet album, plutôt que religieuse, devrais être qualifiée d’anthropologique. On nous propose de plonger au cœur de l’homme et de ses questionnements, ceux qui, selon certains scientifiques, l’ont certainement conduit à évoluer différemment des autres espèces. La vie, la mort, le pourquoi de l’existence, tout cela est bien symbolisé par le phénix sur la pochette. L’oiseau mythique immortel est fait de feu, cette matière qui à la fois donne la vie (soleil, lumière) et peut symboliser la mort (brûlures, destruction).

Passons désormais du symbolique au réel pour présenter rapidement le groupe. Ils viennent de la région de Nancy et nous trouvons Géraldine au chant, Flavien aux claviers, Jean-Gabriel à la basse et au chant masculin, Jérémie à la guitare et Guillaume qui remplace Nicolas à la batterie depuis 2013. L’album a été enregistré et mixé par Flavien lui-même, seul le mastering a été réalisé par un ingénieur du son professionnel. Ceci n’est absolument pas un problème puisque le son général de l’album est très bon, l’honneur n’en est donc que plus grand au groupe d’avoir presque entièrement auto-produit cet album.

Si dans la musique de Benighted Soul des connections avec les grands groupes de Metal symphonique peuvent être faites, l’approche est aussi proche du Metal progressif. La recherche musicale de Benighted Soul passe par des chemins sinueux, alternant temps calmes et explosifs, guitare mélodique et accords saturés, variations vocales entre notes graves et aiguës  La ballade au cœur des questionnements humains va durer plus d’une heure, et ce n’est pas avec une seule écoute que vous serez en mesure d’assimiler les nuances que place le groupe à plusieurs endroits afin de toujours vous surprendre.

Musicalement, les claviers ont une place centrale. Parfois par des nappes de synthé au son angoissant, d’autres fois par des beaux arpèges au piano ou des dialogues musicaux avec la guitare, Flavien est le chef d’orchestre. Mais ici, point d’imitation de Tuomas Holopainen, le son de Benighted Soul n’a pas cet air de « déjà entendu », même si on perçoit parfois une commune inspiration de la musique de film comme chez le compositeur de Nightwish. Les orchestrations sont remarquables et autour de lui, tous les instruments ainsi que les voix, se mettent au service de la symphonie. Les passages instrumentaux sont nombreux mais ils ne sont pas composés de successions de soli, comme c’est souvent le cas dans le Metal progressif. Si quelques soli sont bien présents, l’essentiel est l’ambiance musicale générale dans laquelle le groupe veut nous faire plonger. Le titre instrumental nommé Enlightenment est à ce titre très bien fait. Il s’agit d’un morceau qui débute par un piano en arpège calme avec une montée en puissance et un dialogue mélodique avec la guitare, parfois électrique, parfois acoustique, les deux instruments se soutenant alternativement. La section rythmique quant à elle, remplit très bien son rôle, les passages sont très variés à la batterie entre rythmes très rapides presque Thrash Metal et finesse.

Enfin, au niveau vocal, Kenotic est tout aussi réussi. L’album précédent ayant déjà tourné plusieurs fois dans ma chaîne, on se rend compte assez rapidement des heures de travail qu’il y a dû avoir tant Geraldine a gagné à tous les niveaux : puissance, émotion, phrasés. Oui, son timbre de voix dénote par rapport aux standards du genre mais c’est ce qui rend justement la musique de Benighted Soul originale. Quant à l’apport de Jean-Gabriel « à la Marco Hietala » sur les passages en voix grave, il crée un réel plus, particulièrement lorsque les deux voix chantent en même temps. Il est important de noter aussi la présence de chœurs dans Kenotic, ce qui crée un bel effet notamment dans le titre Pent-up.

Je voudrais encore m’arrêter quelques instants sur les morceaux qui m’ont le plus épatés. Le premier est celui nommé Si Se Non Noverit. Il débute par un piano calme puis entre en scène une batterie rapide, accompagnée d’une guitare lourde pleine de distorsion. Le chant n’arrive qu’après plus d’une minute. Introduit par des chœurs, il est d’abord doux et posé puis monte progressivement en puissance. Au milieu, un magnifique passage instrumental avec une ambiance « Gotham City » entre le son des claviers et de la guitare qui pourrait convenir au prochain film du super héros à costume de chauve-souris. Puis la fin reprend le passage batterie et guitare lourde du début pour terminer de manière très calme.

J’ai aussi été bien entraîné par les deux derniers morceaux du CD. Bound démarre en trombe avec à nouveau un rythme élevé de double pédale. La mélodie d’introduction a des accents arabisants et la voix est hautement perchée dès le début du titre. C’est là que l’auditeur peut le mieux se rendre compte de la puissance de la voix de Géraldine et son dialogue avec la voix masculine de Jean-Gabriel est très réussi. De plus, ce morceau est très entraînant et fait partie de ceux que j’aurais envie d’entendre en live. One Last Harvest rappellera peut-être à certains des sonorités connues dans les débuts de Within Temptation. Le morceau démarre lentement avec une batterie douce et ambiante, la voix est très bien posée sur les tapis de synthé. Le tout monte progressivement en puissance avec, à partir de 2 minutes 30, une mélodie de guitare très bien trouvée qui poursuivra son œuvre plus loin avec un beau solo. Tous les instruments finissent en donnant tout dans une belle symphonie avant de se dissiper, tel le phœnix.

Avec Start From Scratch en 2011, Benighted Soul avait réussi à mettre un premier pied dans l’univers du Metal symphonique avec un album réussi. Avec son nouveau né Kenotic, c’est une nouvelle dimension qui a été franchie par le groupe. La recherche musicale qui a conduit à cet album est bien supérieure à nombre de groupes mieux reconnus dans la même catégorie. Nous pouvons affirmer aujourd’hui avec fierté qu’il n’y a pas que la Finlande et les Pays-Bas qui produisent des bons groupes de Metal symphonique, il y a la France aussi avec entre autre Benighted Soul. Souhaitons-leur le meilleur pour la suite.

Khaos

Tracklist :

  1. Halcyon Days
  2. Too Far Gone
  3. Si Se Non Noverit
  4. Only Make-Believe
  5. Martingale
  6. Pent-up
  7. Enlightenment
  8. The Shallow and The Deep
  9. Let You Win
  10. Threshold Exceeded
  11. Bound
  12. One Last Harvest

https://www.facebook.com/benightedsoul?fref=ts

http://www.benightedsoul.com/FR_index.php

https://www.youtube.com/watch?v=r17oYvp7fTM