Azgaal – Vier (Album)

Posté le : 17 novembre 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

AZGAAL - Vier (album cover)Le Metal, c’est entre autres une profusion de groupes de toutes sortes et même si la qualité est là, il est rare de s’accrocher à un groupe plus qu’un autre dans cet océan des possibles. Alors quand l’on m’a parlé d’Azgaal, j’ai répondu comme d’habitude que j’allais y jeter une oreille. C’est ce que j’ai fait et il y a fort à parier que vous devriez en faire autant. Pourquoi ? Laissez-moi le temps de développer un peu.

<br/>

Syle : Black & Roll – Sortie : 24 septembre 2014

Syle : Black & Roll – Sortie : 24 septembre 2014

Azgaal, c’est avant tout un projet qui a eu le temps de mûrir puisque les premières idées de ce concept remontent aux années 2000 avec Naïwyn et Ibuprophet, deux compères de la région parisienne qui décident de monter un groupe de Black Metal. Il faudra alors attendre plusieurs enregistrements et un certain nombre d’années avant que le projet ne devienne le Azgaal dont je vous parle aujourd’hui : un groupes de Black& Roll dont il me sera difficile de décrire la musique, tant celle-ci tire et mélange ses influences de partout dans un entremêla qui lui est propre. Et c’est au second album du groupe que l’on va s’intéresser, sobrement intitulé Vier – quatre en allemand car il s’agit là de leur quatrième passage en studio – un titre qui ne nous en apprend pas beaucoup sur le contenu, alors passons directement à l’écoute.

Dès les premières notes de l’album, avec Kiss The Stone, on remarque ce qui sera la constante emblématique du disque et sans doute celle du groupe : un univers malsain à souhait, pourléché et sanctifié sous tous ses aspects. Que ce soit dans la musique, dans ses arrangements comme dans la qualité de l’enregistrement et du mixage, tout respire cet univers impur et souillé. Le chant grunté dès les premières notes nous enfonce encore un peu plus dans cet univers de souffrance avant que le refrain, en voix claire cette fois ci, ne nous annonce inexorablement la couleur des paroles de cet album : « You neverbesodesperate». Bref, ça ne respire pas vraiment la joie de vivre, alors comment expliquer cette envie de se dandiner et de claquer des doigts ? Il s’agit sans doute de ces rythmes de guitare quasiment groovy auxquels l’on a jouté une basse bien présente pour ancrer les paroles au fin fond de nos têtes. Un mélange parfaitement maîtrisé entre du gros son, des ambiances empruntées au Black Metal et une petite touche rock pour que tout cela ne sente pas trop le renfermé. Le mélange prend presque des allures de gospel pour réunion satanique, et avec tout cela l’on ne pourra pas s’empêcher de faire le rapprochement avec Ghost BC. Mais ne prenez pas cette réflexion au pied de la lettre car Azgaal sait aussi nous montrer que la bête à de la puissance au fond de ses entrailles pour nous faire bouger, comme on peut le constater sur Burning Words, un morceau aux riffs ravageurs qui devrait faire un malheur en live. Et cela tombe bien car c’est visiblement l’ambition du groupe. Maintenant entouré de Vind à la basse (ex FallenJoy) et de Mesar à la batterie (ex Kopper 8), Naïwyn est bien partit pour conquérir les planches et si les Azgaal sont aussi bons sur scène qu’en album, ce sont de très bons concerts qui s’annoncent !

Eladan

Tracklist :

  • Kiss The Stone
  • White Snake
  • Blood In My Hands
  • Extinguishing The Invisible
  • Burning Words
  • The Book Of Shadows
  • Alone
  • Black Heart Supremacy
  • Flayed Alive One’s Dance

https://www.facebook.com/azgaal

http://azgaal.bandcamp.com/