Dwail– The Human Concern (Album)

Posté le : 20 novembre 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Dwail - The Human Concern coverL’aventure démarre en 2006 pour Dwail qui, à peine plus tard dans une foulée déjà assez rageuse, sort l’EP Monstro. Il ne faudra pas moins de cinq années avant de voir sortir le premier album Helter Skelter, en 2011 donc. Cela fait suite à plusieurs changements de line-up, aboutissant à la stabilité en 2009. Le groupe écume les salles dés lors et enchaîne date sur date avec des groupes plus ou moins connus, dans des salles plus ou moins grandes. Disons simplement que la machine est lancée et commence même à s’emballer un brin. En janvier 2013, sur une idée conceptuelle particulière, sort la première partie de l’album The Human Concern, sous forme de l’EP éponyme, sobrement suivi de Part I. Voici désormais la seconde, associée à la première en un album complet.

Genre : Mathcore, Djent, Thrash, Heavy, Core n’roll - Date de sortie : 21 novembre 2014

Genre : Mathcore, Djent, Thrash, Heavy, Core n’roll – Date de sortie : 21 novembre 2014

L’idée derrière cette scission était réellement de faire le travail en deux parties distinctes, en tournant deux fois, en enregistrant deux fois et en faisant deux sorties. Le concept même de l’album, basé sur un thème ufologue, présente également deux points de vue différents. La première partie parlait du point de vue humain. La seconde du point de vue extraterrestre. Nous verrons dans la suite que cela suit également d’un point de vue musical. Notons aussi qu’entre les deux chapitres, Dwail est passé par un site de crowdfunding pour pouvoir lancer la suite. Cette demande de fond aura été bien suivie puisque 105% du montant demandé permettra que tout se passe bien et que l’aventure continue, avec en plus une confiance renforcée du groupe vers son public, puisque ce dernier montre qu’il est prêt à donner pour entendre le reste de l’album.

Pour commencer, la pochette du disque est plutôt réussie. L’esprit du premier EP ressurgit assez clairement avec ce fond d’une couleur brun sombre qui évoque de la pierre taillée vieillie par les ans, ou les siècles. Sur cette couleur sombre, un motif géométrique constitué d’un losange contenant le nom du groupe, des tétraèdres perçus du dessus l’encadre et des lignes courbes s’échappent de part et d’autre, comme des bras souples. Ou des esprits, des ondes d’une quelconque nature en tous cas. Impossible également de ne pas penser aux légendaires géoglyphes de Nazca. Sentiment mystérieux autour de cette pochette qui nous mettra bien dans l’ambiance avant d’enfourner le disque et de prendre la claque de la deuxième partie.

La qualité de l’enregistrement est globalement bonne. Disons qu’elle est au moins équivalente à la première partie. Certains morceaux sont mixés un peu différemment, leur conférant un caractère particulier, choix qui aura été heureux dans le sens où chaque morceau prend ainsi plus de sens en lui-même. La voix sera quelquefois mise en avant, notamment sur des parties parlées. La plupart du temps, elle se fond dans la masse musicale. Yannick nous envoie un growl à la limite du scream hardcore saturé, alternant avec des passages clairs plus mystiques. La guitare possède un son bien gras, à la limite de baver, soutenu par une basse qui, dans sa discrétion, renforce le son et donne un gros son comme il faut. La batterie est audible mais paraît légèrement en retrait du reste. Cependant, elle fait son boulot et cela ne nuira pas aux morceaux. Le tout sonne à la fois très Hardcore et très Stoner. Etrange me dites-vous ? Pas tant que cela.

Les compositions sont tout à fait dans la lignée du premier EP. Malgré tout, il fallait bien qu’il y ait une différence, n’est-ce pas ? Autrement quel serait l’intérêt de faire le travail en deux temps et de proposer délibérément deux sorties ? La recette qui reste la même qu’au départ se compose de riffs bien violents, d’un tempo souvent rapide, coupés par des riffs dans divers styles de musique. Le tout est rudement bien ficelé et vous donnera peut-être le vertige. Certains enchaînements provoquent volontairement un questionnement un peu bête de : « Hein ?! Quoi ? Mais c’était quoi ça ?! ». Le style, s’il n’y en a vraiment qu’un seul, serait plutôt impossible à définir. Imaginez juste que vous passiez d’un riff Stoner bluesy à souhait pour aller vers une rythmique Djent bien moderne, pour passer par du Brutal Death matraquant, revenir à du Heavy, traverser une contrée Country-Rock. Bref, nous en passons et des meilleurs. Chacun des morceaux aura séparément un style dominant et des styles associés, mais impossible de ne voir qu’un seul bloc de genre. Lâchez vous et vous pourrez trouver des clins d’œil et des références à peu près à tout ce que vous connaissez. Chacun y trouvera par conséquent quelque chose de différent.

En définitive, Dwail sera original par ses associations, ses thèmes et sa ligne générale. Ce qui sera intéressant avec cet album – contenant pour le coup les deux EP rassemblés, n’en déplaise aux possesseurs de The Human Concern Part I – sera justement d’écouter les morceaux par groupe de six et d’essayer de saisir les similitudes et les différences, car il est possible de faire un parallèle. Par exemple, mettre Crop Circles en parallèle avec Human Concern, cinquième morceau de chaque cycle pour se rendre compte que chacun correspond à un passage plus atmosphérique. Influx et A ray Of Light se correspondent de même en ce qu’ils ont cette violence patentée en eux, exprimée de deux façons différentes. Et pourtant. Point de vue humain et point de vue extraterrestre sur l’humanité. Le choix de l’enchaînement des titres a été bien réfléchi. Pour les amateurs de Dwail, vous découvrirez d’abord les nouveaux morceaux et vous réécouterez ensuite ceux que vous connaissez déjà avec probablement à la clefs, une redécouverte de leur sens, un approfondissement et comme une clef de leur compréhension. L’ensemble est à la fois indissociable et coupé en deux. Un et plusieurs. Linéaire et chaotique. Une bonne grosse claque qui valait la peine d’attendre. Le prochain c’est pour quand ?

F4R537KTP09

Line-Up :

  • Yannick Sans : chant
  • Julian Gretz : guitare
  • Mathieu Arrestier : basse
  • Léa Constantino : batterie

Tracklist :

  1. Influx
  2. Darkening Trees
  3. Song Of Cleansing
  4. The Elements
  5. Crop Circles
  6. A Sharp Gunshot
  7. A Ray Of Light
  8. Under The Bombs
  9. District One
  10. LD 50
  11. Human Concern
  12. Gang Rape

http://www.dwail-music.com/

https://www.facebook.com/pages/DWAIL/28300305802?fref=ts