Philm - Fire From The Evening Sun coverAprès une sortie restée relativement discrète mais qui aura été notée par les fans de monsieur Lombardo, à n’en pas douter, Philm revient avec un nouvel album. Si vous voulez plus d’infos sur le groupe, nous vous prions de bien vouloir vous référer à notre précédente chronique de Harmonic dans les colonnes de Sons Of Metal. Que s’est-il passé entre-temps ? De nombreux concerts bien sûr et le fait que Lombardo ait pu se consacrer entièrement à ce projet, lié à sa sortie de projets extérieurs, ont permis cette production assez rapide. À peine deux années séparent Harmonic et Fire From The Evening Sun. Au cours du processus de création d’Harmonic, toutes les idées pour ce second album étaient apparemment déjà prêtes et n’ont donc nécessitées qu’un approfondissement du travail. Cependant, l’album est bel et bien différent.

Genre : expérimental, Thrash, Punk - Date de sortie : 15 septembre 2014

Genre : expérimental, Thrash, Punk – Date de sortie : 15 septembre 2014

La pochette d’abord, bien sûr. Nous restons sur une thématique nécessitant relativement peu de couleurs. Jaune, rouge et noir, le tout mélangé sur le dessin d’un soleil au cœur duquel s’inscrit le nom du groupe en noir. Le titre se situe dessous en blanc. Tout est clair, le feu du soleil matinal est là et apparemment, il ne va pas nous laisser froid. Ambiance. Voyons si cela se vérifie sur la musique.

D’un point de vue sonore, il y a relativement peu de différences avec Harmonic. Le point principal étant une amélioration tout de même notable dans la clarté du son global. Dans le même temps, cet esprit qui faisait du premier album une pièce unique en son genre revient. Nous gardons donc ce qu’il y avait de bon et nous rajoutons du mieux. En effet, le son de la guitare paraît plus clair, sort un peu plus de la masse et devient par là même plus compréhensible. Elle reste cependant chaleureuse et un peu grasse, ne vous inquiétez pas. Le côté live reste palpable et agréable. La batterie nous martèle bien les tympans en se fondant tantôt dans la masse musical, tantôt s’en démarquant. La basse est bien ronde, agréable et distincte elle aussi. Encore une fois, une belle et intéressante production.

Musicalement, les compositions semblent plus posées et ont méritées, peut-être, d’un temps de réflexion ou d’échange plus long entre les musiciens. Si Harmonic sonnait très live, presque comme si chaque morceau était une improvisation à quelques exceptions prêt, sur Fire From The Evening Sun, c’est plus un esprit live latent qui transpire sur des compos plus « composées », justement. Dés qu’on insert le disque, c’est une véritable agression que nous subissons avec des riffs acérés, une batterie ultra-présente et rapide, la basse n’étant pas en reste. Les ambiances au sein de chaque morceau sont amenées à changer d’un moment à l’autre sans crier gare et pourtant en toute cohérence. Ainsi, il est possible de passer d’un riff country à du Thrash bien violent pour retomber sur du Power Metal et des passages Stoner. Des petits relents popisant s’invitent parfois, mais ils ne font vraiment que passer. Il serait étonnant que des fans de pop puissent supporter plus qu’un morceau. Comparativement, le côté psychédélique du premier album semble avoir été troqué contre un esprit plus grunge. Notons aussi une amélioration tout à fait appréciable de la voix de Gerry qui commence à se lâcher un peu plus. Ajoutons que sa voix était déjà bien sur le premier opus. Surprise avec la dernière piste qui ressemble à du piano bar aussi. Mais est-ce réellement surprenant ? Il y a vraiment un peu de tout sous le soleil du matin. Tant qu’il y a des flammes.

Mesdames et messieurs, si vous pensiez pouvoir passer à côté de Philm parce que le rock psychédélique n’est pas votre truc et que la musique calme vous ennuie, et bien bonne nouvelle, le Philm nouveau ne contient pratiquement que de la musique envolée, énervée, dynamique et riche en rebondissements. Il est difficile d’imaginer ce que peut apporter un bon batteur à des riffs qui paraissent par ailleurs basiques, avant d’écouter cela ici. Ce deuxième album est une très bonne surprise. Le projet prend une forme différente, plus sauvage tout en étant plus travaillé et fin. Les transitions brusques paraissent davantage avoir été pensées qu’improvisées, tout en conservant une structure d’improvisation qui ne laissera personne sur sa faim. Nous pensions que des groupes comme les Doors qui passaient des heures à enregistrer de multiples prises d’un seul morceau avaient disparus et ne subsistait plus que le travail de studio studieux qui cherche à coller au maximum à la partition pour trouver sa voie. Ici, honneur est fait à l’origine du Rock, dans son sens le plus pur et tant mieux si cela implique de piétiner les codes et le bon goût du son trop net, trop clair et trop travaillé. Avec ce côté organique et vivant de la composition. Fire From The Evening Sun vous fera vivre un pur moment de jouissance Rock expérimental, Thrash moderne. Nous retrouvons comme un vieil ami qui aurait changé. Nous le trouvions fou. Mais il l’est toujours. Si vous ne deviez écouter que trois titres pour vous convaincre, allez jeter une oreille sur le titre qui donne son nom à l’album puis sur Lion’s Pit et Luxhaven. Vous n’en sortirez pas forcément indemnes. Nous ne pouvons trop recommander cette expérience.

F4R537KTP09

Line-Up :

  • Gerry Nestler : chant, guitare
  • Pancho Tomaselli : basse
  • Dave Lombardo : batterie, percussions

Tracklist :

  1. Train
  2. Fire From The Evening Sun
  3. Lady Of The Lake
  4. Lion’s Pit
  5. Silver Queen
  6. We Sail At Dawn
  7. Omniscience
  8. Fanboy
  9. Luxhaven
  10. Blue Dragon
  11. Turn In The Sky
  12. Corner Girl

Lien internet :

Page officielle facebook : https://www.facebook.com/PHILMOfficial?fref=ts