AC/DC – Rock Or Bust (Album)

Posté le : 18 décembre 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , , , , ,

ACDC Rock Or Bust coverLe seizième album d’AC/DC est donc devant nous. Les récents déboires de Malcolm et Phil pour des raisons bien différentes n’auront échappées à personne tant leur écho fut planétaire. Tranchant par la-même avec l’habituelle tranquillité et simplicité de ce groupe si particulier. Le neveu des frères Young, Stevie, fait son « retour » dans le groupe et il sera présent sur scène pour la tournée mondiale à venir. Votre serviteur n’ira pas plus loin dans la présentation du groupe, car cela serait faire insulte à ce dernier. En effet, il aurait fallu vivre sur une autre planète durant ces quarante dernières années pour ne pas connaître AC/DC.

Style : Hard rock – Sortie : 2 décembre 2014

Style : Hard rock – Sortie : 2 décembre 2014

S’atteler à la chronique d’un album d’AC/DC estrisqué. Car dès lors qu’il s’agit d’un mythe, les esprits s’échauffent entre les « pro » et les « anti ». Cela peut-être encore plus difficile quand le groupe que vous chroniquez a été le premier que vous ayez vu sur scène il y a de cela bien longtemps, qui plus est avec Bon Scott, la tâche n’en est que plus ardue. Votre serviteur se souvient de la polémique à la sortie de For Those About To Rock, très décrié à sa sortie (le 23 novembre 1981). Mais qui oserait en dire du mal maintenant ? Personne. Les années ont passé, AC/DC était et reste à ce jour une incroyable machine, une légende vivante, le terme n’est pas galvaudé. Cet album ne révolutionnera pas la carrière discographique du groupe, de cela nous en sommes sûrs. Cette galette s’inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur Black Ice sorti en 2008. Avec peut-être en plus un esprit plus proche et un petit côté de Dirty Deeds Done Dirt Cheap (1976). Force est aussi de reconnaître que le groupe n’est plus en capacité de délivrer les hits qu’il délivrait par le passé. Le dernier véritable missile nucléaire écrit par le groupe n’est autre que Thunderstruck. Votre serviteur du jour voit déjà la levée de boucliers poindre mais cette analyse n’est pas un manque de respect, loin de là. Car aucun, et je dis et maintiens qu’aucun groupe ne peut se maintenir au niveau qu’il a été par le passé, et il est impossible d’écrire des titres supérieurs à Highway To Hell, Let There Be Rock ou encore des albums supérieurs à Powerage (1978) ou Back In Black (1980). Simplement et même si ce sont des extra-terrestres musicaux, AC/DC est humain et on ne peut être et avoir été. Alors c’est fini me dîtes vous ? Mais bien sûr que non et je suis à deux doigts de vous coller une baffe, chers amis metalleux, non ce n’est pas fini, c’est un album d’AC/DC non de non ! Et c’est toujours la même rythmique implacable, toujours ce même tempo medium, toujours ce même son et toujours ce même plaisir de faire du rock et de le faire bien. La production ? Le son ? Ne cherchez pas, c’est bien sûr parfait. Quasiment chaque titre possède un refrain accrocheur et que dire de soli d’Angus ? Ils sont quasi parfaits, comme ils l’ont toujours été, ils transpirent le Blues et rien d’autre. Play Ball, Hard Times, Rock The House, Sweet Candy et surtout Baptism By Fire se montrent excellents en affichant une belle dose d’énergie brute. Comme si nous avions remonté un peu le temps jusqu’à la fin des années soixante-dix. Ce sont là de bons titres, de bons morceaux qui sentent le Blues et le Rock joués sans artifices. Simplement, il s’est mué en une forme différente, affiné et changé par le temps qui passe. Il est difficile de se dire qu’un autre Highway To Hell ne viendra jamais, car nous sommes tous fans et secrètement nous attendons tous cela. Je suis le premier de cet avis, on espère toujours et puis on écoute l’album, on se rend compte que ce n’est pas tout à fait ce que nous espérions, la seconde de déception passe et on se dit qu’il faut déjà profiter de ce que l’on a entre les mains. Cet album est aussi une leçon de vie, où dans cette dernière, on ne voit pas le bonheur que l’on peut avoir, sans s’en rendre compte. Alors, prenons cet album comme un petit bonheur électrique. Et puis, un éclair a toujours apporté la lumière, alors « Let there be light » mes amis.

Prenez cet album comme un cadeau venant du groupe, car nul ne sait si d’autres suivront. Ceux qui auront la chance de voir le groupe sur leur future tournée devront ouvrir deux fois plus leurs yeux et leurs oreilles qu’à l’accoutumée, et faire preuve de beaucoup de respect envers ce groupe à l’aura interplanétaire élevé bien au-delà du rang d’icônes. Mais savourons le plus important, à savoir qu’entre AC/DC et nous, le courant continue de passer.

Pat

Tracklist :

  1. Rock Or Bust
  2. Play Ball
  3. Rock The Blues Away
  4. Miss Adventure
  5. Dogs Of War
  6. Got Some Rock n’ Roll Thunder
  7. Hard Times
  8. Baptism By Fire
  9. Rock The House
  10. Sweet Candy
  11. Emission Control

Site officiel AC/DC : http://www.acdc.com/us/home

Site internet Rock Or Bust : http://www.acdc.com/us/rockorbust

Page officielle Facebook : www.facebook.com/acdc

Clip de Rock Or Bust : https://www.youtube.com/watch?v=_NdHySPJr8I